Fin de la récréation pour les exchanges situés à Hong Kong

Hong Kong faisait jusque là figure d’exception : le territoire indépendant avait décidé de ne réguler obligatoirement que les plateformes d’échange proposant des titres et contrats à terme. La Securities and Futures Commission (SFC) de Hong Kong a cependant fait volte-face, comme le rapportait Reuters en début de semaine.

Hong Kong va maintenant réguler toutes les plateformes de trading de cryptomonnaies, quels que soient les services proposés. Le territoire s’aligne ainsi sur d’autres régions d’Asie : le Japon et Singapour ont des cadres réglementaires similaires.

La SFC justifie sa position

La différence, c’est qu’un nombre important d’exchanges s’étaient justement dirigés vers Hong Kong afin de profiter d’un cadre réglementaire plus souple. Cela va donc changer la donne pour les entreprises concernées. Pour rappel, Binance, OKEx et Huobi ont des bureaux à Hong Kong.

La présidente de la SFC, Ashley Alder, a expliqué qu’il s’agissait de limiter les manières dont les sociétés pourraient échapper aux contrôles :

C’est une limitation significative. Le cadre réglementaire actuel permet à un opérateur de plateforme d’opérer en dehors du champ de vision des régulateurs, en s’assurant simplement que les actifs crypto échangés ne correspondent pas à la définition légale d’un titre financier.”

👉 Retrouvez toute l’actu des exchanges

La Chine à l’origine de cette volte-face ?

Pour certains commentateurs, ce changement de cap est originaire… De Chine. Le pays s’apprête en effet à lancer sa monnaie numérique de banque centrale (MNBC), et souhaite donc limiter les cryptomonnaies, qu’elle considère comme concurrentes. C’est en tout cas l’interprétation qu’en fait Adam Cochran de Cinneamhain Ventures, qui a publié une analyse de la situation :

Ce changement soudain semble provenir de la pression croissante de l’influence chinoise sur Hong Kong, ainsi que les craintes que les cryptomonnaies soient utilisées pour faire transiter de l’argent hors de Chine.”

On ne peut en effet s’empêcher de remarquer que le changement de cap de Hong Kong arrive au moment où la Chine a interdit tous les stablecoins adossés au yuan. Le pays a également accentué la pression sur les traders OTC, notamment par la surveillance des téléphones et cartes bancaires.

Que le changement soit dû à la sortie prochaine de la MNBC chinoise ou pas, reste que Hong Kong vient de perdre son statut de havre pour les entreprises cryptos. Nous verrons donc si cela conduira à des changements de localisation pour les exchanges qui y sont installés.

👉 Pour aller plus loin : Le yuan numérique, une arme dans la guerre entre la Chine et les États-Unis ?

 

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments