La crypto-monnaie gouvernementale Petro n’en finit pas de susciter la polémique au Vénézuéla. L’organisme responsable du réseau de paiement a en effet prévenu les utilisateurs qu’ils ne pourraient plus échanger leurs PTR pendant plusieurs jours.

 

Le Petro hors-ligne en pleine crise sanitaire

La manœuvre a été expliquée par la « Superintendance nationale des crypto-actifs » (SUNACRIP) sur Instagram. L’organisme explique cette fermeture subite des services par une maintenance planifiée. Mais la soudaineté de l’affaire indiquerait plutôt des problèmes sur le réseau, qui était déjà en difficulté ces derniers mois. Il sera donc hors-ligne jusqu’à dimanche 10 mai aux alentours de 22h, selon les prévisions de la SUNACRIP.

Les transactions en Petro sont bloquées sur les plateformes d’échanges ayant reçu l’aval du gouvernement pour distribuer le PTR. Cela coupe effectivement les moyens d’accès pour les Vénézuéliens : aucun exchange international n’a en effet ajouté l’altcoin à ses listings. Sur LocalBitcoins, les particuliers qui vendent ou achètent du PTR ont de leur côté mis en pause leurs services.

👉 Sur le même sujet : Vénézuéla : les banques ferment, les achats de Bitcoin explosent

 

La confiance dans le Petro au plus bas

Les Vénézuéliens avaient déjà fait part de leur mécontentement en ce qui concerne le Petro. La crypto du gouvernement serait difficilement utilisable et son prix aurait beaucoup baissé. Mais le gouvernement continue sur sa lancée et maintient que le prix du PTR, qui est adossé aux réserves pétrolières du pays, est toujours fixé à 60 dollars (USD). Et ce malgré la chute très marquée des prix du pétrole depuis le début de la crise du coronavirus.

Le Vénézuéla est particulièrement touché par la pandémie de Covid-19, tant au niveau sanitaire qu’au niveau de son économie, qui subissait déjà une hyperinflation catastrophique. Le Petro était censé être pour Nicolas Maduro un rempart contre les sanctions financières américaines, et un moyen de distribuer des aides à la population. Mais l’actif numérique a constamment montré ses limitations et on peut douter de son avenir, tant les difficultés s’accumulent.

Au-delà du Petro, cela montre aussi le problème que peut représenter une monnaie numérique gouvernementale centralisée, qui est délivrée uniquement avec des points d’accès choisis. Elle peut ainsi être stoppée brutalement, sans que ses utilisateurs puissent continuer à utiliser le réseau.

👉 À lire également : Un airdrop de PTR pour les médecins qui luttent contre le Covid-19

 

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments