Cuba va émettre des licences pour les cryptomonnaies

Sept mois après avoir accueilli favorablement les paiements en cryptomonnaie sur son territoire, Cuba va commencer à délivrer des licences pour le Bitcoin (BTC) et pour d'autres actifs numériques.

Effectivement, selon le Journal Officiel n°43 de ce mardi, tout organisme répondant au statut de fournisseur de service d'actifs numériques devra désormais demander une licence auprès de la Banque centrale de Cuba afin de pouvoir exercer son activité sur le territoire.

« La Banque centrale de Cuba, lorsqu'elle examine la demande de licence, évalue la légalité, l'opportunité et l'intérêt socio-économique de l'initiative, les caractéristiques du projet, la responsabilité des demandeurs et leur expérience dans l'activité. [...] La Banque centrale de Cuba établit dans la licence, les caractéristiques des actifs virtuels, les conditions et les restrictions des opérations autorisées, ainsi que les mesures à respecter pour le contrôle et la garde des actifs virtuels. »

Aussi, selon le document, tout organisme refusant de se plier à ces nouvelles directives subira des sanctions en conformité avec les lois financières de l'État insulaire.

Dans un premier temps, ces licences seront valables pendant un an, puis reconductibles sur une deuxième année, « étant donné la nature expérimentale et nouvelle de ce type d'activité ». Ces nouvelles réglementations entreront en vigueur dès le 16 mai prochain.

👉 Retrouvez notre guide pour acheter des cryptomonnaies

Commandez notre livre

publié aux éditions Larousse 👆

Un moyen de contourner l'embargo américain

Cuba fait ainsi un pas de plus vers l'adoption du Bitcoin comme monnaie légale. Effectivement, depuis le 15 septembre 2021, les Cubains peuvent utiliser les cryptomonnaies en tant que moyen de paiement.

Toujours sous embargo américain, l'île de Cuba est ainsi fortement restreinte dans son accès aux services numériques. Les Cubains ne peuvent par exemple pas obtenir de noms de domaine Internet ou se procurer d'abonnement Spotify par carte bancaire.

Quasiment coupés du système financier mondial, les Cubains ne peuvent pas non plus effectuer d'achats sur Internet, et donc leur seul moyen de contourner ces restrictions est de faire appel aux cryptomonnaies. Ainsi, de plus en plus d'habitants doivent passer par des services comme le site « Bitrefill » afin d'effectuer des achats que nous considérions comme normaux, mais grâce aux cryptomonnaies.

Les entreprises de Fintech comme Wise, Stripe, Revolut ou encore Venmo, par exemple, bloquent instantanément toute tentative d'un citoyen cubain ou d'une entreprise cubaine d'utiliser ses services. De surcroît, en novembre 2020, Western Union a également stoppé ses services à Cuba, pénalisant fortement les moyens de transfert de monnaie des cubains.

À une échelle plus large, les entreprises opérant sur le sol cubain ne peuvent pas bénéficier de services de paiements internationaux considérés comme démocratisés telles que PayPal, Mastercard ou Visa.

Le succès des cryptomonnaies face à tous ces blocages est tel qu'aujourd'hui, c'est la Banque centrale de Cuba qui voit dans le Bitcoin une opportunité de contourner plus largement l'ensemble des restrictions établies par les Américains depuis maintenant 60 ans.

👉 Sur le même sujet : La République centrafricaine adopte le Bitcoin (BTC) comme monnaie légale

Source : Gaceta Oficial de la República de Cuba

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Maximilien Prué

twitter-soothsayerdata

Passionné par le monde de la finance décentralisée et les nouveautés apportées par le Web 3.0, je rédige des articles pour Cryptoast afin d'aider à rendre la blockchain plus accessible à tous. Persuadé que les cryptomonnaies vont changer le futur très prochainement.
Tous les articles de Maximilien Prué.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments