La Chine réitère l'interdiction bancaire de 2017

Dans un communiqué publié ce lundi 21 juin 2021, la Banque populaire de Chine annonce s'être concertée avec les banques nationales et plusieurs services de paiement mobile concernant les activités liées aux cryptomonnaies. Parmi les services convoqués par la banque centrale de Chine, on trouve l'application de paiement mobile AliPay.

À l'issue de la concertation, la Banque populaire de Chine a interdit aux banques et aux services du pays de participer à des activités liées aux cryptomonnaies. Plus généralement, l'institution financière interdit de fournir un compte bancaire ou des services bancaires à toute entreprise impliquée dans le secteur des devises numériques. Finalement, Pékin se contente de rappeler des directives entrées en vigueur en 2017. Cette année-là, la Chine avait déjà interdit tous les échanges en cryptomonnaies sur son territoire.

« Les échanges de devises numériques perturbent l'ordre économique et financier, multiplient les risques de transferts illégaux d'actifs vers l'étranger, de blanchiment d'argent et d'autres activités illégales et criminelles, et portent gravement atteinte à la sécurité des biens », avance la Banque populaire de Chine.

L'institution exige aussi que les banques nationales et les services de paiement de Chine accroissent la surveillance sur les capitaux. Avec ce rappel aux allures de menace, la Chine souhaite lutter contre l'essor des exchanges de cryptomonnaies de pair-à-pair. Après l'entrée en vigueur des interdictions de 2017, les investisseurs chinois se sont massivement tournés par les plateformes permettant d'échanger des cryptomonnaies d'un utilisateur à un autre.

« Les institutions doivent enquêter de manière approfondie et identifier les échanges de devises numériques […] identifier les comptes de courtiers pair-à-pair […] améliorer les modèles de surveillance des transactions anormales », détaille le communiqué.

👉 À lire sur le même sujet : Le Bitcoin (BTC) est-il trop dépendant de la Chine ?

Une répression limitée contre les cryptomonnaies

Peu après l'annonce, les banques chinoises se sont engagées à appliquer les mesures de la Banque populaire de Chine. La Banque agricole de Chine a notamment annoncé une augmentation des enquêtes visant les cryptomonnaies. En cas d'infraction, les organismes bancaires se réservent le droit de suspendre un compte ou les services fournis aux investisseurs. Même son de cloche du côté d'AliPay, qui s'engage à « surveiller les transactions impliquant des devises numériques ». 

Sur Twitter, Colin Wu, journaliste chinois, assure que les restrictions décrites par la banque centrale de Chine s'annoncent plus souples que prévu. Pour prouver ses dires, le journaliste cite une prise de parole de Hong Shuning, ancien employé de la Banque populaire de Chine, sur le réseau social Weibo.

« Il s'agit de la moindre des nombreuses politiques de répression possibles », rassure Colin Wu.

Néanmoins, ce rappel des règles en vigueur s'inscrit dans un ensemble de mesures visant le secteur des cryptomonnaies en Chine. Il y a quelques jours, Pékin s'est attaqué aux mineurs de Bitcoin (BTC) sur le territoire chinois. La Chine a ordonné aux mineurs de la province du Yunnan de cesser leurs activités. Même son de cloche dans d'autres provinces prisées par les fermes de minage, comme le Sichuan.

👉 À lire sur le même sujet : Régulations en Chine : Huobi et OKEx suspendent certains services

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Florian Bayard

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Je suis ici pour raconter des choses parfois compliquées avec des mots toujours simples.
Tous les articles de Florian Bayard.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments