La SEC s'attaque à Ripple et au XRP

Coup dur pour Ripple. La Securities and Exchange Commission (SEC), le principal organisme de surveillance des services financiers des États-Unis, se penche sérieusement sur l'entreprise et sa cryptomonnaie, le XRP.

Le PDG de Ripple, Brad Garlinghouse, s'est récemment confié au magazine Fortune à ce sujet. Il a révélé en toute transparence que la SEC serait sur le point de poursuivre Ripple pour avoir émis des XRP en tant que titre non enregistré.

Le procès devrait être intenté d'ici peu, sans qu'une date précise n'ait été dévoilée. Brad Garlinghouse et Chris Larsen (cofondateur de Ripple) seront désignés comme défendeurs. Pour Brad Garlinghouse, le président de la SEC, Jay Clayton, « a honteusement décidé de poursuivre Ripple, et de laisser le travail juridique au prochain président. »

En effet, Jay Clayton a annoncé qu'il se retirera de ses fonctions à la fin de l'année, 6 mois avant la fin officielle de son mandat. Cette attaque à l'encontre de Ripple serait donc la dernière de toute sa présidence, intentée quelques jours avant qu'il quitte ses fonctions :

« Aujourd'hui, la SEC a décidé d'attaquer [l'industrie] de la cryptomonnaie. Le président [de la SEC] Jay Clayton - dans son dernier acte - choisit les gagnants et essaie de limiter l'innovation américaine au BTC et à l'ETH, » a-t-il ajouté.

Ripple a placé la majorité de ses avoirs en XRP en séquestre en 2017 et vend régulièrement des portions de ces fonds à des investisseurs institutionnels et sur des plateformes d'échange. Particularité qui ne plaît guère à la SEC.

Pourtant, Ripple maintient que le XRP reste indépendant de son entreprise. Les investisseurs du XRP n'étant pas actionnaire du Ripple, celui-ci ne devrait pas être considéré comme un titre, selon l'entreprise.

👉 Pour en savoir plus - Ripple achète du XRP pour « soutenir les marchés »

Une bataille commence entre Ripple et la SEC

Bien évidemment, Ripple ne compte pas en rester là et compte bien se défendre. Brad Garlinghouse soutient notamment que la SEC est dans l'erreur :

« La SEC est fondamentalement dans l'erreur, en droit et en fait. Le XRP est une monnaie, et n'a pas à être enregistré comme un contrat d'investissement. En réalité, le ministère de la Justice et le FinCEN du Trésor ont déjà déterminé que le XRP est une monnaie virtuelle en 2015 et d'autres régulateurs du G20 ont fait de même. Aucun autre pays n'a classé le XRP comme un titre, » souligne-t-il.

Le PDG de Ripple s'est également exprimé sur Twitter, affirmant que l'entreprise était prête à cette bataille contre le régulateur :

« La SEC - en décalage avec les autres pays du G20 et le reste du gouvernement américain - ne devrait pas pouvoir choisir à quoi ressemble l'innovation (surtout lorsque sa décision bénéficie directement à la Chine). Ne vous y trompez pas, nous sommes prêts à nous battre et à gagner - Cette bataille ne fait que commencer. »

Effet immédiat de cette annonce, le cours du XRP a chuté de près de -15 %, passant de 0,53 $ à 0,45 $. À l'heure de l'écriture de cet article, il s'agit de la baisse la plus importante pour un altcoin majeur sur les dernières 24 heures.

Cours XRP

Évolution du cours du XRP suite à l'annonce - Source : Trading View - XRP/USDT

 

Maintenant que la SEC a Ripple dans le viseur, difficile d'imaginer comme l'entreprise pourrait s'en sortir sans dommages. Le XRP accuse déjà le coup, et sa chute pourrait continuer en fonction de l'avancée de l'affaire.

👉 Sur le même thème - Ripple (XRP) décide de s’exporter à Dubaï

 

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur en chef de Cryptoast, je découvre le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, je m'efforce de partager un contenu qualitatif pour que le secteur se démocratise auprès de tous.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments