Comment les blockchains distribuent-elles initialement les tokens ?

Les données ont été partagées par l’analyste Ryan Watkins de Messari, sur Twitter. Comme il le souligne, la guerre des smart contracts et des « Ethereum killers » a commencé, et les modèles sont particulièrement variés.

Un élément à prendre en compte est la distribution initiale des tokens, qui donne une indication de l’ambition première d’un projet de blockchain. La plupart ont proposé une part importante par une vente publique, mais les parts allouées à la communauté ou aux équipes varient :

Projets ayant distribué des tokens comparaison

Source : Messari via Twitter

Comme on peut le voir, les blockchains qui ont distribué à l’origine le plus de tokens sont Tezos (XTZ), Eos (EOS), Ethereum (ETH) et Cardano (ADA). À l’inverse, certains projets ont alloué une grande partie de leurs tokens pour les « Insiders », c’est-à-dire l’équipe, l’entreprise, et les fonds de capital-risque.

Dans cette catégorie, c’est Fantom (FTM) qui a la plus largement conservé les tokens, avec une vente publique très réduite. C’est aussi le cas de Flow (FLOW), Terra (LUNA) et Solana (SOL).

👉 Retrouvez toutes nos fiches de présentation des cryptomonnaies

Nous suivre sur WhatsApp

Recevez chaque jour les actualités crypto 🔥
Mais pas que 👀

Une neutralité remise en question ?

Comme le souligne l’analyse, si une part importante des tokens est conservée par les « Insiders », cela peut « diminuer la capacité d’une blockchain à devenir une infrastructure publique qui serait neutre de manière crédible ». L’accumulation de tokens par l’équipe peut d’une part lui donner un pouvoir de vote important, mais aussi potentiellement influencer le cours d’un actif.

Ça n’est bien sûr pas nécessairement le cas : chez Polkadot, on pourrait argumenter que les 33 % de tokens conservés par l’équipe sont compensés par les 42 % de tokens réservés pour la fondation et les 25 % qui ont été distribués par une vente publique.

À l’inverse, Eos a choisi de distribuer une grande partie de ses tokens, mais ça n’a pas empêché le projet d’être à plusieurs reprises accusé d’une grande centralisation. La distribution initiale n’est donc qu’un indicateur parmi d’autres.

Dernier point à souligner : les cryptomonnaies les plus « anciennes » ont proposé des ventes publiques importantes, puisqu’elles ont été issues d’Initial Coin Offerings (ICO). L’écosystème des cryptomonnaies s’est détourné de ce type de financement dans les dernières années, ce qui explique aussi partiellement pourquoi les blockchains plus jeunes ont des parts plus réduites.

👉 Pour aller plus loin – Décentralisation et distribution des cryptomonnaies

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédactrice en chef adjointe sur Cryptoast, je suis tombée dans la marmite des cryptomonnaies il y a quelques années. Je suis passionnée par les technologies novatrices qui découlent de la blockchain et j'aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments