La course aux monnaies numériques de banques centrales s'accélère

Dans un communiqué publier hier, Mastercard a annoncé la création d'un environnement de test virtuel destiné aux banques centrales pour qu'elles puissent évaluer les cas d'utilisation des CBDC.

Cette plateforme permet notamment de simuler l'émission, la distribution et l'échange de monnaies numériques entre les banques centrales, les fournisseurs de services financiers et les consommateurs finaux.

Dès aujourd'hui, Mastercard invite les banques centrales, les banques commerciales et les sociétés de technologie et de conseil à utiliser cette plateforme. Celles-ci pourront également évaluer les spécificités technologiques des CBDC ainsi qu'évaluer les cas d'utilisation. Mastercard lance une plateforme permettant aux banques centrales de tester les monnaies numériques

L'accent sera également mis sur l'interopérabilité avec les moyens de paiement existants aujourd'hui, afin que les deux systèmes puissent interagir ensemble, aussi bien pour les entreprises que les consommateurs.

D'après Raj Dhamodharan, vice-président exécutif de Mastercard, cette nouvelle plateforme soutient les banques centrales dans leurs décisions actuelles et futures sur la voie à suivre pour les économies locales et régionales :

« Les banques centrales ont accéléré leur exploration des monnaies numériques avec des objectifs variés, allant de la promotion de l'inclusion financière à la modernisation de l'écosystème des paiements. Mastercard est le moteur de l'innovation avec le secteur public, les banques, les fintechs et les sociétés de conseil dans l'exploration des CBDC, en travaillant avec des partenaires qui sont alignés sur nos valeurs et principes fondamentaux. »

Mastercard est bien conscient qu'il existe une variété de modèles opérationnels potentiels et que toutes les banques centrales à travers le monde n'envisagent pas les CBDC de la même manière.  Pour cette raison, la plateforme propose des outils qui s'adaptent aux besoins spécifiques d'une région ou d'un pays.

Mastercard prend les devants

Selon une enquête de la Banque des règlements internationaux publiée en janvier dernier, 80% des banques centrales se livrent d'ores et déjà à une forme quelconque de travail sur les monnaies numériques souveraines.

L'enquête révèle également qu'environ 40% des banques centrales sont passées de la recherche conceptuelle à l'expérimentation réelle des concepts. Étant donné que les résultats de cette enquête proviennent de données relevées en 2019, il est indéniable que ses taux sont aujourd'hui bien plus importants.

Ainsi, face à son principal concurrent Visa, Mastercard ne souhaite pas laisser passer sa chance. Comme le précise le géant des paiements, il s'engage à mettre son expertise au service du développement pratique, sûr et sécurisé des monnaies numériques.

En parallèle de cet engagement, Mastercard a récemment revu son programme de partenariat pour les crypto-cartes, Accelerate. Le programme complètement révisé invite maintenant tous les acteurs des marchés des crypto-cartes et des actifs numériques à se rallier à Mastercard.

Pour autant, Visa n'est pas en reste. En juillet dernier, l'entreprise avait donné des indices sur ses futurs projets liés aux cryptomonnaies. En outre, Visa avait confirmé sa participation à de nombreux projets en lien avec les monnaies numériques de banques centrales, sans donner davantage d'informations.

 

Assurément, la compétition entre Mastercard et Visa pour leurs participations à l'élaboration des monnaies numériques de banques centrales prend un autre tournant.

Avec une certaine avance prise par Mastercard, les deux mastodontes s'affrontent désormais pour un enjeu conséquent : la conquête d'un futur pan de l'économie mondiale.

👉 Sur le même thème : BitPay et Mastercard lancent une carte crypto aux États-Unis

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur en chef de Cryptoast, je découvre le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, je m'efforce de partager un contenu qualitatif pour que le secteur se démocratise auprès de tous.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments