Perquisition chez Bithumb

Selon une publication du média local Seoul Shinmun, les bureaux de l'exchange auraient été perquisitionnés par la police de la ville. La plateforme Bithumb est accusée d'avoir organisé la prévente de tokens BXA pour un montant d'environ 25 millions de dollars à des investisseurs, sans que ces tokens ne soient ensuite disponibles au trading.

Présenté comme l'utility token de l'écosystème de Bithumb, le BXA était proposé à la vente suite à l'acquisition de l'exchange par BK Global, un consortium blockchain basé à Singapour. Cependant, l'opération n'a finalement jamais eu lieu, ce qui a entraîné la mise en désuétude des tokens BXA.

D'après Seoul Shinmun, le président de Bithumb Holdings et de Bithumb Korea, Lee Jung Hoon, a également été arrêté. Il faisait déjà depuis quelques mois l'objet d'une enquête préalable pour avoir essayé de transférer une partie de ses capitaux à l'étranger sans le déclarer aux autorités compétentes.

À l'heure de l'écriture de ces lignes, Bithumb n'a toujours pas communiqué sur la situation et tous ses réseaux sociaux restent inactifs. En parallèle, les utilisateurs de Bithumb sont toujours en activité malgré les actions de la police envers la plateforme. Le volume de Bithumb sur les dernières 24 heures serait en effet en augmentation de 10%.

👉 Sur le même thème : La police polonaise arrête le président de Crypto Capital pour blanchiment d'argent

Le début d'une longue série ?

Selon Doo Wan Nam, associé au développement commercial de MakerDAO dans la région Asie-Pacifique, il y a fort à parier que de telles actions de la part des autorités sud-coréennes envers des entreprises liées aux cryptomonnaies deviennent de plus en plus fréquentes :

« Ce n'est pas la première fois qu'un exchange coréen est accusé de fraude. Malheureusement, avec l'entrée en vigueur de la nouvelle réglementation sur la cryptomonnaie en Corée, de telles mesures de répression pourraient devenir plus courantes », a-t-il déclaré au média Decrypt.

La semaine dernière, la police sud-coréenne a également perquisitionné l'exchange Coinbit, la 3e plateforme du pays en termes de volume, jusqu'à maintenant. Celle-ci est accusée d'avoir artificiellement gonflé 99% de ses volumes. L'exchange aurait ainsi « généré » environ 85 millions de dollars en manipulant ses propres marchés.

En mars dernier, l'Assemblée nationale sud-coréenne a officiellement adopté le projet de loi sur les transactions financières, faisant du trading et de la détention de crypto-actifs une activité légale et reconnue dans le pays.

Ainsi, les exigences réglementaires envers les plateformes locales ont largement été rehaussées. Les sociétés liées au secteur de la blockchain et des cryptomonnaies doivent maintenant obtenir un lot de certifications pour continuer leurs activités.

👉 À lire sur le même sujet : Ukraine : Binance contribue à l'arrestation de criminels ayant blanchi $42M

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur en chef de Cryptoast, je découvre le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, je m'efforce de partager un contenu qualitatif pour que le secteur se démocratise auprès de tous.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments