Le président Erdogan estime que la Turquie est « en guerre contre les cryptomonnaies »

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a récemment confirmé son hostilité au secteur des actifs numériques. Il estime que le pays est entré en guerre contre les cryptomonnaies.

Le président Erdogan estime que la Turquie est « en guerre contre les cryptomonnaies »

Erdogan s’attaque aux cryptomonnaies

Erdogan a fait part de ce commentaire sur les cryptomonnaies dans le cadre d’une visite à Mersin, où il s’exprimait auprès d’étudiants. Le président turc a notamment évoqué le projet de lire numérique de Turquie, qui est bien positionné dans la course aux monnaies numériques de banque centrale.

En ce qui concerne les cryptomonnaies, Erdogan a cependant durci le ton, déclarant :

« Nous ne souhaitons pas nous ouvrir aux cryptomonnaies. Au contraire, nous sommes en guerre contre elles. »

Le président turc oppose le Bitcoin (BTC) et les altcoins à la lire, les cryptomonnaies étant selon lui une menace. Il a par ailleurs confirmé que la priorité du pays était avant tout la lire :

« Nous ne donnerons pas [aux cryptos] un traitement de faveur. Nous continuerons à cheminer avec notre argent, qui est notre identité fondamentale dans cette affaire. »

👉 Retrouvez toute l’actualité de la régulation des cryptomonnaies

Les cryptomonnaies ou la lire

Peu de chefs d’État ont montré une hostilité si nette au secteur. Le ton plus dur d’Erdogan s’explique partiellement par les performances de la lire turque, dont le prix n’a cessé de chuter au cours de la décennie. Il faut dire qu’en Turquie, les cryptomonnaies sont particulièrement adoptées : il s’agit d’un des écosystèmes cryptos les plus dynamiques… Tout du moins à l’origine. En 2019, une étude révélait qu’un habitant de Turquie sur 5 possédait des cryptos.

Mais depuis, Erdogan et le gouvernement ont durci le ton. En avril 2021, ils ont tout bonnement interdit les paiements en cryptomonnaies, soi-disant pour protéger les habitants des « risques ». En réalité, le gouvernement lutte pour préserver la place de la lire (TRY).

Erdogan a renvoyé le gouverneur de la banque centrale du pays trois fois en deux ans, ce qui ne contribue pas particulièrement à promouvoir la confiance. Et le cours de la TRY continue de plonger :

cours lire turque TRY

Source : TradingView, TRY/USD

Cryptoast Research

Progresser dans l'univers des cryptomonnaies avec les experts de Cryptoast 📘

toaster icon

La lire numérique comme planche de salut ?

La Turquie est déjà en phase de test en ce qui concerne l’élaboration de sa monnaie numérique de banque centrale (MNBC). La lire numérique utilisera vraisemblablement la blockchain, et le gouvernement espère qu’elle contribuera à revaloriser la monnaie fiat du pays.

La banque centrale a récemment établi une Plateforme de collaboration pour la lire numérique turque, qui s’appuie sur trois entreprises locales. On devrait donc en apprendre plus sur le sujet d’ici à la fin de l’année.

👉 Plus d’infos sur les monnaies numériques de banque centrale

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque lundi par mail 👌

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Voir plus
Tout voir

Cryptoast

Le site qui explique tout de A à Z sur le Bitcoin, la blockchain et les crypto-monnaies. Des actualités et des articles explicatifs pour découvrir et progresser dans ces secteurs !


Les articles les plus lus

Bitcoin (BTC) : la crainte du piège haussier (ou bull trap)

Bitcoin (BTC) : la crainte du piège haussier (ou bull trap)

Société Générale, Banque populaire, Netflix, Apple… La longue liste des créanciers de FTX a été publiée

Société Générale, Banque populaire, Netflix, Apple… La longue liste des créanciers de FTX a été publiée

Binance avoue avoir mélangé les fonds de ses clients avec ses wallets dédiés aux collaterals

Binance avoue avoir mélangé les fonds de ses clients avec ses wallets dédiés aux collaterals

Aptos : le token APT explose de 230 % sur les deux dernières semaines, pourquoi ?

Aptos : le token APT explose de 230 % sur les deux dernières semaines, pourquoi ?