L'histoire rocambolesque du jeton MEME

Tout a commencé avec un tweet de Jordan Lyall, chef de produits DeFi chez ConsenSys, qui ironisait sur la cacophonie qui règne aujourd'hui dans le monde de la finance décentralisée.

Lyall a présenté l'interface d'une application fictive appelée « The Denegerator » qui permettrait de créer de nouveaux projets DeFi en moins de 5 minutes.

La blague est très vite devenue virale, entraînant en quelques heures des milliers de likes et des centaines de retweets. Cependant, certaines personnes n'ont pas réalisé que c'était une plaisanterie, et lorsque Lyall a partagé le lien vers un channel Telegram pour parler des problématiques de la DeFi en question, c'est un public curieux et enthousiaste qui a afflué sur le canal.

Par la suite, la communauté nouvellement créée a pris le contrôle et la discussion a rapidement tourné autour de la création d'un nouveau token. Le projet Denegerator (MEME) est alors né et 28 000 tokens ont été générés pour en constituer l'approvisionnement total.

Un airdrop a ensuite été organisé pour distribuer les jetons aux membres du groupe, qui n'ont eu qu'à remplir un formulaire pour recevoir 355 MEME chacun. Pour 400 $ de frais de transactions sur Ethereum (ETH), les jetons ont été envoyés à 50 bénéficiaires.

Très vite, les créateurs du jeton l'ont répertorié sur Coingecko et ont déployé le site « degenerator.finance » pour promouvoir le projet. À cette époque, les MEME étaient encore totalement inutiles.

Cependant, quelques heures seulement après leurs créations, 1,2 million de dollars de MEME ont été échangés, pour une valeur de 40 $ chacun, démontrant ainsi la folie dominant l'écosystème DeFi. Ces événements se sont produits le 15 août dernier.

👉 Lisez aussi : La frénésie de la DeFi propulse Uniswap dans le top 3 des exchanges

La DeFi selon MEME ou encore, passer de zéro à héros

En trois semaines, le protocole Denegerator, devenu désormais « Meme », a trouvé sa voie en combinant la DeFi et l'art. Pour être plus précis, Meme récompense dorénavant les détenteurs de jetons qui pratiquent l'agriculture de rendement (yield farming), en leur offrant des œuvres d'art sous forme de tokens non fongibles (NFT).

« Qu'est-ce que vous obtenez lorsque vous mélangez YAM et CryptoKitties ? Le protocole Meme, bien sûr. Mais au lieu de cultiver pour du rendement, les utilisateurs de la DeFi misent des actifs pour gagner des mèmes NFT en édition limitée de certains des meilleurs artistes d'Ethereum », peut-on lire sur le blog du projet.

Parmi les mèmes les plus populaires de la plateforme figurent certains des grands noms de la cryptosphère tels que Vitalik Buterin, Changpeng Zhao ou Dorian Nakamoto, le créateur potentiel du Bitcoin (BTC).

Vitalik Buterin NFT

Un mème NFT à l'image de Vitalik Buterin - Source : Meme

Le nom de domaine degenerator.finance nous redirige à présent vers l'adresse « dontbuymeme.com », site web officiel du projet. Nous pouvons y voir des instructions assez ironiques telles que « n'achetez pas » pour acheter du MEME ou « ne cultivez pas » pour manifestement le faire.

Au moment où nous écrivons ces lignes, le MEME se négocie à environ 114 $, et son volume quotidien de transactions s'élève à 378 182 $. Le jeton est classé 605e sur la base de sa capitalisation boursière, estimée à 3 225 217 $.

👉 A lire également : DeFi : les tokens HOTDOG et PIZZA calcinés à 99% en quelques minutes

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Junie Maffock

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Avec un fort intérêt pour la blockchain et les cryptos, je souhaite contribuer à la vulgarisation de ces technologies. Je suis également très intriguée par les méthodes d'apprentissage ludiques et actives.
Tous les articles de Junie Maffock.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments