L'euro numérique sur le point d'être adopté ?

S'exprimant lors d'une conférence en ligne organisée par la Banque fédérale d'Allemagne le 10 septembre, Christine Lagarde a révélé que la décision de l'Eurosystème d'adopter une monnaie numérique basée sur l'euro sera bientôt rendue publique.

« Jusqu'à présent, l'Eurosystème n'a pas encore pris de décision quant à l'introduction d'un euro numérique. Mais, comme de nombreuses autres banques centrales dans le monde, nous étudions les avantages, les risques et les défis opérationnels d'une telle décision », a déclaré Mme Lagarde. « Les conclusions d'un groupe de travail de l'Eurosystème devraient être présentées au public dans les prochaines semaines, suivies du lancement d'une consultation publique ».

La présidente de la BCE a souligné que l'examen de plus près d'un euro numérique est motivé par « l'évolution du contexte mondial » en plus de « l'augmentation des politiques protectionnistes ».

Une décision motivée par la crise du Covid-19

Comme le souligne Lagarde, la pandémie de Covid-19 a accéléré la tendance mondiale à la numérisation, et surtout en ce qui concerne les paiements.

Avec le confinement des populations à travers le monde et les mesures de distanciations sociales, les comportements de consommation ont beaucoup évolué.

Selon une étude d'Eurostat, l'Office statistique de l'Union européenne, la part du commerce en ligne qui ne cesse de croître depuis quelques années a augmenté de près de 20% en termes de volume des ventes entre février et juin 2020, alors que les ventes en magasin ont bien évidemment diminué.

D'après Lagarde, la BCE est ainsi tout à fait consciente que les populations attendent et adoptent des changements dans leur façon de payer, et ce même dans le monde post-Covid.

Les résultats d'une étude de la BCE qui sera publiée en novembre prochain ont montré que les espèces restent cependant le moyen le plus courant pour effectuer des petits paiements. Celles-ci représentant 73% de tous les paiements physiques de détail en 2019.

Toutefois, près de la moitié de consommateurs interrogés ont assuré qu'ils privilégiaient le paiement numérique, et cette proportion a largement augmenté pendant la pandémie. La création d'un euro numérique est donc de ce point de vue totalement justifiée. Reste maintenant à connaître les conclusions de la BCE.

« Nous avons la responsabilité de veiller à ce que nos citoyens aient le choix et ne puissent être exclus de l'écosystème des paiements en raison des actions unilatérales des autres », a conclu Lagarde.

👉 Pour aller plus loin : La maîtrise technique des cryptomonnaies est-elle un enjeu de souveraineté pour la France ?

 

En juillet dernier, la Banque de France avait dévoilé la liste des candidatures retenues pour les expérimentations de cet euro numérique. À l'issue de l'examen des propositions, 8 candidatures ont été sélectionnées, dont celles d'HSBC, d'Accenture et Seba Bank et de la Société Générale - Forge.

D'ici quelques semaines, la BCE révélera donc ses premières conclusions au grand public quant à l'euro numérique. Alors que la Chine avance très rapidement sur l'émission de son yuan numérique, la BCE a tout intérêt à accélérer la cadence, et elle semble plus que jamais consciente de cela.

👉 Sur le même thème : Le yuan numérique détrônera-t-il le dollar américain en tant que monnaie internationale ?

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur en chef de Cryptoast, je découvre le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, je m'efforce de partager un contenu qualitatif pour que le secteur se démocratise auprès de tous.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments