Le volume des crimes cryptos en hausse en 2020

Selon le rapport de CipherTrace, les attaques crypto « génériques » non liées à la DeFi représentaient 51.5 millions de dollars au premier semestre 2020. La tendance a été à la hausse pour le second semestre, puisque pour l’instant, CipherTrace fait état de 292 millions de dollars de « hacks et autres vols ».

Le secteur de la DeFi progresse cependant également. Selon le rapport, la finance décentralisée représentait 45% de tous les vols et hacks (51.5 millions de dollars, soit 40% du volume qui a été hacké). Pour la seconde moitié de l’année, la DeFi représente pour l’instant 50% de tous les vols et hack (47.7 millions de dollars, soit 14% du volume).

👉 À lire : CipherTrace affirme pouvoir pister les transactions en Monero (XMR)

La DeFi : un nouvel eldorado pour les hackers ?

Selon CipherTrace, le volume des hacks de la DeFi était « presque négligeable » pour l’année 2019. La tendance est donc bien récente : le domaine a complètement explosé au cours de l’été dernier. Qui plus est, les fonds venus des attaques « classiques » pourraient maintenant être blanchis grâce à la DeFi.

Le rapport rappelle que c’est le hack de KuCoin qui a fait grimper le volume au second semestre. Il a en effet permis aux attaquants de repartir avec 281 millions de dollars. Si on enlève cette attaque en particulier, les attaques DeFi prennent le dessus en termes de volume sur la même période. CipherTrace note également que les fonds dérobés sur KuCoin ont partiellement transité sur Uniswap, ce qui lie donc cette attaque à la DeFi.

Quelle conclusion en tirer ?

Sans grande surprise, la firme d’analyse en conclut que les mesures anti-blanchiment d’argent des protocoles DeFi sont « déficientes ». CipherTrace explique ainsi que :

« Les protocoles DeFi sont sans publics et ouverts par nature, ce qui veut dire qu’ils manquent souvent d’outil de mise en conformité. N’importe qui dans n’importe quel pays peut y accéder avec presque pas d’informations KYC. Il en résulte que la DeFi peut facilement devenir un havre pour le blanchiment d’argent. »

CipherTrace est historiquement anti anonymat et pro régulations, cette interprétation n’est donc pas très surprenante. C’est un débat vieux comme le Bitcoin, qui agite régulièrement la communauté crypto. La création de systèmes financiers décentralisés permet souvent plus d’anonymat et des fonds qui transitent sans contrôle de la part des régulateurs classiques.

Faut-il considérer cela comme une bonne chose, et comme un moyen pour les utilisateurs de reprendre le contrôle de leurs capitaux ? Ou faut-il s’inquiéter des opportunités que cela offre aux acteurs malveillants ? Le débat est ouvert...

👉 À lire : L’ADAN préconise la souplesse pour l’application des règles de lutte contre le blanchiment

 

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments