Hal Finney, de son nom complet Harold Thomas Finney II, était à l'origine un des fameux cypherpunks. Cryptographe, développeur et père de deux enfants, il est surtout connu dans le monde des crypto-monnaies comme étant la première personne à avoir reçu une transaction BTC de la part du célèbre Satoshi Nakamoto.

Il est donc considéré, à juste titre, comme étant un des pionniers de l’industrie des crypto-actifs. Malheureusement, il a commencé à souffrir de la maladie de Charcot au moment de la naissance du Bitcoin. Voici un aperçu de la vie de cet homme extraordinaire.

 

Naissance, jeunesse et formation

Harold Finney est né le 4 mai 1956, dans la petite ville de Coalinga, en Californie, comportant à l'époque un peu moins de 6000 habitants. Mais il n'y est pas resté longtemps. Son père, employé de longue date pour la société Union Oil of California, était régulièrement obligé de changer de domicile pour son travail.

Il s'est donc déplacé de ville en ville, et a passé la plus grande partie de son temps dans la région de Los Angeles, avec sa mère, sans emploi, et ses frères et sœurs. Contrairement à ses frères, Hal Finney était particulièrement assidu à l'école, et très intéressé par les puzzles ou autres exercices intellectuels.

Dès l'école maternelle (de 5 à 10 ans aux États-Unis), il avait été intéressé par des formes basiques de cryptographie, et s'amusait à rédiger des codes simplistes à base de chiffres et de lettres. Et lorsqu'il est arrivé au lycée (14 à 18 ans aux États-Unis), vers 1970, il a eu la chance d'étudier au lycée d'Arcadia, très proche de Los Angeles, dont les professeurs disposaient d'ordinateurs, très rares à l'époque. Très rapidement, il s'est fait une place parmi les informaticiens du lycée, et les aidait à coder des petits programmes grâce aux cartes perforées utilisées par les ordinateurs de l'époque.

 

Cartes perforées

Cartes perforées utilisées pour faire fonctionner les ordinateurs dans les années 70

 

En 1974, Hal Finney a obtenu son high school diploma (équivalent du baccalauréat), en étant major de promo avec un score presque parfait, et une place réservée au célèbre Institut de Technologie de Californie, une université plus connue sous son surnom de "CalTech".

Lorsqu'il est arrivé à l'université de Californie, très convoitée, Hal Finney a commencé par un diplôme en mathématiques, mais s'est rapidement tourné vers l'ingénierie. Et comme il n'y avait pas de cursus "informatique" à l'époque, il avait simplement sélectionné autant de cours relatifs à l'informatique que possible. En effet, aux États-Unis, il est souvent possible pour les étudiants de choisir un grand nombre de matières dans leurs études.

En contrepartie, Hal réduira au maximum le nombre de cours de matières littéraires. Alors que ces derniers étaient obligatoires à CalTech, sa femme indiquera plus tard qu'il ne prenait même pas la peine d'aller en cours, et qu'il se contentait de passer les examens de ces matières.

C'est d'ailleurs à l'université que Hal Finney a rencontré Fran, moins d'un mois après l'entrée de ce dernier à l'université. S'étant retrouvés dans le même dortoir, ils sont rapidement devenus amis.

Après l'obtention du diplôme de Fran, en 1976, ils sont tombés amoureux. Et en 1979, après l'obtention du diplôme de Hal, ils se sont mariés dans un parc de San Diego.

 

Premiers emplois

Hal Finney a commencé sa carrière dans la société APh en 1978, en tant que développeur.

En effet, ayant choisi de ne pas aller aux cours d'éducation physique, qui étaient obligatoires à CalTech, Hal Finney a dû repasser sa dernière année pour valider cette matière et obtenir son diplôme. Cela lui laissant largement assez de temps pour travailler, il s'y est mis dès que possible.

Fondée par d'anciens élèves de CalTech quatre ans avant (et notamment Dave Rolfe, qu'il connaissait bien), la société APh travaillait déjà avec de grands noms comme Mattel (en l'occurrence, pour la conception de l'Intellivision).

Pendant les quelques années passées chez APh, Hal a notamment travaillé sur des jeux pour les consoles Intellivision et Atari ST. Vous trouverez ici une liste incomplète des titres sur lesquels il a travaillé.

À ce sujet, il avait déclaré : "Je ne me suis  jamais vraiment considéré comme un développeur de jeux principalement. J'étais plutôt un développeur généraliste pour langage assembleur."

En effet, Hal Finney n'avait pas travaillé que sur des jeux vidéo : la société lui avait également demandé de coder des logiciels pour caisses enregistreuses, un spectromètre pour la société "Bausch + Lomb", et un logiciel de contrôle de caméras pour une société d'effets spéciaux Hollywoodienne.

Jusqu'au crash des jeux vidéo de 1983, Hal Finney est resté employé de APh Technologies Consulting.

Après le crash, il est devenu développeur de systèmes d'exploitation pour Ametek. Puis il a déménagé pour Santa Barbara en 1991, en allant travailler chez Greenhill Software sur des compilateurs de code.

 

Hal Finney travaillant à APh

Hal Finney travaillant pour la société APh en 1978 - De gauche à droite : Hal Finney, David Rolfe, Will McCown

 

Expérience dans la cryptographie

C'est un peu avant, en 1990, que la famille Finney a eu son premier abonnement internet chez Prodigy (deuxième plus gros FAI de l'époque). Et avec l'internet, Hal Finney a découvert les cypherpunks. Ayant toujours été un homme épris de liberté, il s'est très vite impliqué dans ce groupe hétéroclite de geeks reliés entre eux par une liste de mailing.

Peu de temps après, Hal se fit connaître en mettant au point le premier serveur de transfert de mail anonyme (remailer), lequel permet d'envoyer un email à un destinataire particulier sans dévoiler l'origine dudit mail. Un outil très utile pour les cypherpunks, attachés à leur anonymat.

En 1992, Hal Finney écrivait, dans le plus pur esprit cypherpunk : "Ici nous faisons face aux problèmes de la perte de vie privée, de l'informatisation progressive, des bases de données massives, de l'augmentation de la centralisation, et Chaum offre une direction complètement différente dans laquelle partir, une [direction] qui met le pouvoir dans les mains des individus plutôt que dans celles des gouvernements et des sociétés. L'ordinateur peut être utilisé comme un outil pour libérer et protéger les gens, plutôt que de les contrôler."

Rapidement, il s'est fait contacter par Phil Zimmermann, un célèbre informaticien, qui avait une proposition pour lui. En effet, il a demandé à Hal Finney de l'aider à développer une première version de Pretty Good Privacy, ou PGP. Hal Finney a accepté, même si ce travail était effectué sans aucune contrepartie, parce qu'il était convaincu que ce programme pourrait être utile à tous ceux qui combattent pour la liberté, tels que des journalistes dans des pays soumis à des dictatures.

Mais ce n'était pas la seule raison : travailler sur ce projet était risqué, et il valait mieux pour la sécurité de Hal Finney que son nom ne soit pas directement associé au projet. Et très rapidement, le gouvernement américain a déclaré Phil Zimmermann ennemi de la nation, puis a enquêté sur lui pendant trois ans. En effet, il était interdit d'exporter des programmes de chiffrage à l'étranger.

Mais au bout de trois ans, le gouvernement a abandonné les poursuites, et Zimmermann a pu fonder la société PGP Inc. Très rapidement, Hal Finney a été embauché, et a commencé sa carrière de cryptologue professionnel.

Quelques années après, la société a été acquise par Network Associates, et Hal Finney a également travaillé pour eux, continuant de s'occuper de PGP et des logiciels qui lui ont succédé.

En 2004, soit 5 ans avant la création du Bitcoin, il a réussi à mettre au point une première version d'un système  de monnaie basée sur la Preuve de Travail, dénommé RPOW. Mais ce projet n'a pas fonctionné.

 

RPOW

Capture d'écran du site dédié à RPOW, la tentative de Hal Finney de créer une cryptomonnaie

 

Les années Bitcoin

Hal Finney a découvert le Bitcoin par le biais des listes de mailing dont il faisait partie depuis 1992. Lorsque Satoshi Nakamoto a publié le livre blanc du Bitcoin, Hal a très certainement été l'un de ses premiers lecteurs.

Il raconte sa découverte du Bitcoin sur Bitcointalk dans un message en date du 19 mars 2013 : "Quand Satoshi a annoncé le Bitcoin sur la liste de mailing de cryptographie, il a eu une réception sceptique au mieux. Les cryptologues ont vu passer trop d'idées grandioses imaginées par des noobs naïfs. [...]

J'étais plus positif. J'avais longtemps été intéressé par les systèmes de paiement cryptographiques. En plus, j'étais assez chanceux pour avoir rencontré et beaucoup parlé avec Wei Dai et Nick Szabo, généralement reconnus pour avoir créé des concepts qui seraient concrétisés avec le Bitcoin. J'avais fait une tentative de créer ma propre monnaie basée sur la preuve de travail, appelée RPOW. Donc j'ai trouvé le Bitcoin fascinant.

Quand Satoshi a annoncé la publication du logiciel, je l'ai attrapé tout de suite. Je crois que je suis la première personne à part Satoshi à avoir lancé le logiciel Bitcoin. J'ai miné le bloc 70-quelque chose, et j'étais le destinataire de la première transaction bitcoin, quand Satoshi m'a envoyé 10 pièces pour tester. J'ai conversé avec Satoshi par email pendant les quelques jours suivants, je signalais surtout des bugs et il les réparait."

Adhérent de la même philosophie que le Bitcoin dès la première heure, Hal Finney fut donc la première personne à recevoir une transaction en BTC.

Malheureusement pour lui, comme il l'expliquait, il n'a pas miné du bitcoin très longtemps : "Après quelques jours, bitcoin était plutôt stable, donc je l'ai laissé tourner. C'était l'époque où la difficulté était 1, et vous pouviez trouver des blocs avec un processeur (CPU), pas une carte graphique (GPU). J'ai miné plusieurs blocs sur les jours suivants. Mais je l'ai éteint parce que ça faisait chauffer mon ordinateur, et le bruit de ventilateur me dérangeait. En rétrospective, j'aimerais l'avoir laissé allumé plus longtemps, mais d'un autre côté, j'étais extraordinairement chanceux d'avoir été là au début."

Twitter Hal Finney

Tweet de Hal Finney peu après sa découverte du Bitcoin

 

La maladie et sa fin de vie

En 2008, pour tenter de ralentir le naufrage de la vieillesse, Hal Finney s'était mis à courir des semi-marathons, puis des marathons. Habitué à courir depuis ses années d'université, il s'était inscrit à plusieurs évènements sportifs. Et lors du marathon de printemps de Los Angeles de 2009, il n'a pas réussi à finir le parcours.

Peu de temps après, il a de nouveau dû s'arrêter au milieu d'une balade en vélo, malgré son expérience dans le domaine. En juillet 2009, il fut obligé de s'arrêter à nouveau au milieu d'un parcours sportif qui aurait pourtant dû être facile pour lui.

Une semaine plus tard, Hal Finney apprenait qu'il souffrait d'une sclérose latérale amyotrophique (SLA), plus connue sous le nom de maladie de Charcot (Lou Gehrig's Disease, ou ALS, en anglais).

Destructrice et incurable, la maladie de Charcot détruit les neurones permettant de contrôler les muscles du corps. D'abord, le mouvement devient difficile, puis parler, manger, respirer... Hal Finney devint de plus en plus paralysé, mais ne laissa jamais la maladie le détruire. Il déclare notamment : "Même avec l'ALS, ma vie est très satisfaisante."

Durant la dernière année de sa vie, il fut victime de plusieurs tentatives d’extorsion, du fait de sa supposée richesse en bitcoins. Mais aucune de ces tentatives ne fonctionna, car il avait presque tout dépensé pour soigner sa maladie, bien avant que le prix du bitcoin s'envole au-delà des 1000 $.

En 2014, la maladie se met à progresser très vite, et ses fonctions cognitives commencent à être affectées. Refusant de perdre l'esprit, Hal Finney a choisi, comme durant tout le reste de sa vie, d'avoir foi en l'humanité et le futur. Il est parti à  Scottsdale, pour rendre visite à la société Alcor.

Là-bas, Hal Finney est légalement décédé le 28 août 2014, à 09h00, presque deux jours après que les machines le maintenant en vie aient été déconnectées. Mais très rapidement, les différents fluides de son corps ont été remplacés par d'autres, plus résistants à la congélation, et son corps a été cryogénisé.

L'espoir de Hal Finney était que la technologie avance suffisamment pour qu'un jour il puisse ressortir de son cercueil de glace, vivant, et libre de la maladie de Charcot.

Son épouse Fran Finney a déclaré à ce sujet : "Je sais que Hal voulait être là. Il voulait vivre le futur. [...]

Il voulait juste voir ce que le monde deviendrait, parce que ça allait être un endroit tellement incroyable et merveilleux. [...]

Il ne croyait pas en Dieu, il croyait en le futur."

 

Hal Finney atteint de la maladie de Charcot

Hal Finney atteint de la maladie de Charcot

 

Conclusion

Hal Finney fait partie des acteurs incontournables ayant apporté leur pierre à l’édifice des crypto-monnaies. Sans des personnes de son talent, le monde des monnaies numériques comme nous le connaissons actuellement n’aurait peut-être jamais vu le jour.

Il avait vécu pendant 10 ans dans la même ville qu’un certain Dorian Satoshi Nakamoto, et certains en ont conclu qu'il était Satoshi Nakamoto. Mais il l'a toujours nié, jusqu'à son "décès".

Cette question restera certainement en suspens jusqu'à ce que l'on découvre la véritable identité de Satoshi Nakamoto... Ou peut-être jusqu'à ce que Hal Finney revienne à la vie.

A propos de l'auteur : Benjamin M.

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Passionné de crypto à mes heures perdues, je suis un juriste originaire du Sud de la France. J’adore décortiquer le fonctionnement de ces technologies et je m’intéresse également aux profonds changements qu’elles apportent. A côté de cela, j’aime le foot, la philosophie, les échecs et les porte-bonheurs chinois.
Tous les articles de Benjamin M..

guest
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
Toto

Bel hommage