Le FMI hostile à l’adoption du Bitcoin par la République centrafricaine

C’était la nouvelle d’ampleur de la semaine dernière : la République centrafricaine a adopté le Bitcoin en tant que monnaie ayant cours légal, aux côtés du franc CFA. C’est le deuxième pays à prendre cette voie, après le Salvador en septembre 2021.

De quoi inquiéter le FMI, qui avait déjà tiré la sonnette d’alarme l’année dernière. L’institution considère que la « cryptoïsation » de certaines économies, à laquelle on assiste actuellement, est un danger. Pour elle, il s’agit d’un problème plutôt que d’une solution, dans des pays déjà fragilisés sur le plan financier.

Rebelote donc pour la République centrafricaine. Le FMI a ainsi expliqué à nos confrères de Bloomberg :

« L’adoption du Bitcoin en tant que monnaie légale en République centrafricaine pose des défis majeurs en termes de transparence, de légalité et de politique économique. »

L’institution se positionne donc en tant que ressource, elle explique que ses équipes sont en train d’assister les autorités de Centrafrique et de la région dans son ensemble, « afin de répondre aux inquiétudes soulevées par la nouvelle loi ».

👉 Pour aller plus loin – Qu’est-ce qu’une monnaie fiat ?

Commandez notre livre

publié aux éditions Larousse 👆

Une décision prise sans concertation avec le reste de la zone monétaire

Pour rappel, la République centrafricaine partage l’utilisation du franc CFA avec 6 autres États, membres de la coopération financière en Afrique centrale. La décision d’adopter le BTC a été prise sans consultation avec ces derniers, et surtout sans consultation avec le gouverneur de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC). Ce sont ces deux points qui ont aussi suscité des inquiétudes au niveau régional et mondial.

D’autres questionnements ont été soulevés : l’accès à Internet est très peu développé en République centrafricaine, or il est nécessaire pour effectuer des transactions en Bitcoin. Seuls 557 000 habitants y auraient accès, sur les 4.8 millions que compte le pays.

On observera donc avec attention la propagation de cette nouvelle devise en République centrafricaine. Au-delà des considérations de risque, cela montre encore une fois une chose : ce sont les économies les plus fragiles qui se tournent vers le Bitcoin, ne trouvant pas de solution dans les systèmes monétaires classiques.

👉 Plus d’infos sur le même sujet – La République centrafricaine adopte le Bitcoin (BTC) comme monnaie légale

Binance Découvrir BTC sur Binance

-10% de réduction sur les frais, avec le code SVULQ98B 🔥
👉 Et aussi -10% sur Binance Futures avec le code cryptoast

Les investissements dans les crypto-monnaies sont risqués (en savoir plus)
Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

Ce qu’il faut savoir sur les liens d’affiliation. Cette page présente des actifs, des produits ou des services relatifs aux investissements. Certains liens présents dans cet article sont affiliés. Cela signifie que si vous achetez un produit ou que vous vous inscrivez sur un site depuis cet article, notre partenaire nous reverse une commission. Cela nous permet de continuer à vous proposer des contenus originaux et utiles. Il n'y a aucune incidence vous concernant et vous pouvez même obtenir un bonus en utilisant nos liens.

Les investissements dans les crypto-monnaies sont risqués. Cryptoast n'est pas responsable de la qualité des produits ou services présentés sur cette page et ne pourrait être tenu responsable, directement ou indirectement, par tout dommage ou perte causé suite à l'utilisation d'un bien ou service mis en avant dans cet article. Les investissements liés aux crypto-actifs sont risqués par nature, les lecteurs doivent faire leurs propres recherches avant d'entreprendre toute action et n’investir que dans les limites de leurs capacités financières. Cet article ne constitue pas un conseil en investissement.

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédactrice en chef adjointe sur Cryptoast, je suis tombée dans la marmite des cryptomonnaies il y a quelques années. Je suis passionnée par les technologies novatrices qui découlent de la blockchain et j'aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
Jean Roston

Hé oui oui ! Toujours le FMI. Relire le livre « Les confessions d'un assassin financier » de John Perkins : « révélations sur la manipulation des économies du monde par les États-Unis. » Quand on a lu ce livre, on comprend que Bitcoin est une bénédiction. M'enfin, on peut quand même espérer que ce livre soit un jour lu, relu et decortiqué au lycée autogéré de Paris… ٩(^‿^)۶

Last edited 14 jours plus tôt by Jean Roston