L'Irlande interdit désormais les dons en cryptomonnaies aux partis politiques

L'Irlande a l'intention d'interdire aux partis politiques de recevoir des dons en cryptomonnaies. Interrogé par nos confrères de The Independent, un quotidien irlandais, Darragh O'Brien, ministre du Logement, de la Planification et de l'Administration locale du pays, a annoncé une série de mesures visant à empêcher une éventuelle influence étrangère dans les élections.

L'article évoque « des craintes d'ingérence russe ». Le ministre souligne que la mesure est une réaction à la guerre en Ukraine :

« L'invasion effroyable de l'Ukraine et la guerre insidieuse de désinformation mettent en évidence les menaces fondamentales auxquelles toutes les démocraties sont confrontées ».

Darragh O'Brien affirme vouloir mettre en place « un rempart juridique et numérique contre l'ingérence » en raison de « graves préoccupations » suite à « l'escalade bien documentée des cyberattaques contre les États démocratiques » ces dernières années.

La guerre en Ukraine a provoqué une recrudescence des cyberattaques dans le monde. De nombreux hackers russes s'en prennent aux infrastructures informatiques des pays opposés au Kremlin. En mars, plusieurs organismes belges ont été visés par les pirates. En parallèle, le réseau satellitaire Viasat, qui fournit des connexions internet en Ukraine, a été momentanément mis hors service.

Dans ce contexte, Darragh O'Brien a contacté les chefs de parti d'Irlande pour leur présenter les différentes nouvelles restrictions. Parmi les mesures liées au financement politique, on trouve l'interdiction des dons en cryptomonnaies aux partis politiques.

Cette directive sera intégrée au projet de loi sur la réforme électorale de 2022, précise le ministre. Initiée en janvier dernier, cette réforme devrait être appliquée dès l'été.

👉 Comment acheter du Bitcoin (BTC) ?

Commandez notre livre

publié aux éditions Larousse 👆

La peur de l'ingérence russe

Visiblement, les autorités irlandaises craignent que la Russie ne finance certains partis politiques par le biais des cryptomonnaies. Ce n'est pas la première fois qu'un gouvernement prend des mesures analogues pour éviter toute interférence venue de l'étranger.

En 2018, la Californie a prohibé tous les dons en cryptomonnaies adressés à des partis politiques. L'État le plus riche des États-Unis estimait qu'il était trop difficile de remonter jusqu'à l'origine des crypto-actifs envoyés. Malgré cette législation locale, le Parti républicain accepte les dons en cryptomonnaies depuis l'année dernière.

La Russie a été accusée d'ingérence dans plusieurs élections au cours des dernières années. Les services de renseignement américains estiment notamment que le Kremlin a interféré dans les élections présidentielles de 2016 et de 2020 afin de favoriser la victoire de Donald Trump.

Un rapport d'une commission parlementaire britannique estime que la Russie a également cherché à influencer le référendum sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne en 2016, le fameux Brexit.

La Russie s'est toujours défendue d'avoir voulu interférer avec « le processus électoral d’aucun pays dans le monde, pas aux États-Unis, pas en Grande-Bretagne, ni dans aucun autre ».

Pour l'heure, il n'y a en tout cas aucune preuve qui montre que les cryptomonnaies aient été utilisées par le régime de Vladimir Poutine pour financer des organisations politiques.

De plus, la grande transparence du Bitcoin (BTC) et de nombreuses cryptomonnaies risque plutôt de compliquer la tâche du Kremlin. Grâce à la blockchain, il est en effet possible de retracer toutes les transactions. Pour financer des partis étrangers dans l'ombre, Moscou a plus de chance de passer par les monnaies fiduciaires.

👉 Sur le même sujet : La Russie ne pourra pas contourner les sanctions avec les cryptomonnaies, selon des experts

Sources : The Independent, APNews

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Florian Bayard

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Je suis ici pour raconter des choses parfois compliquées avec des mots toujours simples.
Tous les articles de Florian Bayard.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments