SwissBorg rejoint le rang des PSAN

Ce mardi, la plateforme d’échange et de stacking de cryptomonnaies SwissBorg a obtenu auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF), son enregistrement comme prestataire de service sur actifs numériques (PSAN).

C’est une nouvelle importante pour cet acteur de l’écosystème. Cela lui permet en effet d’opérer en France en toute conformité avec la régulation, ainsi que de pouvoir proposer des campagnes publicitaires dans le pays.

En effet, si les Français sont libres d’utiliser la plateforme qu’ils souhaitent, même si celle-ci n’est pas PSAN, il faudra en revanche que cette dernière soit enregistrée si elle aspire à viser spécifiquement notre marché dans son marketing.

En plus de Swissborg, deux autres entreprises ont obtenu leur enregistrement PSAN ce mardi : Mon Livret C et Klub.ki tous deux basés en France.

👉 Pour aller plus loin – Découvrez notre tutoriel complet sur SwissBorg

Une première pour une plateforme suisse

C’est la première fois qu’une plateforme suisse obtient ce titre auprès de l’AMF. Ce n’est en revanche pas la première entreprise étrangère, Bitpanda, originaire d’Autriche et LiteBit, venant des Pays-Bas, ont également tous deux leur enregistrement.

Au total, ce sont 36 noms, qui composent la liste de l’AMF au moment de la rédaction de cet article.

Justine Lamberger, chargée des affaires réglementaires chez Swissborg a souligné l’importance de coopérer avec les organismes de régulation :

« Chez SwissBorg, nous avons toujours porté une grande attention aux réglementations, licences et mesures de sécurité. Nous pensons que toute organisation financière digne de ce nom se doit de le faire, qu’elle agisse dans le domaine des actifs numériques ou dans la finance traditionnelle. »

Alors que dans le cadre de la réglementation MiCA, il y a fort à parier que l’Union européenne finisse par s’inspirer de ce statut français pour l’élargir à l’ensemble de son territoire, la plateforme prend les devants afin d’entrer dans les bonnes grâces des régulateurs. Bien que la Suisse ne soit pas concernée pour son propre territoire.

C’est un choix stratégique intéressant de la part de l’exchange helvétique qui peut désormais cibler sa communication dans un pays au sein duquel 30 % de la population envisagerait de se lancer dans les cryptomonnaies.

👉 Sur le même sujet – Le statut PSAN peine à séduire les entreprises et les particuliers Français

Sources : SwissBorg, AMF

Découvrir notre Groupe Privé

Du contenu à haute valeur ajoutée et rapide à consommer

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

Ce qu’il faut savoir sur les liens d’affiliation. Cette page présente des actifs, des produits ou des services relatifs aux investissements. Certains liens présents dans cet article sont affiliés. Cela signifie que si vous achetez un produit ou que vous vous inscrivez sur un site depuis cet article, notre partenaire nous reverse une commission. Cela nous permet de continuer à vous proposer des contenus originaux et utiles. Il n'y a aucune incidence vous concernant et vous pouvez même obtenir un bonus en utilisant nos liens.

Les investissements dans les crypto-monnaies sont risqués. Cryptoast n'est pas responsable de la qualité des produits ou services présentés sur cette page et ne pourrait être tenu responsable, directement ou indirectement, par tout dommage ou perte causé suite à l'utilisation d'un bien ou service mis en avant dans cet article. Les investissements liés aux crypto-actifs sont risqués par nature, les lecteurs doivent faire leurs propres recherches avant d'entreprendre toute action et n’investir que dans les limites de leurs capacités financières. Cet article ne constitue pas un conseil en investissement.

A propos de l'auteur : Vincent Maire

twitter-soothsayerdata

Je découvre timidement le monde de la blockchain fin 2018 lors de ma quête de liberté financière. D'abord investi modérément, ce n'est que deux ans plus tard que je prends le pari de tout miser sur le mouvement qui se dessine alors. Je consacre ensuite 2021 à mieux me former pour acquérir plus de connaissances et de sérieux. Comme j'aime souvent le dire : j'ai encore un milliard de choses à apprendre. Et ce que je sais, je souhaite le partager avec vous.
Tous les articles de Vincent Maire.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments