Le président du Venezuela Nicolas Maduro continue de forcer l’utilisation de sa crypto-monnaie d’État. Il a ainsi annoncé hier que la prime de Noël des retraités serait payée directement en Petro (PTR), comme le rapporte le média local Venepress.

 

Les retraités recevront leur prime en Petro

Le paiement de la prime de Noël a été confirmé ce dimanche. Selon le tweet de Venepress, elle atteindrait 897,317 bolivars vénézuéliens, soit 3,22 euros à l’heure actuelle. Il y a un an, les retraités avaient déjà été forcés d’accepter leur prime de Noël en Petro, après que leurs fonds aient été automatiquement convertis en crypto-monnaie. L’initiative vise à se débarrasser de l’intermédiaire des banques. Jusque là, les retraités qui recevaient leurs bonus devaient en effet se déplacer dans une banque et subir de longues heures d’attente pour pouvoir retirer leurs fonds.

 

Maduro force de plus en plus l’utilisation du Petro

Ce n’est pas la première décision de Maduro de ce type. Le dirigeant semble décidé à ce que les Vénézuéliens adoptent sa crypto, de gré ou de force. En juillet dernier, il avait déjà forcé la Bank of Venezuela à accepter le Petro. Maduro souhaitait ainsi ouvrir des guichets de transaction « dans toutes les agences ». Jusque là, le Petro n’était pas échangeable contre des bolivars vénézuéliens (bolivars souverains – VEF). Mais afin de favoriser son utilisation, le gouvernement a débloqué les échanges avec la monnaie FIAT du pays le mois dernier.

Censé être adossé par les réserves de pétrole du pays, le Petro a très peu de temps après son lancement été accusé d’être gonflé artificiellement, ce qui alimente la méfiance des habitants à son encontre. Il est par ailleurs très similaire au Dash (DASH), l’altcoin dominant au Venezuela, qui est parvenu à trouver des cas d’utilisation concrets au niveau local.

 

Des cryptodevises utilisées plus largement

Malgré l’enthousiasme apparent du gouvernement vénézuélien pour le PTR, dans la réalité les instances dirigeantes se concentrent également sur d’autres monnaies virtuelles. Début octobre, on apprenait ainsi que Maduro envisageait de payer la dette du pays en Bitcoin (BTC) et en Ethereum (ETH)… Mais aussi d’intégrer ces deux actifs aux réserves de la Banque centrale du pays. De manière plus dissimulée, le BTC serait utilisé dans les aéroports du pays pour contrer les sanctions américaines, qui bloquent les comptes du fournisseur pétrolier national.

Le Venezuela, qui connaît une inflation catastrophique et une crise politique majeure ces dernières années, mise donc gros sur les crypto-actifs. Quant à savoir si le Petro sera suffisamment robuste pour intégrer massivement les habitudes des Vénézuéliens, cela reste à prouver.

 

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments