Mozilla accepte le Dogecoin (DOGE) – Son cofondateur critique « les escrocs qui incinèrent la planète »

La Fondation Mozilla a annoncé ce week-end qu’elle acceptait désormais les dons en Dogecoin (DOGE). De quoi susciter l’ire du cofondateur du projet, Jamie Zawinski, qui n’y est pas allé de main morte dans sa critique des cryptomonnaies.

Mozilla accepte le Dogecoin (DOGE) – Son cofondateur critique « les escrocs qui incinèrent la planète »

Mozilla accepte désormais le Dogecoin (DOGE)

Contrairement à ce que pourrait laisser entendre la publication de Zawinski, cela fait déjà longtemps que Mozilla accepte les dons en cryptos – depuis 2014 pour être exact. Comme l’explique le tweet de Mozilla, ces derniers sont pris en charge par BitPay.

En plus du DOGE, les donateurs peuvent envoyer du Bitcoin, Bitcoin Cash, de l’Ether, du Litecoin, du XRP, et même du Shiba Inu, bien que la Fondation soit restée discrète à ce sujet. On note que l’utilisation de BitPay permet à Mozilla de recevoir les fonds en monnaie fiat, l’échange étant géré par le prestataire de service.

👉 Sur le même sujet – BitPay s'associe à Wix pour permettre à ses utilisateurs d'accepter les paiements en cryptomonnaies

Cryptoast Research

Passez vos investissements à la vitesse supérieure

toaster icon

Le cofondateur de Mozilla monte au créneau

L’annonce de Mozilla concernant le Dogecoin n’a pas été du goût de la communauté open source, qui a fait savoir son mécontentement sur Twitter. En particulier Jamie Zawinski, le cofondateur de Mozilla.org, qui avait quitté le projet en 1999.

Selon lui, accepter les cryptomonnaies est complètement antithétique avec les idéaux défendus par Mozilla :

« Tous ceux qui participent au projet devraient mourir de honte en ce qui concerne la décision de s’associer à des arnaqueurs Ponzi qui incinèrent la planète. »

On passera brièvement sur l’accusation d’arnaque et de Ponzi, l’attaque étant peu réaliste. En ce qui concerne les conséquences écologiques des cryptomonnaies, les critiques se sont effectivement faites de plus en plus notables ces derniers mois.

Il est difficile d’évoquer le sujet de manière apaisée, les pro et anti se déchirant systématiquement sur les différentes interprétations. Ce qu’on sait, c’est que le coût écologique du réseau Bitcoin (BTC), et de la Preuve de Travail en général, est très mal compris par le grand public.

On notera aussi que les idéaux défendus par la communauté open source et la communauté crypto se rejoignent souvent, de même que les méthodes utilisées par les groupes de travail pour s’organiser. Il est donc intéressant de voir que les deux peuvent s’opposer de manière aussi nette.

👉 Découvrez le fonctionnement de la Preuve de Travail

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque lundi par mail 👌

guest
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
Adela Ramseta

Attention, telle une vraie pandémie (cette fois), l'idéologie anti-démocratique (dont on sait d'où elle vient, je m’arrête là…) avec ces vertus décidément supérieures au commun des mortels (i.e. les gueux qui, sur forte recommandation schwabsienne, doivent manger des insectes, ne pas se chauffer en hiver et surtout, ne pas laver son linge pour ne pas faire du mal à mozer né-tcheur ; comme on est méchant), adepte du communautarisme à toutes les sauces, qui a gangrené et divisé notre société, a décidé de ne pas épargner les cryptos non plus. C’est fou ce que ces relais idiots de la bonne… Read more »

Last edited 1 année plus tôt by Adela Ramseta
Voir plus
Tout voir

Cryptoast

Le site qui explique tout de A à Z sur le Bitcoin, la blockchain et les crypto-monnaies. Des actualités et des articles explicatifs pour découvrir et progresser dans ces secteurs !


Les articles les plus lus

Top 5 des cryptomonnaies les plus performantes en janvier 2023

Top 5 des cryptomonnaies les plus performantes en janvier 2023

Bitcoin (BTC) : la crainte du piège haussier (ou bull trap)

Bitcoin (BTC) : la crainte du piège haussier (ou bull trap)

Société Générale, Banque populaire, Netflix, Apple… La longue liste des créanciers de FTX a été publiée

Société Générale, Banque populaire, Netflix, Apple… La longue liste des créanciers de FTX a été publiée