Les logiciels de rançon affiliés à la Russie

Dans un extrait d’un rapport à paraitre ce mois-ci sur la crypto-criminalité, Chainalysis nous apprend qu’une grande partie des revenus des logiciels de rançon, à savoir près de 73 %, sont affiliés à la Russie de près ou de loin.

Selon leurs critères de recherche, ce pourcentage de revenus se répartit dans les catégories suivantes :

  • 26,4 % proviennent de logiciels évitant les pays de la Communauté des États indépendants (CEI), une organisation intergouvernementale d’ex-nations de l’URSS ;
  • 9,9 % sont rattachés à Evil Corp, une organisation russe de cybercriminalité ;
  • 36,4 % des revenus étant classés comme « autres connexions avec la Russie ».

Répartition des revenus ransomware

Répartition des revenus liés aux logiciels de rançon - Source : Chainalysis

 

Chainalysis se base sur plusieurs éléments afin d’arriver à ces conclusions, par exemple, elle recherchera si les logiciels utilisés partagent des documents en langue russe. Ou alors, si ces mêmes logiciels excluent de leurs attaques les ordinateurs configurés en russe, à l’image du cheval de Troie Mars Stealer qui, bien que fonctionnant différemment, reprend cette fonctionnalité.

L’enquête révèle aussi que le butin de ces attaques s’élève à 400 millions de dollars sur l’année 2021, et sans surprise, les cibles se situent majoritairement en Amérique du Nord. De plus, 13 % de ces fonds extorqués transiteraient directement des adresses de ces logiciels de rançon à la Russie.

👉 Dans l'actualité : La Corée du Nord continuerait d’attaquer des exchanges pour financer son programme d’armement nucléaire

Découvrir notre Groupe Privé

Du contenu à haute valeur ajoutée et rapide à consommer

Moscou, une plaque tournante du blanchiment

Loin de se limiter aux logiciels de rançon, l’étude de Chainalysis nous montre qu’une grosse partie des revenus issus de la crypto-criminalité en Russie passent par Moscou durant le processus de blanchiment.

Plus spécifiquement, ces fonds passent par des entreprises liées aux cryptomonnaies. Bien que celles-ci ne soient pas directement impliquées dans des activités illicites, les entrées d’argent proviennent pour une part conséquente d’activités criminelles, comme le montre le graphique suivant :

Cryptomonnaies reçues Moscou

Répartition de l’origine des entrées de cryptomonnaies dans les entreprises moscovites - Source : Chainalysis

 

Sur la période s’étalant de début 2019 jusqu’au deuxième trimestre 2021, les fonds illicites reçus par les entreprises de cryptomonnaies moscovites pèsent 700 millions de dollars, soient 13 % des transactions. Suivant le trimestre étudié, cela peut monter jusqu’à 48 %. Concernant l’origine de ces capitaux, ils sont générés à près de 89 % par des escroqueries et du commerce sur le darkweb.

L’ironie de l’histoire, dans un écosystème décentralisé, est que près de la moitié des entreprises scrutées par Chainalysis opèreraient depuis la Tour de la Fédération, un complexe de double gratte-ciel au sein du quartier économique, Moskva-City.

Les statistiques unitaires de chaque entreprise du panel étudié sont très disparates. Pour certaines, ces fonds litigieux représentent moins de 10 % de leur volume global, ce qui accorde un bénéfice du doute concernant une implication volontaire ou non. Mais pour d’autres entreprises, ils représentent parfois plus de 30 %, ce qui au contraire laisse à penser que le blanchiment d’argent est effectué sciemment.

Bien évidemment, même si toute cette industrie représente une masse monétaire conséquente, cela reste marginal comparé au volume total de notre écosystème. Il ne s’agit pas de tomber dans le travers qui consiste à dire que la cryptomonnaie alimente la criminalité. La cryptomonnaie reste un outil qui ne peut pas être réduit à ce cas d’usage, au même titre qu’il serait absurde de dire qu’un ordinateur est dangereux, car les hackers s’en servent.

👉 À lire également : La Russie s’apprête à reconnaître les cryptomonnaies comme une forme de devise

Binance Découvrir BTC sur Binance

-10% de réduction sur les frais, avec le code SVULQ98B 🔥
👉 Et aussi -10% sur Binance Futures avec le code cryptoast

Les investissements dans les crypto-monnaies sont risqués (en savoir plus)
Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

Ce qu’il faut savoir sur les liens d’affiliation. Cette page présente des actifs, des produits ou des services relatifs aux investissements. Certains liens présents dans cet article sont affiliés. Cela signifie que si vous achetez un produit ou que vous vous inscrivez sur un site depuis cet article, notre partenaire nous reverse une commission. Cela nous permet de continuer à vous proposer des contenus originaux et utiles. Il n'y a aucune incidence vous concernant et vous pouvez même obtenir un bonus en utilisant nos liens.

Les investissements dans les crypto-monnaies sont risqués. Cryptoast n'est pas responsable de la qualité des produits ou services présentés sur cette page et ne pourrait être tenu responsable, directement ou indirectement, par tout dommage ou perte causé suite à l'utilisation d'un bien ou service mis en avant dans cet article. Les investissements liés aux crypto-actifs sont risqués par nature, les lecteurs doivent faire leurs propres recherches avant d'entreprendre toute action et n’investir que dans les limites de leurs capacités financières. Cet article ne constitue pas un conseil en investissement.

A propos de l'auteur : Vincent Maire

twitter-soothsayerdata

Je découvre timidement le monde de la blockchain fin 2018 lors de ma quête de liberté financière. D'abord investi modérément, ce n'est que deux ans plus tard que je prends le pari de tout miser sur le mouvement qui se dessine alors. Je consacre ensuite 2021 à mieux me former pour acquérir plus de connaissances et de sérieux. Comme j'aime souvent le dire : j'ai encore un milliard de choses à apprendre. Et ce que je sais, je souhaite le partager avec vous.
Tous les articles de Vincent Maire.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments