Le président du Venezuela Nicolás Maduro a annoncé le 23 octobre que sa monnaie gouvernementale, le Petro (PTR), était maintenant échangeable avec les monnaies FIAT, comme le rapporte le média local Panorama. Maduro continue de pousser les habitants du Venezuela à utiliser l’altcoin, avec un succès mitigé.

 

Les échanges petro-FIAT débloqués

Selon Maduro, les « trois millions d’épargnants » possédant du Petro peuvent maintenant les échanger contre des monnaies FIAT, y compris le bolivar, la monnaie locale. Il a encouragé les commerçants à adopter le Petro, afin de stabiliser et promouvoir l’économie du pays, qui traverse actuellement une crise financière d’ampleur. Il a ainsi déclaré : « Si vous avez un bon magasin, un bon supermarché, si vous vendez des appareils électroménagers, inscrivez-vous au système de crypto-monnaie, nous vous fournissons la partie technologique ».

Selon Maduro, cette nouvelle vise à récompenser la confiance des épargnants qui ont choisi le Petro depuis son lancement l’année dernière. En parallèle, le gouvernement compte donner à chaque région vénézuélienne une subvention d’un million de Petros par mois, afin de soutenir l’économie locale. Il a également indiqué qu’il était nécessaire de communiquer aux habitants du Venezuela la liste des commerces où la monnaie virtuelle est maintenant acceptée. Dans l’ensemble, le président s’est montré très optimiste sur l’avenir de sa cryptodevise, déclarant : « Le Petro est dans les exchanges du monde entier, la crypto-monnaie vénézuélienne est déjà une réalité ».

 

Un Petro qui peine encore à se démocratiser

Dans la réalité, le Petro peine encore à faire ses preuves, malgré l’enthousiasme de Maduro pour le sujet. Son lancement avait été un succès, mais l’altcoin ne parvient pas toujours à trouver des cas concrets d’utilisation. En juillet, Maduro avait même dû ordonner à la Banque du Venezuela d’ouvrir des guichets de transaction pour le Petro dans toutes ses agences locales.

Quoi qu’il en soit, le gouvernement semble décidé à tout miser sur les cryptodevises, afin d’améliorer sa situation financière et contrer les sanctions américaines qui étouffent l’économie du pays. En septembre, on apprenait ainsi qu’il envisageait d’utiliser le Bitcoin et l’Ethereum dans les réserves de sa banque centrale, une première au niveau mondial.

En attendant, les habitants du Venezuela semblent eux aussi prêts à adopter d’autres cryptodevises non gouvernementales afin de lutter contre l’inflation. Le Dash est particulièrement développé dans le pays, où il dépasse même le Bitcoin et le Litecoin. Le Petro, qui a été accusé d’être gonflé artificiellement par le gouvernement, a pour l’instant du mal à suivre.

 

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments