Le NYDFS et sa BitLicense conditionnelle

Le Département des Services Financiers de l'État de New York (NYDFS ou DFS) a publié le 25 juin dernier, un appel à commentaires concernant une éventuelle BitLicense conditionnelle. Celle-ci est basée sur l'ajustement de certains critères réglementaires du projet natif.

Ce dernier est un ensemble de mesures préventives résultant du chaos provoqué par la débâcle en 2013 du plus important exchange Bitcoin (BTC) au monde, Mt.Gox.

C'est en combinant questionnement, innovation et réglementation que l'État de New York se positionne comme référence en matière de régulation dans le monde de la crypto.

D'ailleurs, cette nouvelle initiative est motivée par le constat que les directives législatives actuelles forment un processus extrêmement sélectif et, par conséquent, très controversé.

« DFS reconnaît que certaines entreprises peuvent être confrontées à des obstacles réels ou perçus dans l'obtention d'une BitLicense. Il s'agit notamment d'un processus de candidature rigoureux, qui peut impliquer une dépense importante de temps et de ressources pour les candidats remplissant les exigences réglementaires pour une gouvernance solide, des contrôles opérationnels et de conformité, et des capitaux, entre autres ».

Fondamentalement, la licence conditionnelle agit comme un mécanisme de parrainage au sens large. Les entreprises détentrices d'une BitLicense peuvent ainsi aider les institutions non propriétaires à se conformer aux normes des régulateurs.

Bien entendu, le but ultime est que les instances qui disposent d'une autorisation provisoire obtiennent leur BitLicense à terme.

Pour l'instant, rien n'est encore concret et le NYDFS ne désire que recueillir les avis des parties prenantes et du grand public. La date limite est fixée au 10 août prochain.

👉 Pour en savoir plus, lisez : Qu'est-ce que la BitLicense et pourquoi est-elle si importante pour les exchanges ?

 

Gemini est pour la mise en place d'une BitLicense allégée

Dans la cryptosphère, les questions de réglementation divisent. D'un côté, nous avons l'idée que la normalisation prive de liberté, étouffe et peut même détruire le système. Dans l'autre camp, il est question d'en apprécier les avantages. C'est à cette dernière catégorie qu'appartiennent les frères Winklevoss, qui sont à la tête de l'exchange Gemini.

Au sujet de la BitLicense conditionnelle, Noah Perlman, un porte-parole de l'exchange aurait déclaré ce qui suit à Cointelegraph :

« Le cadre proposé pour les licences conditionnelles est une autre mesure prise par le DFS pour contribuer à garantir que cette industrie continue de croître et d'innover - afin qu'elle devienne plus accessible à un plus grand nombre de personnes sans compromettre la sûreté ou la sécurité. [...] Gemini a été fondé sur le principe qu'une réglementation réfléchie ouvrira la voie à des marchés sains et prospères ».

L'exchange dont le siège se trouve actuellement dans l'État de New York, a bien l'intention d'y rester. Avec cet assouplissement des restrictions, des sociétés cryptos telles que Kraken ou Paxful, qui ont quitté la région en 2015 après l'introduction de BitLicense, pourraient rebrousser chemin.

👉 Découvrez aussi : Le NYSDFS propose de nouvelles directives pour la BitLicense

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Junie Maffock

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Poussée par la curiosité, je me suis découvert une passion pour les cryptomonnaies et la technologie Blockchain. La crypto-enthousiaste que je suis aime observer avec attention l'univers des cryptos.
Tous les articles de Junie Maffock.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments