France : la CNIL s’interroge sur la légalité de Worldcoin (WLD) – Bientôt une interdiction ?

Le projet Worldcoin (WLD) suit-il la loi française en collectant massivement des données biométriques de particuliers ? Pas forcément, selon la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL), qui surveille la manière dont les données sont traitées par les entreprises. Pourrait-on voir Worldcoin interdit en France ? Le point sur le sujet.

France : la CNIL s’interroge sur la légalité de Worldcoin (WLD) – Bientôt une interdiction ?

La CNIL vigilante face à Worldcoin : le projet est-il légal ?

L’autorité indépendante française a confirmé sa méfiance auprès de nos confrères de Reuters. Selon la CNIL, la légalité de Worldcoin est en effet en question, notamment la manière dont les données biométriques – c’est-à-dire les scans d’iris – sont collectées. Pour rappel, Worldcoin scanne les yeux des futurs utilisateurs pour créer des identités numériques baptisées « World ID ». En échange, les participants reçoivent des tokens de WLD, la cryptomonnaie associée au projet.

Et c’est bien ce qui pose problème, selon la CNIL :

« La légalité de cette collecte semble questionnable, ainsi que les conditions dans lesquelles sont stockées les données biométriques. »

En France, les données biométriques sont en effet considérées comme des données « sensibles », au même titre que les données de santé, ou celles liées à l’orientation sexuelle d’une personne. Leur stockage est donc plus surveillé que celui des adresses email ou des numéros de téléphone par exemple. Et leur utilisation est également soumise à des règles plus strictes.

👉 Pour aller plus loin –Les identités numériques décentralisées : c’est quoi et comment cela fonctionne-t-il ?

Que dit la loi française au sujet des données biométriques ?

La CNIL détaille sur son site les principes à respecter en termes de collecte et de stockage des données biométriques. Trois grandes règles doivent être respectées par les entreprises :

  1. Justifier d’un besoin spécifique – c’est-à-dire ne pas utiliser la biométrie comme un gadget, mais bien comme un outil ayant un intérêt pour l’utilisateur ;
  2. Laisser la personne choisir le dispositif biométrique, ou une méthode alternative. Les utilisateurs doivent en effet donner leur accord de manière libre, et sans contrepartie financière ou autre ;
  3. L’accord doit être donné spécifiquement pour la collecte de données biométriques, et pas « dilué » dans des conditions générales d’utilisation.

On le voit, c’est le point numéro deux qui pourrait causer des problèmes au projet Worldcoin, si l’on en croit les règles de la CNIL. Celle-ci précise en effet une interdiction des incitations :

« L’utilisateur [doit pouvoir] choisir d’utiliser un autre mode d’authentification (simple badge ou mot de passe), sans contrainte additionnelle, ni incitation ou contrepartie particulière (aucun tarif préférentiel ne peut être alloué aux usagers ayant accepté d’utiliser le dispositif biométrique). »

Or le projet Worldcoin attire justement les utilisateurs en leur proposant des tokens de WLD contre leurs données biométriques. C’est un des points qui soulève déjà des questionnements éthiques au sujet du projet de Sam Altman. En France, les questionnements pourraient donc aussi être légaux. Et pas uniquement en France, si l’on en croit la CNIL.

👉 Apprenez-en plus sur le sujet – Worldcoin (WLD), le projet crypto controversé du fondateur d’OpenAI

Ledger : la meilleure solution pour protéger vos cryptomonnaies

Quelle juridiction mondiale est responsable de Worldcoin ?

D’après la réponse de la CNIL à Reuters, c’est en effet une juridiction allemande qui est responsable de Worldcoin. L’État libre de Bavière est celui qui surveille le fonctionnement de Worldcoin, et notamment ce qui a trait aux données personnelles. Par ailleurs, la CNIL a confirmé que son homologue allemand a débuté une investigation en ce qui concerne le projet Worldcoin, en collaboration avec l’autorité de surveillance française.

L’Allemagne s’est munie d’un protocole de protection des données sensibles conséquent depuis 2018, qui va au-delà de la loi européenne de Règlement général sur la protection des données (GDPR). Il est donc probable que les inquiétudes françaises soient partagées par l’autorité allemande. On peut également anticiper quelques difficultés pour le projet au niveau européen, l’Union étant historiquement particulièrement vigilante avec les données sensibles. Les mois à venir vont donc certainement créer quelques précédents, tout comme le dernier projet de Sam Altman, ChatGPT, l’a fait.

👉 Écoutez cet article et toutes les autres actualités crypto sur Spotify

Cryptoast Research : profitez de 50 % de réduction pour célébrer le halving !

Source : Reuters, CNIL
Image : Village Global via Flickr (CC BY 2.0)

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque lundi par mail 👌

Ce qu’il faut savoir sur les liens d’affiliation. Cette page peut présenter des actifs, des produits ou des services relatifs aux investissements. Certains liens présents dans cet article peuvent être affiliés. Cela signifie que si vous achetez un produit ou que vous vous inscrivez sur un site depuis cet article, notre partenaire nous reverse une commission. Cela nous permet de continuer à vous proposer des contenus originaux et utiles. Il n'y a aucune incidence vous concernant et vous pouvez même obtenir un bonus en utilisant nos liens.


Les investissements dans les crypto-monnaies sont risqués. Cryptoast n'est pas responsable de la qualité des produits ou services présentés sur cette page et ne pourrait être tenu responsable, directement ou indirectement, par tout dommage ou perte causé suite à l'utilisation d'un bien ou service mis en avant dans cet article. Les investissements liés aux crypto-actifs sont risqués par nature, les lecteurs doivent faire leurs propres recherches avant d'entreprendre toute action et n’investir que dans les limites de leurs capacités financières. Cet article ne constitue pas un conseil en investissement.


Recommandations de l'AMF. Il n’existe pas de rendement élevé garanti, un produit présentant un potentiel de rendement élevé implique un risque élevé. Cette prise de risque doit être en adéquation avec votre projet, votre horizon de placement et votre capacité à perdre une partie de cette épargne. N’investissez pas si vous n’êtes pas prêt à perdre tout ou partie de votre capital.


Pour aller plus loin, lisez nos pages Situation Financière, Transparence du Média et Mentions Légales.

Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Voir plus
Tout voir

Cryptoast

Le site qui explique tout de A à Z sur le Bitcoin, la blockchain et les crypto-monnaies. Des actualités et des articles explicatifs pour découvrir et progresser dans ces secteurs !


Les articles les plus lus

Des investisseurs de FTX proposent à Sam Bankman-Fried d'annuler les poursuites à son encontre – Pourquoi ?

Des investisseurs de FTX proposent à Sam Bankman-Fried d'annuler les poursuites à son encontre – Pourquoi ?

Shiba Inu (SHIB) lève 12 millions de dollars pour créer un layer 3 basé sur l'anonymat

Shiba Inu (SHIB) lève 12 millions de dollars pour créer un layer 3 basé sur l'anonymat

L'USDT de Tether débarque sur Telegram grâce à la blockchain TON

L'USDT de Tether débarque sur Telegram grâce à la blockchain TON

Bitcoin : les mineurs se tourneraient-ils vers l’intelligence artificielle (IA) suite au halving ?

Bitcoin : les mineurs se tourneraient-ils vers l’intelligence artificielle (IA) suite au halving ?