Les autorités financières nippones méfiantes envers Binance

L'Agence des services financiers du Japon (FSA) a émis vendredi un nouvel avertissement à l'encontre de la plateforme d'échanges de cryptomonnaies Binance, affirmant que celle-ci opère toujours dans le pays sans se déclarer aux autorités locales.

 

Cette nouvelle alerte de la FSA intervient plus de trois ans après avoir émis un rapport similaire envers Binance en mars 2018. À l'époque, le régulateur a déclaré que Binance ferait face à des accusations criminelles si elle continuait à faire affaires sans licence. Cela avait forcé la plateforme à déménager son siège social hors du pays, s'installant officiellement à Malte.

Cette année, la FSA a également émis un avertissement de même nature concernant Bybit, qui proposait des services de cryptomonnaies aux utilisateurs nippons sans autorisation.

L'année dernière, Binance a déclaré mettre en œuvre une « restriction progressive des fonctions de trading » pour les résidents japonais. Cependant, le site japonais de la plateforme est toujours accessible au moment d'écrire ces lignes, même pour les créations de nouveaux comptes. Et lorsqu'on accède au site via un VPN, Binance ne semble pas bloquer les adresses IP japonaises.

BINANCE VIA VPN JAPON

Démentant ces accusations, un porte-parole de Binance a déclaré :

« Binance n'effectue pas actuellement d'opérations [...] au Japon et ne sollicite pas activement les utilisateurs japonais. » 

👉 Sur le même sujet -  La Binance Smart Chain tente de trouver des solutions aux attaques récentes

Binance, cible de nombreuses suspicions

Depuis la dernière année, le géant de l'échange de cryptomonnaies a fait l'objet d'un examen minutieux de la part des organismes de réglementation de plusieurs juridictions. La société a notamment fait l'objet d'une enquête de la part de l'Internal Revenue Service et du ministère de la Justice des États-Unis.

Binance a également attiré l'attention des régulateurs allemands et britanniques en avril dernier. En septembre 2020, le Groupe d'action financière (GAFI) a caractérisé les sauts de juridiction de Binance comme étant le signe d'un fournisseur de service en cryptomonnaies cherchant à « se faufiler » entre les réglementations.

Semblant loin d’être inquiété, le PDG de Binance, Changpeng Zhao (CZ), a répondu aux allégations d'activité illégale en déclarant que la plateforme respecte les politiques de connaissance du client (KYC) et de lutte contre le blanchiment d'argent (AML).

Jeudi, CZ a même publié sur Twitter une lettre de recommandation de la South East Regional Organised Crime Unit du Royaume-Uni, qui salue les efforts de Binance dans la lutte contre les vendeurs de stupéfiants sur le darknet. Coup de communication ou honnête tentative de montrer patte blanche à de futurs régulateurs ?

👉 Pour aller plus loin -  Un ancien régulateur américain devient PDG de Binance.US

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Bela Le Tiec

Son texte favori : A Cypherpunk's Manifesto.

Son émission phare : Thinkerview.

Son artiste préféré : Daft Punk.

Son objectif : contribuer à l'éducation de ses contemporains en matière de blockchain et de réseaux distribués.
Tous les articles de Bela Le Tiec.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments