Le terme « stablecoin » pose problème

Dans un rapport de la Banque centrale européenne (BCE) publié ce mardi, ses auteurs estiment que le terme « stablecoin » peut être trompeur, puisque ces actifs s'appuient sur des mécanismes permettant de réduire les fluctuations par rapport aux devises émises par les gouvernements,

« Les "stablecoins" sont une innovation relativement récente en matière de paiement, qui a déjà fait l'objet de nombreux débats - en particulier l'année dernière. Au départ, cette terminologie peut être un élément confus, voire trompeur, dans la discussion entourant les nouveaux phénomènes technologiques, » introduit le document.

La BCE arrive à cette conclusion en déclarant qu'il existe 3 types de stablecoins et qu'il est nécessaire de les distinguer en fonction de leurs caractéristiques.

Tout d'abord, la BCE identifie les stablecoins tels que l'USDT de Tether ou l'USDC de Cercle. Ceux-ci suivant le cours d'une monnaie fiat sous-jacente, ils permettent de trader des dollars américains sans quitter le crypto-écosystème.

Ensuite, la BCE distingue les stablecoins utilisés en tant que moyen de paiement afin de remplacer les monnaies fiduciaires, comme les monnaies numériques de banques centrales (MNBC).

Enfin, la BCE indique que certains stablecoins sont utilisés comme des réserves de valeur alternatives. Par exemple en conservant de l'USDT comme réserve de valeur pour le dollar américain.

Notez que ce rapport intervient alors que la Banque centrale européenne se penche sérieusement sur la création d'un euro numérique. Il semblerait que l'institution prépare donc le terrain à sa future arrivée.

👉 Pour aller plus loin - Lagarde : la BCE dévoilera bientôt ses conclusions sur l'euro numérique

Des risques pour l'économie globale ?

D'après la BCE, bien que le terme stablecoin présente divers avantages, il pourrait mettre les consommateurs en danger. Le document souligne que son utilisation pourrait donner lieu à de fausses promesses de stabilité.

Ainsi, et probablement pour faciliter une certaine régulation à venir, il serait nécessaire pour la BCE de bien distinguer ces 3 sous-catégories de stablecoins. De plus, le document analyse les potentiels risques inhérents à chaque type de stablecoins.

Le document explique notamment un phénomène probable qui pourrait toucher les stablecoins utilisés en tant que moyen de paiement, la « course » à la liquidité. Lorsqu'un stablecoin est échangé à la valeur de marché de sa garantie, une tendance à la fuite pourrait se produire si les utilisateurs sont confrontés à la perspective que la garantie du stablecoin puisse perdre sa valeur.

Par exemple, supposons que les détenteurs d'un euro numérique craignent que l'euro perdre de sa valeur, ils seraient alors susceptibles de vendre l'itération numérique, ce qui augmenterait rapidement la quantité de « véritables » euros en circulation :

« À mesure que les principes réglementaires sont établis et les approches définies, le terme stablecoin devrait être remplacé par un certain choix de terminologie afin d'éviter de mettre l'accent sur la promesse de stabilité de l'émetteur, » conclut le rapport.

 

Officiellement, il est donc envisageable que le terme stablecoin soit remplacé et que plusieurs dénominations voient le jour en fonction des catégories identifiées par la BCE. Cependant, il est peu probable qu'un autre terme que celui-ci trouve sa place auprès de la crypto-communauté.

👉 Sur le même thème : États-Unis : les banques surveilleront les réserves des stablecoins

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur en chef de Cryptoast, je découvre le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, je m'efforce de partager un contenu qualitatif pour que le secteur se démocratise auprès de tous.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments