Un doute sur la décentralisation du protocole Uniswap ?

On en parlait en fin de semaine dernière, Uniswap Labs, l’équipe de développement derrière l’exchange décentralisé Uniswap (UNI), a retiré une centaine de tokens de son interface.

On y retrouve notamment les tokens des écosystèmes Mirror Protocol (MIR), UMA et Synthetix (SNX). Tous ont un point commun : ils proposent un service d’actions tokénisées. Ces actions sous forme de tokens suivent le cours des actions d'entreprises, et sont directement intégrées à la finance décentralisée.

Problème, la régulation sur ces actifs s’intensifie outre-Atlantique. Gary Gensler, président de la SEC (l'organisme fédéral américain de règlementation et de contrôle des marchés financiers), a rappelé sa proximité avec le monde des actions et leur règlementation :

« Peu importe qu’il s’agisse d’une action tokénisée, d’un token garanti à des titres, ou de tout autre produit qui fournit une exposition synthétique aux titres sous-jacents. Les entités qui proposent ces actifs doivent respecter la régulation ».

C’est cette position du président de la SEC qui a motivé le retrait des paires associées sur l’interface Uniswap. Mais ce retrait brutal, sans consultation de la communauté au préalable, questionne sur la décentralisation du protocole.

Le protocole Uniswap incarne la vague de la DeFi depuis plusieurs mois. Comment l’équipe a-t-elle pu prendre le pas sur le protocole et retirer ces tokens sans l’aval de la majorité des détenteurs de tokens UNI ?

En réalité, il n’en est rien. Le protocole n’a pas changé et les tokens sont toujours accessibles, comme le rappelle TokenBrice

« Uniswap Labs, la compagnie qui gère l’interface d'Uniswap, a pris la décision d’enlever des tokens en anticipation du risque légal lié aux évolutions des actions tokénisées outre-Atlantique. Ça n’enlève aucune fonctionnalité au protocole. L’accès aux pools de liquidité et toujours possible, et l’échange de tokens également, par le biais d’interfaces tierces notamment. »

Il ne s’agit donc que d’un changement mineur sur l’interface du protocole. Les pools de liquidité et smart contacts n’étant pas concernés par ce changement. Il est par ailleurs intéressant de noter que l’interface d’Uniswap traite moins de la moitié des échanges de son protocole. La majorité des flux arrivent d’agrégateurs et autres interfaces, connectées aux pools d’Uniswap et ne sont donc aucunement impactés.

« Si ce retrait d’ordre esthétique permet à Uniswap de rentrer dans les clous de la régulation et de prospérer, je n’y vois pas de problème », poursuit TokenBrice.

Nous suivre sur WhatsApp

Recevez chaque jour les actualités crypto 🔥
Mais pas que 👀

La DeFi se polisse-t-elle pour l’arrivée des institutionnels ?

Depuis plusieurs mois, la finance décentralisée attire le regard et les capitaux des institutionnels. Aave et Compound, tous deux protocoles d’emprunts et de dépôts d’actifs, ont notamment développé des marchés réservés à ces derniers. Pour Marc Zeller, integrations lead du protocole Aave, la question du polissage n’a pas sa place :

« Le cadre légal n’est pas suffisamment clair. Dans des industries aussi jeunes, l’autocensure fait plus de dégâts que la régulation à terme ».

Le retrait des tokens de l’interface Uniswap n’est pas problème tant que la base du protocole, les contrats intelligents qui font tourner le protocole, eux, ne bougent pas.

« Le cas Uniswap n’est pas un réel problème. Il ne faut pas craindre un changement d’interface tant que les smart contracts résistent à la censure. C’est aujourd’hui le cas. Mais ils pourraient techniquement être modifiés pour bloquer certains accès et il faudrait alors s’en inquiéter. »

Une copie d’Uniswap, Uniswap.rip, permet d'ores et déjà de retrouver ces fonctionnalités. Et c’est toute la force de la DeFi.

Dans la même mouvance, les plateformes FTX et Binance ont récemment abaissé leurs effets de levier pour le trading, passant de x125 à x20. Ce rétropédalage intervient dans un contexte où les régulateurs mondiaux semblent de plus en plus s'intéresser à la règlementation des plateformes d'échanges de cryptomonnaies.

Quoi qu'il en soit, l'industrie des cryptomonnaies semble évoluer et s'adapte pour accueillir de plus en plus d’utilisateurs. Les régulateurs qui commencent doucement à hausser le ton sur certaines dérives ou certains risques en sont la preuve. Car si ces derniers sont souvent mal perçus par l'écosystème déjà en place, ils symbolisent et protègent l'arrivée de nouveaux utilisateurs novices.

Pour aller plus loin, retrouvez notre podcast avec Marc Zeller, au sujet de la place des institutionnels dans la finance décentralisée :

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Valentin Demé

twitter-soothsayerdata

Passionné par la technologie Blockchain et les crypto monnaies, je suis la voix du podcast de Cryptoast. J'écris également beaucoup sur les sujets DeFi.
Tous les articles de Valentin Demé.

guest
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
MRB

Les institutionnels pénètrent le système de toute part... Une fin ou un nouveau début ?