Un développeur de Bitcoin veut interdire Ordinals – Vont-ils vraiment disparaître ?

Luke Dashjr, l'un des principaux développeurs sur Bitcoin, vient de publier un tweet dans lequel il réaffirme qu'Ordinals est « une attaque » envers Bitcoin exploitant « une faille » qu’il est nécessaire de corriger. Qu'en est-il réellement ? Est-ce que les inscriptions Ordinals, les NFT et les tokens BRC-20 peuvent réellement disparaître ? On vous explique.

Un développeur de Bitcoin veut interdire Ordinals – Vont-ils vraiment disparaître ?

Luke Dashjr s'attaque à Ordinals

Depuis quelques jours, tandis que le cours du Bitcoin (BTC) repart vers de nouveaux plus hauts, le réseau se retrouve particulièrement congestionné. Les frais de transactions peuvent avoisiner les 15 dollars pour une simple transaction.

Dans ce contexte, Luke Dashjr, l'un des principaux développeurs de Bitcoin, a mis en cause les fameuses inscriptions Ordinals. Selon lui, celles-ci exploitent « une faille dans Bitcoin Core leur permettant de spammer la blockchain » :

Pour information, Bitcoin Core est le logiciel client le plus utilisé dans le monde pour implémenter un noeud Bitcoin complet. D'après Luke Dashjr, cette vulnérabilité a été corrigée dans la précédente mise à jour de Bitcoin Knots (un logiciel client concurrent et uniquement développé par lui-même), permettant ainsi de bloquer les inscriptions.

De surcroît, la pool de minage Ocean Mining, détenue également par Luke Dashjr, confirme qu'elle ne validera plus les blocs contenant des transactions liées à Ordinals.

Rapidement, les internautes se sont inquiétés quant à l'avenir d'Ordinals. À la question « Si ce bug est corrigé, cela signifie-t-il que les Ordinals et les tokens BRC-20 n'existeront plus ? », il a simplement répondu « Correct ». Mais qu'en est-il réellement ?

👉 Apprenez-en plus grâce à notre guide complet sur Bitcoin Core

Cryptoast Research : Ne gâchez pas ce bull run, entourez vous d'experts

Ordinals, une vraie « attaque » à Bitcoin ?

Aussi basique que cela puisse paraître, le protocole Ordinals repose simplement sur le fonctionnement intrinsèque de Bitcoin. Plus précisément, il exploite des fonctionnalités permises par les deux mises à jour SegWit et Taproot. Voyons ensemble comment cela fonctionne.

La mise à jour SegWit, datant de juillet 2017, a modifié en profondeur la structure des transactions sur Bitcoin. Concrètement, l’idée était de déplacer une partie des données de transaction (les témoins, ou witness en anglais) dans une base de données séparée (ou seggregated en anglais), d’où le nom Seggregated Witness (SegWit) de cette mise à jour. Sans rentrer dans le détail, cela a permis d’augmenter la taille des blocs de 1MB à 4MB.

Concernant Taproot, cette mise à jour datant de 2021 a (vulgairement et entre autres nouveautés) permis d'intégrer des morceaux de codes légers et complexes dans la partie « witness data » des transactions. En combinant ces deux fonctionnalités, Ordinals permet donc de stocker des données légères dans une transaction Bitcoin et de les associer à un certain satoshi.

Bien que Luke Dashjr ne remette pas en cause ni SegWit, ni Taproot, cette « faille » dont il parle en est simplement une utilisation subtile et non détournée.

👉 Pour approfondir, découvrez notre guide sur Ordinals et les NFTs sur Bitcoin

De vieux débats rouverts

Dès le lancement de Bitcoin en 2008, il était possible d'intégrer des commentaires dans une transaction. Pour l'anecdote, c'est de cette manière que Satoshi Nakamoto a pu insérer le titre de la première page du journal The Times dans genesis bloc.

Néanmoins, alors que de premières initiatives visant à exploiter cette possibilité ont rapidement vu le jour (les colored coins ou le protocole Omni en 2012), certains développeurs ont alerté sur une utilisation détournée et risquée de la blockchain. En résultante, en 2014, un soft fork du réseau a permis de réduire la limite à 80 caractères dans ce champ des commentaires, apaisant les tensions.

Ainsi, en proposant de stocker des données dans la blockchain Bitcoin, le protocole Ordinals a rouvert des débats vieux de plusieurs années quant à l'utilité réelle de Bitcoin.

D'un côté, ceux qui pensent que Bitcoin ne doit servir qu'un rôle monétaire et ne doit surtout pas devenir une base de données dans laquelle on stockerait n'importe quoi (en bref, les anti-Ordinals). De l'autre, ceux qui pensent que chacun a le droit de l'utiliser à sa guise (et qu'il ne faut pas restreindre Ordinals).

Alors, fin des Ordinals ?

Le blocage des inscriptions par le logiciel Bitcoin Knots et la pool de minage Ocean Mining n'est évidemment pas un élément à prendre à la légère. Néanmoins, l'avenir de Bitcoin est dicté par les utilisateurs et la tendance des Ordinals ne semble pas être prête à disparaître.

Les utilisateurs semblent prêt à payer des frais importants pour les inscriptions et les mineurs de Bitcoin ont tout intérêt à les accepter, puisqu'elles leur rapportent plus de revenus. Tant que le marché en demandera, il y aura des mineurs prêts à les valider et les initiatives de Luke Dashjr ne permettront pas de les interdire définitivement.

👉  Comment acheter du Bitcoin (BTC) 👉 Retrouvez notre guide pas à pas

Zengo : le wallet mobile ultra-sécurisé pour vos cryptos
Publicité - Investir comporte des risques (en savoir plus)
Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque lundi par mail 👌

Ce qu’il faut savoir sur les liens d’affiliation. Cette page peut présenter des actifs, des produits ou des services relatifs aux investissements. Certains liens présents dans cet article peuvent être affiliés. Cela signifie que si vous achetez un produit ou que vous vous inscrivez sur un site depuis cet article, notre partenaire nous reverse une commission. Cela nous permet de continuer à vous proposer des contenus originaux et utiles. Il n'y a aucune incidence vous concernant et vous pouvez même obtenir un bonus en utilisant nos liens.


Les investissements dans les crypto-monnaies sont risqués. Cryptoast n'est pas responsable de la qualité des produits ou services présentés sur cette page et ne pourrait être tenu responsable, directement ou indirectement, par tout dommage ou perte causé suite à l'utilisation d'un bien ou service mis en avant dans cet article. Les investissements liés aux crypto-actifs sont risqués par nature, les lecteurs doivent faire leurs propres recherches avant d'entreprendre toute action et n’investir que dans les limites de leurs capacités financières. Cet article ne constitue pas un conseil en investissement.


Recommandations de l'AMF. Il n’existe pas de rendement élevé garanti, un produit présentant un potentiel de rendement élevé implique un risque élevé. Cette prise de risque doit être en adéquation avec votre projet, votre horizon de placement et votre capacité à perdre une partie de cette épargne. N’investissez pas si vous n’êtes pas prêt à perdre tout ou partie de votre capital.


Pour aller plus loin, lisez nos pages Situation Financière, Transparence du Média et Mentions Légales.

Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Voir plus
Tout voir

Cryptoast

Le site qui explique tout de A à Z sur le Bitcoin, la blockchain et les crypto-monnaies. Des actualités et des articles explicatifs pour découvrir et progresser dans ces secteurs !


Les articles les plus lus

Dénoncer les fraudeurs aux impôts : un business qui peut rapporter gros pour les particuliers français

Dénoncer les fraudeurs aux impôts : un business qui peut rapporter gros pour les particuliers français

La plus grande banque d’Amérique latine permet désormais à l'ensemble de ses clients d'acheter des cryptomonnaies

La plus grande banque d’Amérique latine permet désormais à l'ensemble de ses clients d'acheter des cryptomonnaies

Le cours de cette crypto du top 10 a gagné 100% en 3 mois - Comment expliquer cette hausse ?

Le cours de cette crypto du top 10 a gagné 100% en 3 mois - Comment expliquer cette hausse ?

Le responsable crypto de la SEC quitte l'agence de régulation

Le responsable crypto de la SEC quitte l'agence de régulation