Top des réseaux sociaux du Web3 : panorama des pionniers de la décentralisation d'Internet

Les réseaux sociaux occupent une place, tant prépondérante que préoccupante, au sein de ma vie, tout comme de la vôtre, probablement. Leur influence est si importante, qu'elle s'étend aussi bien à la politique, à l'économie ou à la culture. Face aux plateformes actuelles qui favorisent le consommateur, les réseaux sociaux Web3 ont, à l'inverse, pour objectif de remettre la balle dans le camp des créateurs. En effet, ces réseaux sociaux décentralisés ne sont pas le produit d'une mode éphémère mais bien les annonciateurs d'un changement de paradigme à venir. Regardons de plus près ce que les réseaux sociaux utilisant la blockchain nous réservent.

Top des réseaux sociaux du Web3 : panorama des pionniers de la décentralisation d'Internet

Réseau social Web3, Késako ?

Nous avions définit ce qu'était un réseau social Web3 dans un article antérieur et présenté ses différences avec le modèle actuel. Pour rappel, un réseau social Web3 renvoie à un protocole de graphe social, par nature décentralisée car il est un bien commun, qui repose tout ou partie sur une infrastructure blockchain.

Par ailleurs, un graphe social représente une cartographie globale des individus, des groupes, des organisations et de la manière dont ils sont liés au sein d'un réseau social. Toutes vos actions ont ainsi une conséquence, plus ou moins directe, sur l'expérience définie par l'algorithme en arrière-plan.

L'idéologie prônée par un réseau social Web3 dénote fondamentalement de celle de ses prédécesseurs. En effet, son interface de programmation (API) ouverte lui offre un haut niveau de composabilité, et est généralement associé à un kit de développement logiciel en libre accès (SDK), afin de faciliter la création d'applications personnalisées par les développeurs. Elle pose la première brique, pourtant essentielle, à l'émergence d'un écosystème de clients interopérables et sans permission qui invitent chacun à se réinventer en matière d'expériences sociales.

En février dernier, Twitter annonçait la fin de son API gratuite permettant de développer des usages basées sur ses données collectées par le réseau social comme l'intégration d'un bouton « partager » sur votre site. Et plus récemment ce mois-ci, Reddit semble avoir emprunté le même chemin.

Ces changements soudains de politique ont suscitées une incompréhension globale de la part des différents bénéficiaires de ce système. D'autant plus que de nombreux services tiers populaires représentent des consommateurs non négligeables de ces API, à l'instar des interfaces de navigation de Reddit telle qu'Apollo (clients), de bots Twitter ou encore d'éditeurs de gestion et d'automatisation des contenus. Si ce n'est déjà le cas, certains outils communautaires seront contraints de fermer leurs portes au cours des semaines qui arrivent, à défaut de pouvoir trouver un modèle économique viable.

Aujourd'hui, nous partons à la découverte de ces nouveaux acteurs bien décidés à proposer une alternative concrète aux plateformes traditionnelles. À quoi pourrait bien ressembler le monde d’après sans Instagram, Facebook ou encore YouTube ? Comment rivaliser sur le terrain de l’expérience utilisateur ? Quelle approche définir afin de ne pas être perçu comme une simple copie ? Cette article vous explique tout ce que vous devez savoir !

Tour d'horizon des différents acteurs de la décentralisation des réseaux sociaux

Voici un aperçu des principaux acteurs de cette (r)évolution.

Bluesky CyberConnect DeSo Farcaster Lens Protocol
Date de lancement En développement depuis 2019 Novembre 2021 1er mars 2021 Décembre 2021 (création du compte Twitter) Mai 2022
Token ? Non CYBER DESO Non Non
Beta ? Oui Non Non Oui Oui
Blockchain ? / BNB Chain Blockchain dédiée de type L1 Ethereum pour les identités Polygon
Nombre d’utilisateurs (juin 2023) 360 000 958 000 2 000 000 14 000 339 000
Principale App sur ordinateur Bluesky App Link3 Diamond Warpcast Lenster
Principale App mobile / Phaver Desofy Warpcast Orb
Applications principales /
  • Link3
  • Dopamine
  • ReadOn
  • Oasis Origin
  • Galxe
  • Desofy
  • DeSocialWorld
  • Openfund
  • Pearl
  • Stori
  • Instacaster
  • Pincaster
  • Absorb
  • Jam
  • Lenstube
  • Pinsta
  • Phaver
  • Lensta
  • Share
Nombre d’applications (juin 2023) 1 50 35 30 16
Niveau d’accessibilité Requiert une invitation Nécessite une adresse BNB Chain pour mint un « CyberProfile » Connexion possible depuis son compte Google Nécessite une adresse Ethereum vierge Nécessite une adresse Polygon
Equipe Bluesky PBLLC + Jack Dorsey Co-fondateur Wilson Wei, influence des VC d'Asie du Sud-Est Crypto Vétérans, anciens de boîtes Tech américaines Anciens salariés de Coinbase Aave Companies

Ces plateformes sont toutes à un stade précoce au niveau de leur développement. Certes, les réseaux sociaux Web3 viennent résoudre des problématiques rencontrées par des milliards d’utilisateurs d’Internet à travers le monde. Pour autant, il y a des questions qui se posent comme celles du modèle économique et de l’expérience utilisateur.

Voyons plus en détail ces réseaux sociaux Web3 et leurs particularités.

Bluesky : L’initiative de Jack Dorsey (ex-PDG de Twitter) prend son envol

Bluesky

 

À l’origine, Bluesky ne devait être qu’une extension décentralisée de Twitter, visant à offrir une alternative aux utilisateurs de l’Oiseau Bleu.

C’est pourquoi il a été financé par Twitter à hauteur de 13 millions de dollars lorsqu’il était encore incubé au sein de l’entreprise.

Avec Bluesky, son créateur Jack Dorsey souhaite proposer un réseau social « ouvert et décentralisé », permettant à différentes applications d'interagir entre elles, à l’aide du « Protocole de Transfert Authentifié ». Ce dernier a été développé en interne et permet le transfert des données d’un fournisseur à un autre. En effet, le système repose sur des « nœuds Bluesky » qui peuvent être hébergés autant par des entreprises que par des individus.

À ce propos, c’est l’entité indépendante Bluesky PBLLC qui gère les opérations de l’extérieur. Son but n’est pas seulement lucratif, mais en faveur d’un intérêt social et général. Parmi ses membres éminents, on retrouve Jeremie Miller, inventeur du protocole XMPP (technologie ayant permis la visioconférence) et Jay Grabber, PDG de la société Bluesky.

 

Si les deux réseaux sociaux ont l’air d’entretenir de fortes similarités, c’est parce que leur dénominateur commun n’est autre que Jack Dorsey. Ancien PDG de Twitter et fondateur du réseau nouvelle génération Bluesky, Jack Dorsey voue un certain amour à Bitcoin et aux registres distribués.

Même si l’équipe derrière Bluesky perçoit un cas d’usage lié à la blockchain, elle croit aussi que l’adoption des protocoles ou réseaux sociaux décentralisés doit être détachée de l’utilisation de cette technologie. Cependant, un membre de la communauté pourrait très bien créer sa propre application en utilisant d’une part, le Protocole de Transfert Authentifié et d’autre part, la blockchain pour héberger certaines données ou fonctionnalités.

Bluesky n'est donc à proprement parler pas un réseau social Web3.

Par ailleurs, le modèle économique de Bluesky ne repose pas sur la collecte et l’exploitation commerciale des données de ses utilisateurs. Il est plutôt question ici d’un modèle d’abonnement où l’utilisateur paie pour accéder à la plateforme. Les deux principaux avantages étant :

  • Le respect de la vie privée ;
  • Et la diffusion d’une information en théorie plus qualitative.

Pour finir, le réseau Bluesky est actuellement en bêta depuis fin février sur l’App Store. Une liste d’attente à laquelle chacun peut s’inscrire a été mise en place.

CyberConnect : Link3, la plateforme inspirée de LinkedIn

 

CyberConnect est un protocole de graphe social décentralisé, basé sur la BNB Chain, qui redonne le contrôle à l’utilisateur sur son identité, ses contenus et ses relations.

Tout cela est rendu possible grâce à la norme ERC-721 (celle des NFT). En effet, chaque « CyberProfile » est un NFT. Ce dernier est par ailleurs essentiel pour effectuer des actions telles que la collecte et création/monétisation de ses contenus ou encore l’abonnement à un profil, au sein de l’écosystème CyberConnect.

Le premier réseau social Web3 à avoir été construit sur CyberConnect est Link3. Celui-ci peut être comparé à LinkedIn dans la mesure où son mode de fonctionnement repose sur le réseautage. La plateforme centralise les évènements proposés par ses quelque 1 900 projets partenaires et met à disposition un agenda dédié.

Représentation schématisée du graphe social de CyberConnect

 

Link3 vise à favoriser un rapprochement entre les projets de l’écosystème et leurs publics cibles. Chaque participant se voit récompensé par un token W3ST. La comparaison ne s’arrête pas là puisqu’il y a aussi des pages spécialement dédiées pour les projets et à l’inverse, des profils personnels pour les utilisateurs.

Voici les principales fonctionnalités de CyberConnect :

  • Essence NFT : Il s’agit d’un NFT générique émis par un « CyberProfile » afin de représenter un contenu (message, vidéo, article de blog) sur la blockchain. Chaque Essence NFT peut être monétisé ou bien servir à attribuer un rôle spécifique au collectionneur ;
  • Subscribe NFT : Il représente le NFT obtenu par l’utilisateur qui s’abonne au compte d’un autre utilisateur. Chaque Subscribe NFT est donc unique et peut être monétisé ou bien fixé comme pré-requis afin d’accéder à un groupe en particulier. Selon l’algorithme de la plateforme, ce NFT permet de configurer différents types de connexions sociales : la relation d’amitié (Cf. Facebook), l’appartenance à une communauté (Cf. Twitter, Reddit) ou encore l’abonnement à un créateur (Cf. Instagram, Tik Tok) ;
  • « Web3 Status Token » ou W3ST : Il s’agit d’un soulbound token ou NFT non-transférable qui symbolise la réputation numérique d’un utilisateur en fonction de ses groupes d’appartenance, relations et de son statut.

Jetons W3ST

 

Afin de répondre à de potentiels problèmes d’évolutivité et des coûts de transaction élevés, CyberConnect est parti du principe qu’il était davantage pertinent de stocker une partie des données grâce à la blockchain Arweave. Cela concerne notamment les interactions suivantes :

  • Suivre quelqu’un ;
  • Aimer un contenu ;
  • Publier un contenu ;
  • Commenter une publication.

Plus il y a de données à héberger on-chain (sur la blockchain), plus les coûts vont être élevés. À titre d’exemple, le coût de stockage d’un gigabyte (GB) sur Arweave est actuellement de 6 dollars. Notez que cela fluctue en fonction de différents paramètres.

Le protocole prévoit de générer des revenus par l'intermédiaire des fournisseurs de données, des indexeurs, des curateurs de contenus ou encore des utilisateurs (frais de mint du « CyberProfile ») . En parallèle, le réseau comprends un mécanisme d'incitation autour des frais de requête.

Enfin, CyberConnect devrait proposer dans les mois à venir son propre portefeuille intelligent afin d’offrir une expérience tout-en-un aux utilisateurs de son écosystème. Grâce à l’EIP-4337 d’Ethereum rendant possible l’abstraction de compte, plus besoin de conserver soi-même sa clé privée (12 ou 24 mots) ni d’acquérir les tokens natifs des différentes blockchains pour payer les frais de transaction. À la place, c’est le token CYBER qui sera utilisé pour toutes les actions effectuées par l’utilisateur, en parallèle de représenter un droit de vote aux propositions de la gouvernance.

👉 Utiliser la blockchain sans wallet ? L’EIP-4337 d’Ethereum rend possible l’abstraction de compte

DeSo (Decentralized Social) : la 1ère blockchain dédiée aux applications sociales

Anciennement BitClout, DeSo se présente comme étant la première blockchain de layer 1 construite spécifiquement pour décentraliser les réseaux sociaux et mettre à l’échelle la fonctionnalité de stockage. L’idée est d’être capable de prendre en charge on-chain des milliards de données, provenant de l’utilisation des applications construites sur DeSo. À ce titre, l’ensemble des frais de transactions sont payés avec la cryptomonnaie DESO.

Comme le souligne DeSo, les blockchains monolithiques sont capables de traiter des dizaines de milliers de transactions par seconde. Cependant, le traitement de dizaines de milliers de publications par seconde relève d’un tout autre enjeu technique. Et aujourd’hui, les blockchains ne sont pas suffisamment équipées pour gérer tout ou partie de l’indexation et du stockage requis pour ces nouvelles applications.

En effet, Ethereum dispose d’un état fini qui s’avère parfait pour les applications avec des besoins légers de stockage comme la finance décentralisée (DeFi). À l’inverse, les réseaux sociaux génèrent de nouvelles données à chaque publication et interaction qui doivent être stockées et indexées à faibles coûts pour rester compétitifs. En conséquence, ces applications nécessitent d’être hébergées sur une blockchain avec un état infini. Pour information, le coût de stockage de 200 caractères est équivalent à 0,000017 dollar sur DeSo contre 0,45 dollar sur Polygon.

Différences de coût de stockage sur la blockchain pour 1 Gigaoctet de données

 

Ainsi, la vision soutenue par DeSo réside dans le fait qu’une architecture sur mesure est essentielle pour certains types d’applications, dont les réseaux sociaux Web3.

Outre les fonctions sociales traditionnelles, la blockchain DeSo apporte quelques nouveautés au niveau de l’expérience utilisateur :

  • « Social Tokens » : Chaque profil détient son propre token que tout le monde peut acheter ou vendre et dont le prix fluctue en fonction de l’offre et de la demande. Ces derniers sont de fait directement liés à l'activité d’un créateur sur la plateforme.

 

  • « Social NFTs » : Ils représentent un contenu numérique (vidéo, image, son, expérience exclusive, cartes à collectionner, art.…). Que ce soit sur les marchés primaire ou secondaire, chaque vente peut donner lieu à un pourcentage de redistribution sous la forme de DESO aux détenteurs du « Social Token » du créateur en question ;
  • « Social Tipping » (pourboire) : Le mécanisme de base se nomme « Diamonds » et fonctionne comme un like. Il permet aux utilisateurs d’envoyer des montants variables d’argent pour un contenu donné. Le destinataire du pourboire reçoit immédiatement du DESO dans son portefeuille. Cela n’est pas sans rappeler la pratique de TikTok avec les coins achetés par les utilisateurs qui vont ensuite permettre de se procurer des « gifts » via la boutique et en envoyer lorsqu’un contenu leur plaît. En fonction de la popularité du créateur, TikTok lui attribue une certaine quantité de diamants, qu’il pourra échanger contre de l’argent in fine.

 

  • Feeds & Modération : Chaque nœud peut héberger et proposer son propre flux de contenus personnalisé sur une thématique ou domaine particulier (culture, politique, sport, etc.). D’une certaine manière, cela permet de s’adresser à un public cible plus facilement. Le nœud agit également en tant que modérateur. Il dispose d’une panoplie d’outils pour sanctionner les comportements irrespectueux (blacklist, graylist qui est l’équivalent de la pratique de shadowban), retirer les contenus nuisibles ou à l’inverse mettre en avant des créateurs originaux et dynamiques au sein de son flux.

Les réseaux sociaux actuels fonctionnent comme des jardins clos où chaque créateur doit adapter son contenu afin de répondre aux exigences des différents algorithmes. Si vous réalisez une publication sur Facebook, il n’y a qu’à inclure un lien redirigeant vers YouTube pour automatiquement diminuer votre portée (reach).

Tandis que DeSo adopte une approche diamétralement opposée en permettant à tous les nœuds et applications d’alimenter leur propre flux grâce à une « pool publique » de profils, publications, d’abonnés... hébergée sur sa blockchain.

Pourquoi publier sur Instagram ou encore Facebook lorsque votre contenu peut être disponible sur des milliers de nœuds à la fois ?

Farcaster : Une architecture dite blockchain « minimaliste »

 

Farcaster est un protocole ouvert construit au-dessus d’Ethereum et servant de base à la conception d’applications sociales décentralisées.

Selon ses deux fondateurs, Dan Romero et Varun Srinivasan, il n’est pas souhaitable ni nécessaire qu’un réseau social Web3 repose entièrement sur une blockchain. En plus d’être coûteuse pour le stockage, les blockchains actuelles rendent également impossible la suppression définitive des données, ce qui est une caractéristique indésirable pour certains utilisateurs. L’architecture de Farcaster a ainsi été conçue afin de tirer parti à la fois du côté on-chain et off-chain.

À ce titre, les seules parties du réseau qui nécessitent d’être synchronisées sur une blockchain sont les registres pour les identifiants et les noms de domaine. Toutes les autres actions sont effectuées via des hubs ou autrement dit, des serveurs spécialisés sur le protocole Farcaster.

Avant toute chose, l’utilisateur doit générer une nouvelle adresse Ethereum dont la paire de clés publiques privées servira à authentifier et rendre infalsifiable ses communications au sein du protocole. De plus, celle-ci permet d’obtenir un identifiant unique (exemple : !8098) auprès d’un contrat intelligent, et optionnellement un nom de domaine (exemple : Mathis).

En résumé, le système d’identité est composé de 3 éléments :

  1. Un identifiant numérique unique ;
  2. Une paire de clés publiques privées ;
  3. Un nom d’utilisateur optionnel.

Chaque message sur le protocole Farcaster inclut donc obligatoirement l’identifiant de l’utilisateur ainsi qu’une signature provenant de cette même paire de clés. De cette façon, les destinataires peuvent vérifier l’authenticité du message à tout moment à l’aide du registre. Par exemple, vous recevez un message qui prétend venir d’Alice. Pour en être certain, vous demandez au registre la clé publique d’Alice et vérifiez que la signature provient bien de sa clé privée.

En matière de consensus, les hubs utilisent un graphe delta pour déterminer l’état du réseau, où chaque delta représente une action d’un utilisateur. Il en existe 6 types :

  1. Messages ;
  2. Réactions ;
  3. Partages ;
  4. Vérifications (preuves de propriété) ;
  5. Signataires (paires de clés) ;
  6. Données de l’utilisateur (nom d’affichage, photo de profil, bannière, description).

À savoir, les deltas ont un ordre d'horodatage qui découle des horodatages rapportés par les utilisateurs. Ils permettent d'ordonner les messages dans des interfaces telles que des flux chronologiques et des profils. Le seul problème étant que plusieurs messages peuvent avoir le même horodatage.

À ce propos, ce sont les hubs qui s’occupent de la synchronisation entre la blockchain Ethereum et l’état du graphe delta.

Étant donné que les deltas ne peuvent contenir qu’une quantité limitée de texte, des systèmes de stockage comme IPFS seront utilisés pour les contenus vidéos et visuels afin d’alléger le travail des nœuds. Par ailleurs, la décentralisation d’un réseau passe avant tout par son nombre de nœuds actifs. Pour cela, ils doivent pouvoir fonctionner sur une configuration matérielle et/ou cloud abordable.

👉 InterPlanetary File System (IPFS), le réseau de partage de fichiers distribué qui fonde les bases du Web3

Dans le cas de Farcaster, l’objectif est de parvenir à un minimum de 100 nœuds suffisamment éloignés géographiquement afin d’assurer une décentralisation optimale. Le nombre d’applications mais aussi de clients (moyen de communication entre l'utilisateur et le protocole) développées sur le réseau jouent un rôle essentiel. De sorte que les utilisateurs puissent toujours avoir la possibilité de transiter facilement d’une plateforme à une autre.

Pour le moment, Farcaster est toujours en phase de bêta et sur invitation uniquement. À savoir, la partie on-chain du protocole repose actuellement sur la version Goerli testnet d’Ethereum, mais devrait migrer sur le réseau principal durant l’année 2023. Après la migration, le coût d’enregistrement d’un compte sera d’environ 10 dollars par an.

Si vous souhaitez participer à la beta, il suffit d’envoyer un message privé à Dan Romero sur Twitter.

Lens Protocol : Un nouveau souffle redonné à l’économie des créateurs

 

Lens Protocol est un graphe social composable, ouvert et décentralisé au-dessus duquel toute application peut se connecter. C’est l’équipe derrière le protocole Aave qui est à l’origine du projet. La communauté crypto et Web3 est le public cible en raison de sa sensibilité aux dérives de l’état actuel des réseaux sociaux Web2 et du système financier.

L'usage des NFT est au centre même de Lens Protocol. Votre profil Lens est un NFT conservé sur une adresse Polygon. Vos publications peuvent également être collectées sous la forme de NFT. À chaque nouveau créateur suivi, vous recevrez un NFT.

Cependant, la vraie valeur ajoutée de Lens comparé à d’autres identités sociales réside dans le profil NFT de l’utilisateur. Celui-ci contient l’ensemble de l’historique relatif aux publications, commentaires, partages et contenus créés par l’utilisateur. En cas de transfert vers une nouvelle adresse, seuls les NFT des créateurs que vous suivez seront conservés sur l’ancienne.

Fonctionnalités / modules du protocole Lens

 

Par ailleurs, le fait de reprendre le contrôle sur son identité et ses données ouvre le champ des possibles en matière de monétisation. Désormais, un créateur n’est plus totalement dépendant de l’algorithme de recommandation ou bien encore des partenariats.

La section suivante fait état des fonctionnalités du réseau social Lenster (disponible uniquement sur PC).

À ce sujet, il existe différents modules proposés aux créateurs :

  • Super Follow : Chaque nouvel abonné doit dépenser un certain montant pour avoir le droit de vous suivre ;
  • Charge for Collecting : Chaque personne peut dépenser un certain montant pour collecter votre contenu ;
  • Limited edition : Vous fixez une limite au nombre de collectes sur votre publication ;
  • Time limit : Vous fixez une limite de 24 heures à la collecte de votre publication ;
  • Mirror Referral reward : Vous partagez un pourcentage de vos revenus générés par la publication avec tous ceux l’ayant partagé ;
  • Token gating post : Pour voir votre publication, la personne doit obligatoirement la collecter ;
  • Follow gating post : Pour voir votre publication, la personne doit obligatoirement vous suivre.

Exemple de publication monétisée. Seuls les abonnés de Stani peuvent la collecter et les revenus sont reversés à 3 destinataires (fee recipients).

 

Lenster propose également une autre fonctionnalité innovante : celle de voir son fil d’actualité à travers celui d’une autre personne.

 

À l’inverse de Farcaster, chaque interaction représente une transaction sur la blockchain et engendre ainsi des frais de gas. Ces derniers sont pris en charge par le projet pendant toute la durée de la bêta. Mais qu’adviendra-t-il une fois que les utilisateurs devront payer pour publier sur la plateforme ?

C’est ici qu’intervient la solution de mise à l’échelle Momoka. Introduite le 26 avril dernier, celle-ci permet de traiter les transactions hors de la blockchain Polygon et donc de ne pas régler les frais inhérents à son utilisation. À la place, elle se repose sur une couche de disponibilité pour les données (Data Availability Layer) grâce à Arweave pour le stockage et Bundlr afin de rendre ce processus instantané et ultra-performant.

Grâce à Momoka, le coût par transaction est désormais équivalent à une fraction d'un centime

 

Comme vous pouvez le constater, Momoka réduit considérablement le coût de fonctionnement d’un réseau social décentralisé comme Lens.

À l’heure actuelle, Lens est contrôlé par un portefeuille multi-signature dit communautaire du fait que celui-ci soit composé de tiers de confiance de l’écosystème Web3.

Il est probable que le protocole effectue un airdrop de son token LENS dans les mois à venir afin d’entamer sa décentralisation et mettre notamment en place des incitations économiques ou bien à l’inverse un système de « slashing» (perte de récompenses et/ou du collatéral séquestré en cas de non-respect des règles) pour les acteurs de sa solution Momoka.

En conclusion, Lens Protocol permet à ses utilisateurs de décider de la manière dont ils souhaitent construire leur graphe social et le monétiser.

💡 Retrouvez notre analyse complète de Lens Protocol et de Momoka

Quelle solution Web3 gagne la course à la « mass adoption » ?

Avant toute chose, notez que ces informations datent du 20 juin 2023.

Bluesky

  • Plus de 30 000 inscrits dès la sortie de la liste d’attente ;
  • Plus de 360 000 téléchargements au 1er mai ;
  • Cependant, il n’y a pas plus d’informations qui ont été dévoilées concernant la bêta pour le moment.

Cyberconnect

  • Nombre total de « CyberProfiles » créés : 1 136 000 ;
  • Nombre total de « CyberProfiles » ayant publié sur Link3 : 126 000 ;
  • Pourcentage de « CyberProfiles » ayant publié entre 11 et 20 contenus sur Link3 : 12,2% ;
  • Nombre d’utilisateurs actifs au quotidien : 47 000 ;
  • Nombre d’utilisateurs actifs en hebdomadaire : 84 000 ;
  • Nombre d’utilisateurs actifs en mensuel : 297 000 ;
  • Nombre de collectionneurs uniques : 1 050 000 ;
  • Moyenne de contenus collectés par profil : 9 ;
  • Nombre total de contenus collectés : 9,5 millions et principalement des badges W3ST ;
  • Montant total des frais dépensé par les utilisateurs pour mint leur profil : 965 BNB.

👉 Consulter les statistiques de Cyberconnect

DeSo

Les statistiques n'ont pas pu être mises à jour depuis le mois d'avril 2023 pour cause de fermeture du site qui les répertoriait.

  • Nombre total d’adresses créées : 2 millions ;
  • Nombre de créateurs actifs sur les 7 derniers jours : 6 200 ;
  • Nombre de créateurs actifs sur les 30 derniers jours : 14 000 ;
  • Montant total en dollars des revenus obtenus par les créateurs : 9 millions.

👉 Consulter les statistiques de DeSo

Farcaster

  • Nombre total d’utilisateurs : 14 000 ;
  • Nombre d’utilisateurs actifs en hebdomadaire : 1 500 ;
  • Nombre d’utilisateurs actifs en mensuel : 2 800 ;
  • Nombre de messages échangés par jour : 2 900 ;
  • Nombre total de messages échangés : 744 000.

👉 Consulter les statistiques de Farcaster

Lens Protocol

  • Nombre total de transactions : 21 millions ;
  • Nombre total de publications : 3,8 millions ;
  • Nombre total de contenus collectés : 3,7 millions ;
  • Nombre total de partages (mirror) : 3,7 millions ;
  • Nombre total de profils : 118 000 ;
  • Nombre total d'utilisateurs (incluant ceux sans profils) : 339 000
  • 35% des profils ont publié plus de 20 fois ;
  • 81% des profils ont au moins créé une publication, commenté ou partagé un contenu ;
  • Montant total en dollars des revenus obtenus par les créateurs : 353 600 ;
  • Revenu moyen en dollars d’un créateur ayant activé la monétisation : environ 40 ;
  • Montant total en dollars de la valeur de l’écosystème Lens : 6,57 millions ;
  • Nombre de collectionneurs uniques : 214 000 ;
  • Avant l'arrivée de Momoka, Lens Protocol comptait pour environ 20% de l’activité du réseau Polygon ;
  • Montant total des MATIC dépensé par l’équipe pour couvrir les coûts de Lens : 100 000 – 400 000.

👉 Consulter les statistiques de Lens Protocol

À partir des informations dont nous disposons, Lens Protocol semblerait être le projet le plus prometteur, tant par la richesse de son écosystème que par son potentiel à délivrer différentes expériences à ses utilisateurs. Cependant, il est talonné de près par CyberConnect avec Link3 en tête de proue qui est officiellement devenu la première application sociale Web3 à avoir franchi le million d'utilisateurs et de collectionneurs uniques.

Les réseaux sociaux Web3 entrent dans l'arène

Si le sujet de la décentralisation des réseaux sociaux est aujourd'hui sur toutes les lèvres, cela est loin d'avoir été toujours le cas. Depuis plusieurs années, les déboires s'enchaînent pour les plateformes traditionnelles qui sont accusées à maintes reprises de censure, désinformation, non-respect de la vie privée et autres pratiques discrétionnaires, envers leurs utilisateurs. Faute de mieux ou d'alternatives, ces derniers n'avaient d'autres choix que d'accepter cette situation.

Cependant, l'arrivée de Mastodon en 2016 montrera à beaucoup qu'il est possible d'emprunter une autre voie. Néanmoins, ce nouveau modèle peine encore à se faire connaître du grand public et l'épisode médiatique avec Elon Musk n'aura permis de susciter qu'un regain d'intérêt sur le court terme.

Comment l'expliquer ? La réponse provient de la facilité d'utilisation d'une plateforme comme Twitter ainsi que de l'effet de réseau dont elle bénéficie.

Dans les temps à venir, les réseaux sociaux Web3 pourraient bien changer la donne et connaître une adoption plus importante que leurs aînés. En s'adressant à un public déjà averti, ils s'ouvrent à une base solide d'utilisateurs potentiels qui partage une vision, plus ou moins, similaire à la leur.

Que ce soit BlueSky, CyberConnect, DeSo, Farcaster ou Lens Protocol, chacun se démarque par l'implémentation technique et le positionnement marché de sa solution. En effet, certains projets vont héberger tout ou partie de leur infrastructure sur la blockchain. Tandis que d'autres cherchent à s'en détourner au maximum.

En parallèle, l'objectif consiste à réunir et mobiliser une communauté de développeurs actifs qui élaboreront des interfaces, des outils d'analyse, de curation des contenus, des systèmes de monétisation et de modération, des algorithmes ou toutes sortes d'applications s'inscrivant au sein de cette dynamique.

De l'effervescence d'idées résulte des expériences résolument novatrices axées sur la portabilité du capital social. Par ailleurs, chaque écosystème est unique, car la somme des individus qui en fait partie l'est aussi.

En revanche, quelle stratégie serait efficace pour attirer en masse des nouveaux utilisateurs ?

Nous allons prendre Snapchat en cas d'étude qui est une application sociale axée sur la protection de la vie privée.

Depuis 2018, celle-ci a véritablement pivoté au niveau de son modèle économique. Pourtant, l'entreprise n'a jamais opéré à un revenu net positif sur ces cinq dernières années (1 milliard de dollars de pertes en moyenne).

Certes, l'engagement des utilisateurs augmente, mais à quel prix ? Pour la sortie de sa nouvelle fonctionnalité « Spotlight » en 2021, Snapchat déclarait payer les créateurs des vidéos les plus tendances à hauteur d'un million de dollars par jour.

Et il semblerait que les stories soient à leur tour redevenus à la mode en 2023 car la moitié des revenus publicitaires qui en découle reviennent aux créateurs.

En bref, plus vous publiez du contenu, plus vous êtes payé, à condition de détenir le précieux sésame nommé « Snap Star Badge » vous y rendant éligible.

A l'image du liquidity mining au sein de la DeFi, le social mining pourrait permettre, via un jeton natif, d'inciter les créateurs d'autres plateformes populaires à publier leurs contenus sur le réseau social Web3 à l'initiative de cette campagne marketing.

Mais cela ne doit être en aucun cas le principal argument au risque de voir ces derniers à nouveau migrer lorsque la réserve de récompenses aura été asséchée.

👉 Qu'est-ce que le Liquidity Mining ?

Enfin, qu’en est-il de l’interopérabilité entre les différents graphes décentralisés ? Ironie du sort : les réseaux sociaux Web3 prétendent œuvrer pour un Internet plus ouvert, mais restent pour le moment centrés sur l'entretien de leurs « jardins » respectifs. C'est pourquoi des applications telles que FireFly cherchent à briser ces barrières en proposant un « feed » hétérogène. Autrement dit, le flux social de l'utilisateur affiche de manière cohérente des contenus, à la fois on-chain et off-chain, qui proviennent de différentes plateformes à l'instar de Lens, Twitter et Farcaster.

Pour ce qui est des perspectives à long terme, il serait pertinent de considérer le développement d’un potentiel roll-up ou bien d’une blockchain de layer 1 dédiée à ce type d’applications, en raison de leurs besoins de stockage et d'indexation conséquents. Ce n'est pas seulement moi qui le dit, mais aussi Stani Kulechov, fondateur d'Aave et de Lens Protocol qui soumet cette idée à sa communauté, le 30 mars dernier.

 

Les réseaux sociaux rythment nos vies, pimentent nos débats sociétaux, façonnent nos rapports avec les autres et influencent nos perceptions du monde. Ne serait-il pas temps pour leurs utilisateurs d'en reprendre le contrôle ?

👉 Les layer 2, des solutions scalables pour les blockchains actuelles

La Newsletter crypto n°1 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque jour par mail 👌

Ce qu’il faut savoir sur les liens d’affiliation. Cette page peut présenter des actifs, des produits ou des services relatifs aux investissements. Certains liens présents dans cet article peuvent être affiliés. Cela signifie que si vous achetez un produit ou que vous vous inscrivez sur un site depuis cet article, notre partenaire nous reverse une commission. Cela nous permet de continuer à vous proposer des contenus originaux et utiles. Il n'y a aucune incidence vous concernant et vous pouvez même obtenir un bonus en utilisant nos liens.


Les investissements dans les crypto-monnaies sont risqués. Cryptoast n'est pas responsable de la qualité des produits ou services présentés sur cette page et ne pourrait être tenu responsable, directement ou indirectement, par tout dommage ou perte causé suite à l'utilisation d'un bien ou service mis en avant dans cet article. Les investissements liés aux crypto-actifs sont risqués par nature, les lecteurs doivent faire leurs propres recherches avant d'entreprendre toute action et n’investir que dans les limites de leurs capacités financières. Cet article ne constitue pas un conseil en investissement.


Recommandations de l'AMF. Il n’existe pas de rendement élevé garanti, un produit présentant un potentiel de rendement élevé implique un risque élevé. Cette prise de risque doit être en adéquation avec votre projet, votre horizon de placement et votre capacité à perdre une partie de cette épargne. N’investissez pas si vous n’êtes pas prêt à perdre tout ou partie de votre capital.


Pour aller plus loin, lisez nos pages Situation Financière, Transparence du Média et Mentions Légales.

Subscribe
Me notifier des
guest
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
Antony

Bravo pour la qualité et la complétude de vos rédactions sur les réseaux sociaux à l'heure du Web3 !

Voir plus
Tout voir

Cryptoast

Le site qui explique tout de A à Z sur le Bitcoin, la blockchain et les crypto-monnaies. Des actualités et des articles explicatifs pour découvrir et progresser dans ces secteurs !


Les articles les plus lus

Crise bancaire en Chine : 40 banques se sont faites absorber en 1 semaine – Que se passe-t-il ?

Crise bancaire en Chine : 40 banques se sont faites absorber en 1 semaine – Que se passe-t-il ?

Hamster Kombat prévoit un nouvel airdrop, selon ses créateurs anonymes

Hamster Kombat prévoit un nouvel airdrop, selon ses créateurs anonymes

L'Allemagne a (enfin) fini de vendre ses Bitcoins

L'Allemagne a (enfin) fini de vendre ses Bitcoins

Émirats Arabes Unis, Singapour, Turquie... Ces territoires où les cryptomonnaies s'arrachent

Émirats Arabes Unis, Singapour, Turquie... Ces territoires où les cryptomonnaies s'arrachent