Les responsables du hack de Bitfinex déplacent les fonds volés

Du 27 au 28 juillet 2020, Whale Alert, un outil qui surveille les transactions en cryptomonnaies, a communiqué des informations sur les bitcoins dérobés pendant le piratage de Bitfinex en 2016.

Au total, ce sont plus de 33 millions de dollars qui ont été déplacés depuis les wallets impliqués dans le hack vers des destinations indéterminées.

Sur la base des tweets postés par Whale Alert, nous avons pu dénombrer 11 transactions, effectuées en lots successifs de 4, 5 et 2 opérations. Les montants de la série de transferts sont minorés de 2,61 BTC, et majorés de 476,32 BTC, pour un total sensiblement supérieur à 3026 BTC.

Bien que ce chiffre soit important, il ne représente même pas 3% du volume total de bitcoins subtilisés par les criminels il y a quatre ans. À l'époque, Reuters avait affirmé dans une publication qu'il était estimé à 119 756 bitcoins.

Avec un butin aussi élevé, cette attaque est l'une des plus marquantes de l'histoire des crypto-actifs. Toutefois, elle n'est pas à la hauteur du tristement célèbre hack de Mt Gox en 2014, qui aurait fait perdre plus de 850 000 BTC aux investisseurs.

👉Pour en savoir plus : Mt. Gox : le plan d’indemnisation des clients encore reporté

 

La raison de ces mystérieuses transactions

Les opérations de transferts de fonds évoquées ci-dessus permettent de formuler deux hypothèses en ce qui concerne leur raison d'être.

La première explication serait que les whales essaient d'inonder le marché de bitcoins pour en faire baisser le prix. À l'heure où le BTC tente de maintenir le cap des 11 000 dollars, ce serait un coup dur pour la communauté.

Cependant, une telle initiative ne serait pas dans l'intérêt de ces cyber-criminels. La stratégie du hold sur le long terme qu'ils semblent avoir adoptée, qui a fait passer la valeur de leurs actifs de 72 millions de dollars à 1,3 milliard de dollars, indique qu'ils ne sont pas insensibles au profit.

La deuxième théorie, qui est d'ailleurs la plus plausible, est que les cyberpirates essaient de profiter des volumes élevés de transactions observés ces derniers jours pour blanchir leurs capitaux.

 

Il convient de noter qu'il est de plus en plus difficile pour les adeptes du Dark Net de recourir à ce type de pratique. Les réglementations actuelles en matière de lutte contre le blanchiment d'argent (AMLD5) et les politiques de Know your Custumer (KYC) imposées aux exchanges y contribuent largement.

👉 Lisez également : La Commission européenne prévoit d'assouplir la réglementation pour les security tokens

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Junie Maffock

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Avec un fort intérêt pour la blockchain et les cryptos, je souhaite contribuer à la vulgarisation de ces technologies. Je suis également très intriguée par les méthodes d'apprentissage ludiques et actives.
Tous les articles de Junie Maffock.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments