Rien ne se perd, rien ne se crée, tout s'écrase

Si vous avez passé un peu de temps sur Twitter récemment, vous êtes probablement tombé sur une curieuse vidéo mettant en scène des ASICs Antminer, des policiers de Malaisie et un rouleau compresseur de série H de la firme Hamm.

La vidéo ayant rapidement commencé à circuler au sein de la communauté crypto chinoise sur WeChat, certains ont d'abord supposé que cet événement s'était produit en Chine ou en Amérique latine, l'arrière-plan rendant difficile l'identification précise du lieu de tournage.

 

Cependant, un rapport du média malaisien The Star confirme que l'action se passe dans la ville de Miri, dans l'État malaisien du Sarawak. En effet, la police locale déclare avoir saisi un total de 1 069 unités de minage de bitcoins lors d'une opération de répression contre le vol d'électricité.

La police traque les détournements d'électricité

Selon ces dires, la police de Miri et la société de services publics d'électricité de l'État malaisien de Sarawak (Sarawak Energy Berhad ou SEB) ont mené une opération conjointe entre février et avril, arrêtant huit individus qui auraient détourné l'électricité du réseau public pour miner des bitcoins. L'investigation a permis de confisquer de nombreux appareils, d'une valeur totale d'environ 1,25 million de dollars.

« Toutes les saisies effectuées dans les affaires réglées par les tribunaux ont été [détruites] aujourd'hui au siège de la police du district de Miri, » indique le communiqué.

Le détournement d'énergie publique n'est plus une nouveauté dans le pays, où plus de 2 millions de dollars de perte ont déjà été enregistrés dans l'état de Melaka en Mars. La police avait à l'occasion saisi 317 machines de minage ainsi que d'autres équipements dans la région.

Ainsi, alors que les composants électroniques essentiels à la production d'ASICs se raréfient, les autorités locales ont décidé d'anéantir purement et simplement les précieuses machines liées à des activités répréhensibles, plutôt que de les revendre ou d'en tirer un quelconque avantage.

👉 Au sujet de la Malaisie – Malaisie : une « blockchain city » épaulée par le gouvernement chinois

La « part du colibri » des mineurs malaisiens

Malgré ce gâchis colossal, la Malaisie n'en reste pas moins un des pays contribuant de manière non négligeable à la sécurité du réseau Bitcoin.

D'après les dernières données du Cambridge Center for Alternative Finance, la Malaisie représentait environ 3,5 % du taux de hachage total du réseau Bitcoin en mai de cette année.

Malaisie % Hashrate
Malaisie : Part mensuelle moyenne du hashrate total (%)

À titre d'exemple, il est surprenant de constater que par rapport à sa superficie de 329 847 km2, la Malaisie obtient une part plus importante du hashrate total que le Canada, qui en produit environ 3% pour une superficie 30 fois supérieure (9,985 millions km²).

Alors que les autorités financières malaisiennes semblent s'ouvrir graduellement aux cryptomonnaies, se pourrait-il que le pays attire à l'avenir de nouveaux flux de mineurs, peut-être issus de l'exode minier chinois ?

👉 Pour aller plus loin – Un fonds Bitcoin (BTC) réglementé a été lancé en Malaisie pour les investisseurs institutionnels

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Bela Le Tiec

twitter-soothsayerdata

Son texte favori : A Cypherpunk's Manifesto.

Son émission phare : Thinkerview.

Son artiste préféré : Daft Punk.

Son objectif : contribuer à l'éducation de ses contemporains en matière de blockchain et de réseaux distribués.
Tous les articles de Bela Le Tiec.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments