L’anonymat avec Bitcoin : un enjeu crucial selon la HRF

La HRF développe son positionnement dans un communiqué paru mercredi. Le fonds de développement a pour ambition de soutenir les développeurs qui rendent le réseau Bitcoin plus privé, décentralisé et résilient. Cela afin qu’il puisse « mieux servir d’outil financier pour les militants des droits de l’homme, les organisations de société civile et les journalistes tout autour du monde. »

La HRF explique que le Bitcoin est la monnaie idéale pour promouvoir l’anonymat : les transactions ne peuvent pas être stoppées par des gouvernements ou autorités bancaires, personne ne peut changer les règles du réseau, et il est impossible d’imprimer plus de BTC que ce qui est prévu. Pour toutes ces raisons, la Human Rights Foundation considère que « Bitcoin peut être une bouée de sauvetage pour les défenseurs des droits de l’homme, en particulier si son anonymat et sa facilité d’utilisation peuvent être améliorés. »

 

Une récompense déjà distribuée

Car dans les faits, le Bitcoin n’est pas anonyme et nécessite des solutions tierces pour offrir des transactions vraiment cachées. Le fonds de développement a déjà récompensé le développeur britannique Chris Belcher, qui a travaillé sur CoinSwap, une solution qui permet de compliquer la tâche des autorités souhaitant tracer les BTC. Belcher est également l’auteur du Bitcoin Privacy Guide, qui détaille les solutions de vie privée applicables au réseau de paiement.

👉 À lire sur ce sujet : Non, le Bitcoin (BTC) n’est pas anonyme…

La HRF a déjà choisi un deuxième développeur travaillant sur le pseudonymat du réseau Bitcoin : il sera prochainement récompensé. Alex Gladstein, le responsable de la stratégie de la fondation, explique qu’il est crucial de développer ce type de solutions rapidement :

« Les défenseurs des droits de l’homme et les journalistes du monde font face à une répression financière en hausse constante, sous la forme de comptes en banque gelés, de restrictions sur les financements étrangers, ou de surveillance des paiements […] Bitcoin peut donc être un outil puissant. »

 

La HRF accepte les dons en dollar et en BTC, qui seront distribués comme suit : 95% aux développeurs Bitcoin et 5% pour la fondation.

La nouvelle pourrait en tout cas servir de jalon d’importance pour le Bitcoin. À l’heure où les régulateurs et les exchanges font la chasse à l’anonymat, il est crucial pour les réseaux anonymes de trouver des soutiens au-delà de l’écosystème des cryptos. L’arrivée d’organismes de poids comme la Human Rights Foundation peut donc aider à légitimer le combat des partisans de l’anonymat et de la souveraineté financière.

👉 Découvrez également : Un fonds inconnu lié à Anonymous donne 75 millions de dollars en BTC

 

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments