Bitcoin Cash est un enfant agité et il a déjà connu deux scissions dans son histoire. La première a été la séparation fondatrice avec Bitcoin (BTC), ayant eu lieu le 1er août 2017 et faisant suite au débat sur la scalabilité de Bitcoin.

La seconde a été l'embranchement avec Bitcoin SV (BSV) le 15 novembre 2018, qui s'est fait pour des questions de scalabilité, de stabilité et de légalité, et qui a surtout été l'occasion pour Craig Wright de tenter de prendre le contrôle du protocole.

Suite à des mois de tension dans la communauté de Bitcoin Cash, une autre scission pourrait avoir lieu le 15 novembre prochain, lors de la mise à niveau prévue.

 

Quel est le contexte ?

Le protocole Bitcoin Cash est mis à niveau tous les 6 mois par un hard fork. Ceci lui permet d'intégrer de nombreuses améliorations comme l'accroissement de la scalabilité, l'extension des possibilités de smart contracts ou encore l'implémentation des signatures de Schnorr. Cependant, cette constance du changement fait qu'il est moins stable que ses homologues Bitcoin ou Bitcoin SV, et le contenu des mises à niveau peut être l'objet de conflits.

Jusque-là menée par Bitcoin ABC, cette évolution du protocole pourrait peut-être changer de main.

En effet, Amaury Séchet, le développeur en chef (et « dictateur bienveillant ») de Bitcoin ABC, a annoncé le 6 août dernier que la prochaine mise à niveau mettrait en place une « nouvelle règle de récompense » imposant à tous les mineurs d'envoyer 8 % des BCH nouvellement créés vers une adresse contrôlée par Bitcoin ABC.

Cette décision unilatérale est pour le moins contentieuse, puisqu'elle fait suite à des mois de débats autour de cette idée et à son rejet par la majorité des acteurs de l'écosystème.

L'Infrastructure Funding Plan

L'idée de rediriger une partie de l'émission monétaire du bitcoin cash pour financer le développement n'est pas nouvelle et a été originellement présentée sous le nom de l'Infrastructure Funding Plan (IFP). La première version de cet IFP a été proposée par Jiang Zhuoer, le PDG de la coopérative de minage BTC.TOP, le 22 janvier 2020.

À l'origine (IFPv1), il s'agissait de détourner 12,5 % des BCH créés à chaque bloc pour les redistribuer aux équipes de développement par l'intermédiaire d'une compagnie basée à Hong Kong. Suite à des discussions à ce sujet, la proposition a été modifiée par son créateur pour inclure un mécanisme de décision reposant sur le vote des mineurs (IFPv2). Elle a ensuite été implémentée dans Bitcoin ABC le 15 février 2020 (IFPv3) et le choix des mineurs ne concernait alors que 4 destinations : un fonds général, l'adresse de Bitcoin ABC, celle de bchd et celle d'Electron Cash.

IFPv1 IFPv2 IFPv3 IFPv4
Date 22/01/2020 01/02/2020 15/02/2020 06/08/2020
Proposé par Jiang Zhuoer (BTC.TOP) Jiang Zhuoer (BTC.TOP) Bitcoin ABC Amaury Séchet
Méthode de décision Entreprise hongkongaise Vote des mineurs (67 %) Vote des mineurs (67 %) sur 4 adresses : fonds général, Bitcoin ABC, bchd, Electron Cash Global Network Council
Pourcentage alloué 12,5 % 12,5 % ou moins 5 % 8 %

Néanmoins, l'IFP n'a pas été activé, n'ayant recueilli quasiment aucun vote des mineurs. Et pour cause : cette proposition était hautement contentieuse et faisait naître un risque de scission.

L'opposition a été très forte et a donné naissance, le 20 février 2020, à Bitcoin Cash Node (BCHN), un fork de Bitcoin ABC qui n'implémentait pas l'IFP et dont le mainteneur en chef est freetrader, une personnalité anonyme ayant participé à la création de Bitcoin Cash.

On a également vu apparaître Flipstarter, une plateforme décentralisée de financement participatif dédiée au développement de Bitcoin Cash. Cette plateforme, censée régler le « problème du passager clandestin » dans le financement des biens communs, a permis à de nombreux projets de recueillir des fonds depuis son lancement le 17 avril.

L'algorithme d'ajustement de la difficulté

Néanmoins, cela n'a pas apaisé les choses et un autre conflit a émergé autour du changement de l'algorithme d'ajustement de la difficulté (DAA).

En effet, l'algorithme qui modifie la difficulté de minage dans Bitcoin Cash est imparfait et donne lieu à de grandes irrégularités dans la fréquence des blocs : plusieurs blocs peuvent être minés en quelques minutes et il peut y avoir des périodes de l'ordre de 2 ou 3 heures sans blocs. Cela est dû en particulier au fait que Bitcoin Cash est une chaîne minoritaire et que les mineurs optimisent leur activité en alternant entre les trois grandes chaînes minées par SHA-256 (BTC, BCH, BSV).

Afin de corriger ce problème, un travail important a été réalisé par certains développeurs. En novembre 2019, Mark Lundeberg a ainsi proposé un nouveau type d'algorithme (nommé ASERT pour absolutely scheduled exponentially rising targets). À partir de février 2020, Jonathan Toomim a commencé à étudier la question en comparant les différents modèles, et a finalement fait sa propre proposition le 8 juillet (basée sur le travail de Lundeberg) : l'algorithme aserti3-2d.

Cette proposition a rapidement été intégrée dans BCHN et était en passe de l'être dans Bitcoin ABC. Néanmoins, l'équipe d'ABC a jugé que l'intégration n'avait pas été assez rapide et a annoncé le 23 juillet avoir développé son propre algorithme d'ajustement de la difficulté, Grasberg. Cet algorithme, également basé sur ASERT, corrigeait non seulement la variance du temps entre chaque bloc, mais aussi la dérive passée (depuis 2009) de la production de blocs. Cela voulait dire que le temps de bloc moyen aurait été de 11 minutes et 15 secondes pendant plus de 6 ans !

Évidemment, beaucoup de personnes n'ont pas compris cette décision unilatérale. Une très grande animosité s'est installée entre les développeurs, ce qui s'est conclut par une réunion de développement extrêmement tendue, réunion que deux membres de Bitcoin ABC ont quittée prématurément.

Après cela, la majorité de l'écosystème a affirmé vouloir adopter aserti3-2d en novembre.

Le 6 août, Bitcoin ABC a finalement annoncé aussi implémenter aserti3-2d ainsi que la nouvelle règle de récompense détournant 8 % des nouveaux BCH produits, ce qui nous amène à la situation actuelle.

Choisir un camp

C'est donc un ensemble de tensions qui s'est installé entre Bitcoin ABC et les autres développeurs. En jouant le dictateur, Amaury Séchet s'est attiré les foudres de certains acteurs de l'écosystème, dont notamment Roger Ver.

De son côté, Bitcoin ABC semble camper sur ses positions, malgré l'impopularité de l'IFP. Ainsi, il semble qu'une scission soit inévitable, et que deux mises à niveau distinctes auront lieu le 15 novembre :

  • L'ajout simple de aserti3-2d. Ce changement sera appliqué par les implémentations de Bitcoin Cash hormis Bitcoin ABC, dont notamment BCHN qui est la principale.
  • L'ajout de aserti3-2d et l'implémentation du détournement de 8 % des nouveaux BCH vers ABC. Cette modification sera appliquée par Bitcoin ABC.

Tout se jouera donc au niveau de cette redirection des fonds, et les différents acteurs en sont aujourd'hui arrivés à prendre position.

Logo Bitcoin Cash Node BCHN

Contre le détournement des récompenses de minage pour Bitcoin ABC, on retrouve :

  • Les équipes de développement de Bitcoin Cash (hormis ABC) : BCHN, bchd, Bitcoin Unlimited, Bitcoin Verde, Knuth, Flowee The Hub ;
  • L'entreprise Bitcoin.com (et son fondateur Roger Ver), qui développe le portefeuille le plus utilisé de l'écosystème Bitcoin Cash, des plateformes d'échange (Bitcoin.com Exchange, Bitcoin.com Local) et d'autres services ;
  • Le portefeuille Electron Cash et toute l'infrastructure des serveurs correspondants, ainsi que les options comme CashShuffle et CashFusion ;
  • General Protocols, l'équipe derrière AnyHedge ;
  • Des services de publication en ligne comme read.cash ou Member.cash ;
  • Le portefeuille Zapit ;
  • Les mineurs qui signalent utiliser BCHN : Binance, Huobi, Bitcoin.com, OKEx (qui sont aussi des plateformes d'échange), BTC.TOP (dont le PDG est le créateur de l'IFP originel), P2Pool, Hashpipe, easy2mine.

Ci-dessous, on peut voir l'évolution du taux de hachage signalant BCHN (orange) et de celui ne signalant rien (gris) de mars à septembre 2020 (cliquez pour agrandir) :

Taux de hachage signalement BCHN autres

 

D'autres acteurs ont fait le choix de la neutralité :

  • ViaBTC et CoinEX (dirigés par Haipo Yang) ont ainsi indiqué qu'ils prendront en charge les deux coins, avec une préférence pour ABC ;
  • La plateforme de trading CoinFLEX met à disposition des contrats à terme sur les deux cryptomonnaies, avec une préférence pour BCHN (pas d'IFP) ;
  • Quelques individus comme Chris Troutner et Hayden Otto, qui supportent néanmoins l'idée générale derrière l'IFP.

Logo Bitcoin ABC

De l'autre côté, en faveur du détournement des récompenses de minage par Bitcoin ABC, il y a bien sûr les développeurs de l'équipe (Amaury Séchet, Anthony Zegers, Jason Cox, et d'autres), mais aussi quelques individualités portant des projets personnels :

  • Tobias Ruck, be.cash et développeur pour Bitcoin Cash ;
  • Vin Armani, qui est derrière Cointext et le protocole SWaP ;
  • Shammah Chancellor, ancien développeur de Bitcoin ABC et travaillant aujourd'hui sur Stamp ;
  • Mike Malley, le fondateur de Coinspice.

Ainsi, l'opposition à cet IFPv4 est aujourd'hui très clairement majoritaire, tant au niveau du taux de hachage que du nombre de développeurs ou encore des services économiques existants. Néanmoins, beaucoup d'acteurs doivent encore se prononcer, dont notamment :

  • Bitmain et ses deux coopératives de minage : Antpool et BTC.com. Historiquement, on sait que l'entreprise de Jihan Wu a soutenu financièrement Bitcoin ABC ;
  • Les grandes plateformes d'échange, dont le choix des sigles boursiers et des noms sera déterminant : Coinbase, Kraken, etc ;
  • Tether, qui a émis de l'USDT sur la chaîne et qui doit nécessairement faire un choix ;
  • HonestCoin (USDH), un autre stablecoin sur Bitcoin Cash ;
  • Les différents services commerciaux comme Purse.io, BitPay, OpenBazaar ou GoCrypto.

Que se passera-t-il donc en novembre ?

Comme l'IFP appliqué par ABC est par nature un soft fork, cette scission pourrait être plus compliquée que prévu. Différents scénarios sont en effet possibles :

  • Si une majorité de la puissance de calcul du réseau supporte BCHN (pas de redirection de 8 %), alors la chaîne d'ABC rejettera le premier bloc. On aura un embranchement propre en deux chaînes distinctes ;
  • Si une faible majorité de la puissance de calcul du réseau supporte ABC (application de la redirection), alors les deux branches pourront être distinctes sur plus de 10 blocs à un moment donné, ce qui activera la protection contre la réorganisation profonde présente dans BCHN et provoquera un embranchement permanent. La scission n'est pas garantie, mais probable si la situation est maintenue sur plusieurs jours ;
  • Si une forte majorité de la puissance de calcul du réseau (> 80 %) supporte ABC, alors la scission n'est plus probable du tout sur une période acceptable et les mineurs de BCHN pourraient renoncer à valider des blocs n'appliquant pas l'IFP.

Néanmoins, au vu des forces en présence, il faut s'attendre au premier scénario, à savoir une scission créant deux protocoles distincts. L'avenir nous dira si ce sera le cas.

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Ludovic Lars

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Je suis fasciné par les cryptomonnaies et par l’impact qu’elles pourraient avoir sur nos vies. De formation scientifique, je m’attache à décrire leur fonctionnement technique de la façon la plus fidèle possible. Sur Cryptoast, je me propose de vous aider à mieux comprendre comment fonctionnent les cryptomonnaies (principalement Bitcoin, Bitcoin Cash et Ethereum) et quels sont les enjeux qui animent cet écosystème fascinant.
Tous les articles de Ludovic Lars.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments