MetaMask tourne le dos à l'open source complet

À une date encore non précisée, MetaMask sera publié sous une nouvelle licence, ce que la société appelle une licence propriétaire à plusieurs niveaux. Ainsi, MetaMask laisse derrière lui sa précédente licence MIT, une licence logicielle permissive pour logiciels libres et open source.

Le code source de MetaMask est maintenant entièrement détenu par ConsenSys, la firme spécialisée dans le développement autour d'Ethereum (ETH). Cependant, le code sera toujours disponible dans un dépôt public. La distribution, la copie, la modification et la création de logiciels dérivés seront également autorisées.

Dans un communiqué publié le 21 août, MetaMask assure que cette initiative n'aura aucun impact sur les utilisateurs finaux, la plupart des développeurs d'applications et les organisations à but non lucratif.

L'utilisation de MetaMask à des fins commerciales reste donc possible tant que le nombre d'utilisateurs actifs mensuels du programme résultant, toutes versions et plateformes confondues, ne dépasse pas les 10 000. Toute création dérivée de MetaMask devra également respecter cette même restriction de licence :

« Par exemple, si vous avez copié MetaMask et que vous le proposez commercialement à un public de plus de 10 000 utilisateurs actifs par mois, nous aimerions conclure un accord commercial formel, » précise MetaMask.

Ainsi, pour les applications qui utilisent MetaMask à grande échelle, celles-ci devront signer un accord commercial avec la société.

👉 Consultez notre tutoriel d'utilisation de MetaMask

Comment MetaMask justifie-t-il cette décision ?

MetaMask justifie cette décision en indiquant que pour continuer à fournir ses solutions à l'avenir, il lui est nécessaire d'obtenir une compensation équitable dans le cadre de la poursuite de son développement.

MetaMask souligne également que cette licence le protège contre « les profiteurs ou les concurrents situés en amont et qui pourraient exercer un contrôle monopolistique. »

Sans que le communiqué ne mentionne pas spécifiquement quels pourraient être ces concurrents en question, Jacob Cantele, chef de produit de MetaMask, a cité sur Twitter l'exemple du crypto-navigateur Brave :

« Nous devons être en mesure de concurrencer les navigateurs qui ont forké MetaMask, qui pushent leurs propres forks, tout en rendant MetaMask difficile à utiliser (même lorsqu'il est explicitement installé). »

Selon sa capture d'écran, Cantele suggère que Brave bloque intentionnellement l'utilisation de MetaMask bien que l'extension soit installée sur le navigateur. Une particularité qui ne plaît pas à Centele, sachant que la solution Crypto Wallets de Brave est un fork de MetaMask.

 

Ce week-end, cette décision prise par MetaMask a fait l'objet d'un important débat dans la crypto-sphère. Certains trouvent cela regrettable que MetaMask se détourne de son idéologie initiale, qui est de fournir une solution open source utilisable par tous.

Toutefois, avec la rude concurrence qui s'est installée dans le secteur des cryptomonnaies au fil des années, d'autres pensent que ce choix de MetaMask est justifié, notamment pour que la société survive.

👉 Pour aller plus loin : Le wallet MetaMask déploie une mise à jour majeure axée sur la vie privée

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur en chef de Cryptoast, je découvre le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, je m'efforce de partager un contenu qualitatif pour que le secteur se démocratise auprès de tous.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments