Nouvel épisode dans la bataille acharnée entre Telegram et la Securities and Exchange Commission (SEC). Les investisseurs situés en dehors des États-Unis, qui demandaient la distribution des tokens de Gram, ne pourront finalement pas les recevoir. Mais la communauté TON a peut-être une solution...

 

Des tokens de Gram interdits de sortie

La décision n’est pas entièrement surprenante. Elle fait suite à une injonction de la SEC, qui a officiellement empêché Telegram de distribuer ses tokens il y a maintenant une semaine. Suite à ce coup dur, Telegram avait demandé si cette interdiction s’appliquait aux investisseurs hors États-Unis, expliquant que l’entreprise pouvait simplement restreindre ses services aux utilisateurs des autres pays. Ces derniers représentent une part conséquente des investissements dans le réseau TON : 1.27 milliard de dollars seraient venus d’eux.

Mais le juge Kevin Castel a tranché : Telegram n’est pas censé distribuer ses Grams en Europe ou ailleurs. La raison de cette fermeté, c’est la nature du réseau TON. Même si Telegram bloquait effectivement la distribution pour ses investisseurs situés aux États-Unis, un marché secondaire pourrait se développer :

« La blockchain de TON a été créée pour accorder l’anonymat à ceux qui achètent et vendent des Grams. […] Interdire la revente de Grams des investisseurs initiaux [vers les États-Unis] ne semble pas faisable. »

👉 A lire sur le même sujet : La SEC prouve que Telegram a continué la vente de tokens Gram après l’ICO

 

La communauté TON monte au créneau

Les jetons de Gram seront-ils un jour distribués ? On peut maintenant en douter, tant la SEC se montre ferme avec Telegram, qui sert sans doute d’exemple pour tous les autres. Mais la communauté qui s’est formée autour de TON n’a pas dit son dernier mot. Interrogé par CoinTelegraph il y a quelques jours, Fedor Skuratov de la TON Community Foundation (TCF) avait expliqué que la communauté choisirait peut-être simplement de lancer le réseau TON, quoi qu’en pense la SEC :

« Nous disposons de plusieurs options, dont le lancement de TON par la TCF. […] Personne ne peut empêcher le lancement de TON par une autre entité, personne ou communauté, parce que TON est une solution décentralisée et open source. Il y a déjà deux réseaux de test, et au sein de la communauté, il y a au moins un groupe qui planifie le lancement. »

 

Si cela arrivait, ce serait un camouflet pour la SEC, mais cela aurait l’avantage de prouver qu’une solution entièrement décentralisée peut exister et perdurer, quel que soit l’avis du gendarme financier américain. Sortez donc le popcorn, car cette histoire est loin d’être finie.

👉 Pour aller plus loin, consultez notre dossier : La crypto-monnaie peut-elle se démocratiser de manière décentralisée ?

 

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments