Question confidentialité, plutôt anonymat ou pseudonymat ?

D'après le dernier rapport de la société d'analyse blockchain Coin Metrics, pour presque tous les détenteurs de cryptomonnaies, le simple pseudonymat suffit à les maintenir dans un confort de sécurité.

Cependant, la protection des données personnelles à l'ère du numérique est la principale préoccupation du mouvement Cypherpunk, dont les idées ont conduit à la création par Satoshi Nakamoto du Bitcoin (BTC).

« La vie privée c'est le pouvoir de se révéler sélectivement au monde. [...] Par conséquent, la vie privée dans une société ouverte nécessite des systèmes de transactions anonymes », mentionne le manifeste des Cypherpunk, publié le 9 mars 1993.

De nos jours, il est possible, grâce à des cryptomonnaies dites « anonymes », de garder un plus grand contrôle sur les informations que l'on génère et qui sont stockées dans la blockchain.

Pour exemple, Zcash (ZEC) offre la possibilité aux nœuds de valider les transactions sans en connaître le contenu (identité de l'expéditeur et du destinataire, montant des échanges, etc.). Dans le même registre, Monero (XMR) permet de masquer l'origine des transactions grâce à la création de données fictives pour dissimuler les données réelles.

Logiquement, ces crypto-actifs gèrent mieux la notion de confidentialité que le Bitcoin et d'autres devises numériques pseudonymes. Cependant, Coin Metrics révèle qu'en moyenne, la somme des transactions quotidiennes en ZEC et en XMR représente moins de 6% de celle en BTC.

Par ailleurs, les mixers, mécanismes qui permettent de rendre les transactions en bitcoins anonymes, ne sont pas encore largement utilisés.

Bien qu'il soit difficile d'en mesurer le taux d'exploitation, la plupart du temps, ils ne sont mentionnés que dans un contexte de dissimulation de fonds provenant d'activités illicites.

👉 Lisez aussi : Étude : les mixeurs de BTC de plus en plus utilisés par les usagers du Dark Net

L'intérêt des cryptomonnaies en question ?

Selon les conclusions de l'étude menée par Coin Metrics, si l'on s'éloigne de cette volonté de préserver la confidentialité des données, les devises numériques perdront leur raison d'être.

Il convient toutefois de noter que, dans une certaine mesure, au-delà des aspirations personnelles, des contraintes extérieures sont susceptibles d'entraver l'adoption des cryptomonnaies anonymes.

Il y a quelques jours à peine, deux exchanges australiens ont annoncé le retrait de leur offre de trading de certains de ces jetons, citant des pressions extérieures.

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Junie Maffock

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Avec un fort intérêt pour la blockchain et les cryptos, je souhaite contribuer à la vulgarisation de ces technologies. Je suis également très intriguée par les méthodes d'apprentissage ludiques et actives.
Tous les articles de Junie Maffock.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments