Le gouvernement chinois a annoncé dans un communiqué supporter la construction d’une « blockchain city » sur la voie maritime du détroit de Malacca, en Malaisie. La ville utilisera sa propre cryptodevise et ses infrastructures seront entièrement basées sur la technologie des registres distribués. Les responsables du projet sont actuellement dans la phase d’investissement et souhaitent lever 120 millions de dollars avant le lancement.

 

Faire de la Malaisie une destination crypto mondiale

Trois entités sont à l’origine de ce pharaonique projet : l’entreprise d’ingénierie China Wuyi, le réseau d’investissement SWT International Sdn Bhd et maintenant le gouvernement chinois. Selon les premières informations dont on dispose, la ville s’appellera « Melaka Straits City ». Elle fonctionnera grâce à une technologie de la blockchain basée sur une plateforme appelée DMI. Cette dernière supportera son propre token : le DMI coin. Ces technologies se conjugueront pour faire entièrement fonctionner la ville et ses infrastructures.

Le DMI permettra d’effectuer des achats auprès du gouvernement ou dans les services de la ville. Des plateformes d’échanges seront également présentes pour que les visiteurs et touristes puissent échanger leurs monnaies fiduciaires contre des crypto-monnaies. Selon le directeur du projet Lim Keng Kai, « notre entreprise utilise les technologies blockchain les plus modernes, en les intégrant à l’industrie traditionnelle pour faire de la Malaisie une destination touristique mondiale. » Avec des applications qui s’adapteront au plus grand nombre : « L’application DMI Web sera disponible sur PC, l’application mobile sera installable sur Android et les appareils iOS, pour que nous soyons flexibles en fonction des préférences de l’individu. »

 

Les villes cryptos : rêves utopistes ou réalités possibles ?

Dans la crypto-communauté, le rêve de métropoles blockchain est bien présent. En novembre 2018, Blockchains LLC avait annoncé qu’une ville blockchain utopique serait bientôt construite au Nevada. En Norvège, la ville autonome de Liberstad avait quant à elle créé une cryptodevise native pour faire fonctionner sa « smart city ». Même le chanteur Akon s’y était mis, avec une ville utopique en projet sobrement intitulée « Akoin Crypto City ».

Tous ces projets ont de quoi faire saliver les amateurs de Science-Fiction, mais ils se heurtent souvent à des problèmes de taille. Faire fonctionner une blockchain fiable et sécurisée reste pour l’instant une opération compliquée en soi. L’utiliser pour épauler des fonctionnements aussi complexes que la gestion d’une ville est donc une autre paire de manches. Mais s’il existe un organe central avec les fonds et l’infrastructure nécessaire, c’est peut-être le gouvernement chinois. Nous garderons donc un œil sur ce nouveau projet !

 

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments