Un passé presque entièrement opaque

Contrairement à un grand nombre d'autres personnages célèbres du milieu de la cryptomonnaie, Nick Szabo semble avoir été très attaché à l'anonymat depuis sa jeunesse. En effet, il n'existe sur Internet aucune trace de lui qui n'ait pas trait à ses écrits. Que ce soit sur son blog ou sur son ancien site personnel (aujourd'hui désactivé), sa vie personnelle n'est presque jamais mentionnée.

Les seules véritables informations dont on dispose à ce jour sont celles qu'il a daigné révéler au New York Times dans une interview de 2015 : son père s'était battu contre les communistes en Hongrie en 1956, et a émigré aux États-Unis. Nick Szabo est né peu après, dans l'État de Washington, au cours de l'année 1964.

 

Nick Szabo enfant

Nick Szabo enfant - source : Twitter

 

Il a ensuite étudié les sciences informatiques à l'Université de Washington (Seattle), et a obtenu son diplôme en 1989.

Un peu plus tard, il a étudié le droit à l'Université de Droit de Georges Washington, située à Washington D.C., et semble avoir obtenu ce diplôme en 2006.

Ce sont là les seules informations dont on dispose à son sujet, et qui précèdent l'apparition du Bitcoin.

Rien de surprenant, donc, quand le journaliste du New York Times qui l'avait interviewé le décrit comme réservé. Il indique même que Nick Szabo évitait toutes les questions sur son passé, son domicile ou son travail. Enfin, le journaliste précise que le rôle de Szabo au sein de la société Vaurum, où il travaillait, avait été gardé secret pour protéger sa vie privée, jusqu'à ce que cette information soit rendue publique et que Szabo change d'emploi pour être tranquille.

Il est donc évident que Nick Szabo est un homme pour qui la vie privée est une valeur fondamentale. Mais son histoire n'est pas la seule chose d'intéressante : nous pouvons beaucoup apprendre sur lui en se penchant sur ses travaux.

 

Informatique, droit et société

Les études d'informatique de Nick Szabo l'ont évidemment poussé vers des emplois dans des sociétés comme IBM, et à la NASA (Jet Propulsion Laboratory), comme il est indiqué sur l'un de ses travaux daté de 1997.

Mais il ne s'est pas contenté d'écrire sur l'informatique : dès le début, il s'est passionné pour le droit, et la société humaine.

Les contrats intelligents, qu'il avait théorisés dès 1994, sont l'un des produits de l'intersection entre l'informatique, le droit et les rapports entre êtres humains. Mais Nick Szabo a également beaucoup écrit sur d'autres sujets, comme, l'histoire de la monnaie, les propriétés chimiques idéales d'un réacteur utilisé dans l'espace, ou encore... comment protéger sa vie privée électronique.

Et dès que ses études de droit ont commencé, ses écrits ont encore gagné en diversité de sujets : les droits de l'homme, la propriété intellectuelle, la nature du gouvernement, l'économie et les théories Malthusiennes...

Nick Szabo a également fait partie de l'Extropy Institute, un groupe de penseurs transhumanistes apparu en 1989 et dissous en 2006, parmi lesquels se trouvaient aussi Wei Dai et Hal Finney. Il a écrit des articles de journal, participé à des conférences, et disserté sur des sujets transhumanistes pendant plusieurs années.

 

Extropy Magazine

Publicité pour le magazine Extropy, datée de 1988

 

Enfin, les interventions de Nick Szabo sur la fameuse liste de mailing des cypherpunks, ils prouvent qu'il était, avec Hal Finney et beaucoup d'autres, un membre essentiel de cette communauté. Et il était beaucoup plus méticuleux que la majorité d'entre eux, pour tout ce qui concerne la protection de la vie privée. Certainement la raison pour laquelle nous ne savons rien de son passé, contrairement à d'autres cypherpunks célèbres.

De ses écrits ultérieurs, on comprend qu'il est également libertarien, comme Roger Ver, et bien d'autres personnages connus du monde de la crypto.

 

Bitgold, un ancêtre du Bitcoin

Bien que le Bitcoin demeure la première des cryptomonnaies modernes, l’idée d’une devise numérique remonte aux années 80. Et l'un des premiers à avoir imaginé une telle monnaie est Nick Szabo, avec son idée du "bit gold" en 1998. Ce premier crypto-actif, qui a seulement été inventé et n'a jamais été concrétisé, avait une architecture légèrement différente du Bitcoin. Toutefois, les similarités sont suffisantes pour le considérer comme son ancêtre.

Le livre blanc original du Bit Gold n'avait pas été terminé par Nick Szabo, ce dernier n'ayant pas trouvé la solution à certains problèmes résolus par Satoshi Nakamoto.

Nick Szabo commence par parler notamment de Hashcash (créé par Adam Back), et de MicroMint, un système de paiement centralisé basé sur des hachages, imaginé par Ronald Rivest et Adi Shamir, tous deux créateurs du chiffrement RSA (entre autres choses).

Ces deux systèmes dépendant toujours d'autorités centrales et étant vulnérables, Szabo a tenté de résoudre ces problèmes au fil des années, en envoyant plusieurs courriels dans la liste de mailing des cypherpunks. Son objectif, tel qu'il l'exprime dans le document, était de créer une réserve de valeur à long terme indépendante d'une autorité centrale de confiance.

"The objective, which I argued for vigorously, was to create a long term store of value independent of any central authority, yet far more secure than traditional gold."

Vous retrouvez là ce que certains considèrent aujourd'hui comme étant l'utilité du Bitcoin, même si ce dernier était initialement décrit comme une monnaie de pair à pair dans le livre blanc écrit par Satoshi Nakamoto.

Fait intéressant, Nick Szabo avait également prévu que le prix du bit gold, son utilisation et sa popularité seraient influencées par les collectionneurs et autres enthousiastes des nouvelles technologies. Il avait également comparé ce phénomène à la bulle Internet qui était alors en train de démarrer.

Quant à la question de la technologie, elle n'était évidemment pas tout à fait la même, puisque la solution de Nick Szabo ne permettait pas aux fragments de bit gold d'avoir tous plus ou moins la même valeur, par exemple. Il avait prévu pour cela d'utiliser un système complexe dans lequel des personnes auraient été chargées d'estimer la valeur de chaque fragment de bit gold séparément...

Cependant, l'ossature du Bitcoin était presque là : le bit gold était déjà un registre public de stockage de solutions à des énigmes cryptographiques, permettant d'attribuer la propriété d'actifs à des personnes.

Satoshi Nakamoto, en mettant au point la blockchain, a donc créé un système très similaire, quoique structuré différemment. Cela dit, il a également apporté la solution à des problèmes que Nick Szabo n'a pas su résoudre, notamment en ce qui concerne la datation des transactions (ou timestamping). Si Szabo y était parvenu, nous aurions peut-être vu la cryptomonnaie apparaître vers 1998.

 

Les similarités avec Satoshi Nakamoto

Depuis que le Bitcoin a gagné en popularité, Nick Szabo a fait partie des suspects dans l'affaire "Qui est Satoshi Nakamoto". En avril 2014, des chercheurs de l'université d'Aston en Grande-Bretagne ont déclaré qu'ils avaient effectué une analyse linguistique des écrits de Satoshi et de Szabo, et que les deux se ressemblaient très fortement.

Cela a suffi pour embraser internet et convaincre beaucoup de gens que Nick Szabo est Satoshi, malgré les précautions des chercheurs qui indiquaient qu'ils ne pouvaient pas exclure avec certitude la possibilité qu'il soit quelqu'un d'autre. Nick Szabo n'était que le meilleur candidat dans la liste des onze personnes qu'ils ont comparées à Satoshi Nakamoto. Si le vrai Satoshi n'était pas dans la liste, alors leur conclusion était invalide.

De plus, en y regardant de plus près, on peut constater que cette ressemblance est aussi due à des termes techniques relatifs à l'univers blockchain, qui seraient tout naturellement beaucoup utilisés par quelqu'un comme Nick Szabo qui écrivait déjà sur le sujet en 1998.

Enfin, d'autres analyses linguistiques ont été réalisées et ont indiqué que d'autres personnes étaient de meilleurs candidats. Parmi eux, on citera Gavin Andresen, qui s'est ouvertement moqué du résultat, mais aussi Hal Finney, et d'autres noms moins connus de la cryptosphère comme Tim May et et Ian Grigg.

Il semble évident que l'analyse linguistique, bien qu'intéressante, manque énormément de précision et ne peut en aucun cas constituer un argument crédible par elle-même.

 

 

D'autres auront considéré comme preuve indéniable le fait que Nick Szabo ait changé la date de certains messages sur son blog, ce qui a fait qu'ils apparaissent comme ayant été publiés après le livre blanc du Bitcoin.

A posteriori, cela peut ressembler à une sorte de manipulation pour cacher le fait qu'il avait écrit quelque chose de similaire avant Satoshi Nakamoto ; mais il l'a fait pour beaucoup d'articles, car il s'agit là d'une pratique assez commune visant seulement à faire connaître des articles relativement vieux mais intéressants malgré leur âge.

L'essentiel des arguments en faveur de cette idée sont donc sans aucune valeur. Quant aux seuls éléments concrets dont on dispose vraiment, qui sont les discussions entre Satoshi et son premier public, on peut difficilement oublier qu'il y est écrit que Nakamoto connaissait uniquement Wei Dai grâce à ses conversations avec Adam Back.

Bien qu'il ait référencé b-money dans le livre blanc du Bitcoin, Satoshi n'a appris son existence que peu avant la publication, et il a imaginé le Bitcoin indépendamment de ces travaux. Et il en était de même pour Nick Szabo : Satoshi ne connaissait visiblement pas Nick Szabo et ses travaux en 2008, comme Wei Dai l'a déclaré dans un article du Sunday Times de 2014.

Wei Dai en a même conclu que Satoshi était probablement quelqu'un de plus jeune, qui avait le temps et l'énergie de s'atteler à des projets pareils, sans avoir à publier sous son vrai nom. Il semble donc peu probable que Nick Szabo soit Satoshi Nakamoto : les éléments les plus crédibles semblent prouver le contraire pour l'instant. Et ce n'est pas lui qui nous contredira : il a affirmé à plusieurs reprises qu'il n'était pas Satoshi.

 

Nick Szabo en 2016, au Symposium des Contrats Intelligents à New York

 

Conclusion

Nick Szabo est incontestablement une personne qui a apporté énormément de choses au monde de la cryptographie. De l'une des premières monnaies numériques au concept des contrats intelligents, il avait déjà imaginé avec plus de 10 ans d'avance une bonne partie de ce qui fait la cryptomonnaie moderne.

Encore aujourd'hui, il représente un pilier de la communauté pour certains, et un penseur dont les écrits méritent le détour.

A propos de l'auteur : Benjamin M.

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Passionné de crypto à mes heures perdues, je suis un juriste originaire du Sud de la France. J’adore décortiquer le fonctionnement de ces technologies et je m’intéresse également aux profonds changements qu’elles apportent. A côté de cela, j’aime le foot, la philosophie, les échecs et les porte-bonheurs chinois.
Tous les articles de Benjamin M..

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments