JPMorgan embrasse la blockchain

Takis Georgakopoulos, responsable mondial des opérations de JPMorgan s'est exprimé à ce sujet auprès de CNBC. Il a notamment affirmé que le JPM Coin était déjà utilisé par une entreprise technologique de dimension internationale pour traiter les paiements transfrontaliers. À l'heure de l'écriture de ces lignes, le nom de l'entreprise concernée n'a pas encore été révélé.

En préparation depuis février 2019, le JPM Coin était notamment en attente d'approbation réglementaire. Stablecoin totalement privé, le JPM Coin permet d'après JPMorgan de réaliser des transactions rapides à moindres frais.

Le déploiement du JPM Coin s'accompagne du lancement d'Onyx, une nouvelle entité de JPMorgan spécialisée dans la technologie blockchain. Encore très jeune, cette unité compte d'ores et déjà plus de 100 employés, de quoi rapidement mettre sur pied de nombreux projets :

« Nous lançons Onyx parce que nous pensons que nous passons à une période de commercialisation de ces technologies, passant de la recherche et du développement à quelque chose qui peut devenir une véritable entreprise, » a affirmé Georgakopoulos.

En outre, JPMorgan a rebaptisé son réseau basé sur une blockchain en « Liink », précédemment connu sous le nom d'« Interbank Information Network ».

À l'heure actuelle, plus de 400 instructions financières à travers le monde utilisent le réseau Liink. Celui-ci a déjà conquis plus de 25 des 50 plus grandes banques du monde, dont la Deutsche Bank, la Danske Bank et quelques banques centrales.

« Onyx est à l'avant-garde d'un changement majeur dans le secteur des services financiers. Cette nouvelle unité commerciale reflète l'engagement de JPMorgan en faveur de l'innovation, alors que nous continuons à mettre au point une technologie de pointe qui permet d'obtenir un meilleur système financier, plus rapide et plus inclusif, » ajoute Jamie Dimon, PDG de JPMorgan.

👉 Sur le même thème - Coinbase et Gemini deviennent clients de JPMorgan

Le début d'une nouvelle ère ?

JPMorgan vient-elle d'initier le début d'une nouvelle ère ? Celle des monnaies numériques privées déployées par des banques ? Des projets de la même trempe sont d'ores et déjà en préparation, surtout aux États-Unis.

D'autres banques de premier plan se préparent à lancer leur propre stablecoin privé, tel que Goldman Sachs. Mais la tendance est plutôt à la création de groupements d'entreprises, comme celui initié par Barclays, Santander et UBS, les trois banques s'étant réunies pour un projet blockchain commun, Fnality.

Toutes ces initiatives ne font pas l'unanimité au sein de la crypto-sphère. En effet, celles-ci sont majoritairement privées et ne sont pas utilisables par les particuliers, ce qui ne représente pas l'essence originelle des cryptomonnaies.

Toutefois, l'arrivée en force d'acteurs aussi importants est bon signe pour l'adoption des masses, bien que cela puisse remettre en cause d'autres composantes des cryptomonnaies défendues par certains.

JPMorgan ne se contente pas seulement de créer sa cryptomonnaie privée. En début de semaine, la banque a reconnu que le potentiel de hausse du Bitcoin (BTC) était considérable, et voit même la reine des cryptomonnaies comme le concurrent idéal à l'or.

👉 Pour aller plus loin - La plus grande banque de Singapour prévoit de lancer son exchange de cryptomonnaies

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur en chef de Cryptoast, je découvre le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, je m'efforce de partager un contenu qualitatif pour que le secteur se démocratise auprès de tous.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments