La crypto-monnaie d’État du Venezuela, le Petro (PTR), avait déjà bien du mal à décoller. Il semblerait que son utilité soit maintenant mise en cause dans le pays, comme en témoignent des utilisateurs et des commerçants qui essaient sans succès de se servir du système de règlement.

 

La Banque du Venezuela stoppe certains services

Bien qu’il ait été présenté comme une panacée par le président du Venezuela Nicolas Maduro, le Petro semble en effet difficilement utilisable. Comme le rapporte le média local El Nacional, c’est tout d’abord la Banque du Venezuela qui a cessé de proposer la vente de l’actif PTR via le service BioPago. Ce dernier permettait en théorie de dépenser la crypto-monnaie dans les commerces qui l’acceptent. Pour rappel, Maduro avait déjà dû forcer l’ouverture de ces guichets dans les agences de la banque nationale, qui reste la plus importante dans le pays.

 

Les utilisateurs se plaignent du Petro

Pire, les utilisateurs du Petro ont dû faire face à des défauts de paiement. Un nombre important de Vénézuéliens, notamment des retraités, avaient reçu des PTR sous la forme d’une prime de Noël. Mais pour beaucoup, l’utilisation de ces fonds est un vrai chemin de croix. Ils doivent rejoindre des files d’attente de 4 à 6h afin d’accéder aux magasins qui acceptent la monnaie numérique d’État.

De leur côté, les commerçants se sont plaints que les paiements en Petro sont souvent stoppés, avec des transactions qui n’aboutissent pas. La Bank of Venezuela aurait confirmé que les commerçants floués seraient remboursés des sommes perdues. Mais cela ne fait bien sûr rien pour combler le déficit de confiance des habitants du pays. Des problèmes semblent également survenir lorsque des commerçants ou des utilisateurs essaient de convertir leurs crypto-actifs en monnaie FIAT.

 

Une crypto-monnaie qui peine à convaincre

Malgré l’enthousiasme du gouvernement vénézuélien, qui pousse à l’utilisation du Petro, la crypto-monnaie reste donc peu utilisable. L’actif est cependant distribué largement, afin de forcer son utilisation par les habitants. Au-delà de la prime de Noël, le gouvernement avait également annoncé un airdrop en décembre 2019. Ces initiatives ont été critiquées : il semble que l’État vénézuélien voit le développement de l’actif numérique comme un coup de baguette magique, qui viendrait effacer la crise financière sans précédent que traverse le pays. Il a ainsi modifié le nombre de barils de pétrole qui adossent l’actif numérique. Cela déstabilise donc la crypto-monnaie, d’autant plus si elle ne peut pas être utilisée efficacement par les habitants du Venezuela.

👉 Découvrez toutes nos analyses de plus de 80 projets cryptos

 

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments