En Corée du Sud, un candidat à la présidentielle se tourne vers les cryptos et les NFT

Le parti démocrate de Corée du Sud (DPK) est actuellement au pouvoir, et son candidat à la présidentielle Lee Jae-myung a montré son intérêt pour les cryptomonnaies et les tokens non fongibles (NFT). Comme le rapporte le média local Korea Times, il acceptera les dons de campagne dans plusieurs cryptomonnaies, dont le Bitcoin (BTC) et l’Ether (ETH).

Cela n’est pas une première, plusieurs partis politiques autour du monde ayant déjà choisi ce mode de financement. La nouveauté pour le DPK, c’est que des NFT seront distribués en échange de ces dons. Chaque personne qui fera un don en cryptos à la campagne recevra en échange un token non fongible sous la forme d’une image de Lee Jae-myung, avec une présentation de son projet politique.

👉 Lisez aussi – Corée du Sud : la taxation des gains en cryptomonnaies repoussée à 2023

Découvrir notre Groupe Privé

Du contenu à haute valeur ajoutée et rapide à consommer

Une manœuvre légale, qui va se démocratiser ?

L’institution qui surveille les comptes de campagne de Corée du Sud l’a confirmé : les NFT sont considérés comme des moyens légaux de financer des campagnes politiques. Cela a pris plusieurs mois pour valider ce nouveau mécanisme, selon le candidat à la présidentielle :

« Ces huit derniers mois, nous avons discuté de cette question avec la Commission Nationale des Élections et d’autres institutions du gouvernement. Les dons seront gérés en accord avec [les lois en vigueur]. »

Le positionnement du DPK semble en tout cas clair : il s’agit d’intégrer les technologies, plutôt que les interdire. C’est un écart notable avec le positionnement d’autres politiciens de grande ampleur, qui ailleurs dans le monde montrent les dents quand il s’agit de cryptomonnaies. Selon Lee Jae-myung, il s’agit de simplement reconnaître un mouvement de fond :

« Si nous nions ce qui existe en réalité, c’est similaire à une politique étrangère isolationniste. »

On peut prédire sans trop se tromper que la vague des NFT finira par arriver chez d’autres politiciens, surtout s’ils y voient un moyen de financer leurs campagnes d’une nouvelle manière. Verra-t-on bientôt en France des NFT à l’effigie de nos candidats présidentiels ? Cela reste à voir. L’élection en Corée du Sud aura quant à elle lieu le 9 mars prochain.

👉 À lire également – Corée du Sud : Coinone va interdire les retraits vers les portefeuilles externes non vérifiés

Source image : 경기도 뉴스포털 via Wikimédia Commons (Korea Open Government License Type I)

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédactrice en chef adjointe sur Cryptoast, je suis tombée dans la marmite des cryptomonnaies il y a quelques années. Je suis passionnée par les technologies novatrices qui découlent de la blockchain et j'aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments