Le « darkverse », la face cachée et illégale du metaverse ?

Le metaverse est à la mode, et de nombreux projets essaiment, promettant des mondes virtuels communautaires, où chacun pourrait se retrouver. Mais ces nouveaux usages pourraient-ils s’accompagner d’une criminalité spécifique ? C’est l’hypothèse développée par certains experts de la cybersécurité. On fait le point sur ce qui se dessine pour le futur.

Le « darkverse », la face cachée et illégale du metaverse ?

L’essor à venir du « darkverse » ?

La société de sécurité informatique Trend Micro a récemment publié un rapport sur le sujet. Elle y détaille les potentiels risques de sécurité du metaverse (ou métavers), qui reste un domaine relativement nouveau. Selon elle, les mondes virtuels du Web3 pourraient avoir leur pendant illégal, baptisé pour l’occasion « darkverse ».

? C’est quoi le Web3 ? Tout savoir sur cette version décentralisée d’Internet

Pour rappel, le dark web est une partie du Web non indexée par les moteurs de recherche classiques, qui n’est accessible qu’en utilisant des protocoles précis. Ces réseaux sont souvent médiatisés pour les contenus et services illégaux qu’ils peuvent proposer, notamment des plateformes de vente de stupéfiants comme le défunt Silk Road.

Selon le rapport de Trend Micro, ces pratiques pourraient s’étendre au metaverse, créant un darkverse :

« D’une certaine manière, [le darkverse] est plus dangereux que le dark Web, à cause de la présence pseudo-physique des utilisateurs. Il imite les rendez-vous physiques clandestins, à l’inverse des fils de discussion ouverts sur les forums criminels du dark Web. »

? Besoin de précisions sur le metaverse 👉 Retrouvez notre guide sur les univers virtuels du Web3

Bitpanda : la plateforme idéale pour diversifier ses investissements
Publicité - Investir comporte des risques (en savoir plus)

Des pratiques spécifiques ?

Le darkverse pourrait être utilisé pour proposer des places de marché illégales, mais aussi pour d’autres usages non liés à la criminalité :

« Cet espace pourrait aussi être utilisé afin de promouvoir la liberté d’expression face à des entités ou des gouvernements oppressants. »

Si le darkverse voit naître des lieux numériques illégaux, l’accès pourrait nécessiter des tokens d’identification, probablement sous la forme de tokens non fongibles (NFTs). Cela poserait alors un problème pour les forces de l’ordre, qui n’auraient pas de moyen d’y entrer. Autre hypothèse pour limiter l’accès : les utilisateurs pourraient potentiellement n’entrer dans ce type de lieux que s’ils sont présents physiquement dans une certaine zone.

On le voit, les potentiels risques soulevés par le rapport ne diffèrent pas franchement de ceux qui existent déjà avec le darknet. La présence d’utilisateurs « pseudo-physiques » ne change pas fondamentalement le fonctionnement de ce type de réseaux, l’ajout d’un avatar n’étant en soi qu’un moyen d’interagir de manière différente avec ces univers virtuels.

Ce ne sont bien sûr que des projections, et il est difficile d’estimer à ce stade si les criminels s’empareront de ces nouveaux outils ou non, et quelle serait l’ampleur réelle de la chose.

👉 Retrouvez les différents cas d’utilisation des tokens non fongibles (NFTs)

Acheter des cryptos sur eToro
L'investissement dans les cryptomonnaies est proposé par eToro (Europe) Ltd en tant que PSAN enregistré auprès de l'AMF. L'investissement dans les crypto-actifs est très volatil. Il n'existe pas de protection des consommateurs. Investir est risqué (en savoir plus)

Autres risques du metaverse

Le rapport est cependant plus concret lorsqu’il évoque les risques génériques liés au metaverse. Il pointe ainsi du doigt le blanchiment d’argent lié aux propriétés numériques proposées sous forme de NFTs. Il s’agit déjà d’une pratique supposée par une partie de la communauté, les tokens non fongibles pouvant atteindre des prix colossaux.

Par ailleurs, des questions de vie privée sont également soulevées. Les actions des utilisateurs du metaverse peuvent en effet théoriquement être surveillées par les opérateurs des mondes virtuels, ce qui pourrait leur donner un grand pouvoir indirect. Les mouvements « réels » des utilisateurs de casques ou autres objets connectés pourraient par ailleurs être surveillés. Ces données collectées pourraient alors être utilisées pour des attaques basées sur l’ingénierie sociale (social engineering). Sans parler des questions éthiques que cela peut soulever.

Le rapport pointe également du doigt l’utilisation de deep fakes, qui sont de plus en plus présents et qui pourraient trouver une place de choix dans le metaverse. La frontière floue entre réel et virtuel pourrait faciliter certaines pratiques.

Comme tout nouveau secteur technologique, l’évolution du metaverse sera donc nécessairement accompagnée de problématiques à résoudre :

« Nous nous attendons à ce qu’il y ait de nombreux problèmes à résoudre afin que le metaverse devienne une réalité. Aucune entreprise n’a les moyens de construire le metaverse seule. »

Le traitement médiatique d’un éventuel « darkverse » devrait en tout cas suivre les codes établis avec le darknet actuel. Il faudra donc bien discerner ce qui révèle du FUD et ce qui pose réellement problème pour les utilisateurs.

Cryptoast Research : profitez de 50 % de réduction pour célébrer le halving !

Source : Trend Micro

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque lundi par mail 👌

Ce qu’il faut savoir sur les liens d’affiliation. Cette page peut présenter des actifs, des produits ou des services relatifs aux investissements. Certains liens présents dans cet article peuvent être affiliés. Cela signifie que si vous achetez un produit ou que vous vous inscrivez sur un site depuis cet article, notre partenaire nous reverse une commission. Cela nous permet de continuer à vous proposer des contenus originaux et utiles. Il n'y a aucune incidence vous concernant et vous pouvez même obtenir un bonus en utilisant nos liens.


Les investissements dans les crypto-monnaies sont risqués. Cryptoast n'est pas responsable de la qualité des produits ou services présentés sur cette page et ne pourrait être tenu responsable, directement ou indirectement, par tout dommage ou perte causé suite à l'utilisation d'un bien ou service mis en avant dans cet article. Les investissements liés aux crypto-actifs sont risqués par nature, les lecteurs doivent faire leurs propres recherches avant d'entreprendre toute action et n’investir que dans les limites de leurs capacités financières. Cet article ne constitue pas un conseil en investissement.


Recommandations de l'AMF. Il n’existe pas de rendement élevé garanti, un produit présentant un potentiel de rendement élevé implique un risque élevé. Cette prise de risque doit être en adéquation avec votre projet, votre horizon de placement et votre capacité à perdre une partie de cette épargne. N’investissez pas si vous n’êtes pas prêt à perdre tout ou partie de votre capital.


Pour aller plus loin, lisez nos pages Situation Financière, Transparence du Média et Mentions Légales.

Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Voir plus
Tout voir

Cryptoast

Le site qui explique tout de A à Z sur le Bitcoin, la blockchain et les crypto-monnaies. Des actualités et des articles explicatifs pour découvrir et progresser dans ces secteurs !


Les articles les plus lus

L'adresse Bitcoin d'un mineur dormant depuis 14 ans vient de se réveiller et déplace 3,3 millions de dollars

L'adresse Bitcoin d'un mineur dormant depuis 14 ans vient de se réveiller et déplace 3,3 millions de dollars

Date et compte à rebours du halving Bitcoin de 2024

Date et compte à rebours du halving Bitcoin de 2024

Bitcoin : les 5 indicateurs à utiliser sur TradingView pour se positionner

Bitcoin : les 5 indicateurs à utiliser sur TradingView pour se positionner

Halving Bitcoin : les plateformes d'échange seront à cours de BTC dans 9 mois, selon Bybit

Halving Bitcoin : les plateformes d'échange seront à cours de BTC dans 9 mois, selon Bybit