Partager cet article :

 

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a choisi d’intervenir pour forcer la Banque du Venezuela à accepter la crypto-monnaie développée par le gouvernement : le Petro (PTR). L’altcoin a pour l’instant du mal à percer, face à un Dash (DASH) qui garde la faveur des habitants du pays.

 

Le gouvernement pousse les Vénézuéliens à adopter le Petro

L’information a été rapportée par un tweet du ministère des Finances du Venezuela. Il informe que le président a donné l’« ordre exprès » d’ouvrir des « guichets de transactions pour le Petro dans toutes les agences de la Banque du Venezuela ». La "Banco de Venezuela" est l’institution bancaire la plus importante du pays. L’annonce de Maduro a eu lieu à l’occasion de la célébration de dix ans de nationalisation pour cette banque.

Ce n’est pas la première initiative du président vénézuélien en ce sens. Comme le rappelle Coin Telegraph, Maduro avait déjà franchi une étape le 19 juin dernier. Il avait alors annoncé que 924 millions de bolivars, la monnaie FIAT du pays, seraient débloqués pour la « Banque digitale des Jeunes et des Étudiants ». Un million de portefeuilles Petro devraient ainsi être ouverts.

 

Un Petro jusque là hésitant

Le Venezuela est un des premiers pays à adopter un système monétaire vraiment hybride. Cette avancée est facilitée par la crise financière sans précédent que traverse le pays. Le bolivar a en effet chuté très fortement, il s’échange actuellement autour de 0.08 euro. Le Petro a donc été présenté comme une sorte de sauveur. Adossé aux réserves pétrolières du pays, il devait à l’origine valoir 3 600 bolivars. L’idée était de proposer une monnaie évolutive qui suive l’économie du pays et le prix des biens de consommation.

Le problème de l’altcoin selon la plupart des commentateurs, c’est que son prix est fixé par le gouvernement. Il a déjà été accusé d’être gonflé artificiellement, à cause d’une trop grande centralisation. Méfiants, les habitants du Venezuela se sont donc plutôt tournés vers d’autres alternatives cryptographiques, comme le Dash. Depuis son lancement, ce dernier est parvenu à occuper le terrain en Amérique latine, avec des branches très dynamiques au Venezuela. Il reste actuellement la crypto-monnaie la plus utilisée dans le pays. Depuis mai, il dépasse même le Bitcoin (BTC) et le Litecoin (LTC).

 

La nouvelle initiative de Maduro pourrait cependant parvenir à forcer l’utilisation du Petro. En ouvrant des guichets dans les banques les plus répandues du pays, cela crée une grande facilité d’accès à l’altcoin. Mais ce n’est pas sûr que ce dernier parvienne à déloger Dash, qui est déjà installé dans un peu moins de 5 000 points de vente dans le pays.

 

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdataSite de Marine DebelloirMail de Marine Debelloir

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

Partager cet article :

Poster un Commentaire

avatar