Le service WhaleAlert a annoncé une collaboration avec BitcoinAbuse dans un tweet publié le 3 septembre. Cette association devrait permettre de mieux pister les transactions frauduleuses, mais elles creuse l’écart entre “bons” et “mauvais” tokens.

 

WhaleAlert et BitcoinAbuse, même combat ?

WhaleAlert, qui communique surtout par Twitter, a donné plus d’informations sur les objectifs de la collaboration :

Traduction : “Nous faisons équipe avec BitcoinAbuse pour mieux combattre les crimes crypto ! Nous allons maintenant exposer les transactions faites par les arnaqueurs, et suivre leurs actifs. Vous pouvez nous aider à rendre les cryptos plus sécurisées en signalant les scams, les marchés noirs et les hacks sur le site ci-dessous !

 

A l’origine, WhaleAlert se contente de suivre les transactions cryptos très élevées, pour les principales crypto-monnaies dont le Bitcoin (BTC) et l’Ethereum (ETH). Dans le faits, cela lui permet cependant souvent de garder un oeil sur les montants élevés qui sont déplacés lors de hacks d’ampleur.

Les “whales” sont les plus gros détenteurs de crypto-monnaies. Ils ont renforcé leurs position en 2018 en achetant des tokens là où beaucoup ont abandonné le navire. En août, nous vous expliquions ainsi que la moitié du Bitcoin serait détenu par seulement 4650 wallets. Le ratio est encore plus impressionnant pour l’Ethereum : seules 376 whales possèdent un tiers des Ethers en circulation.

Quant à BitcoinAbuse, il a pour but de combattre les fraudeurs qui utilisent des ransomwares ou d’autres types de procédés pour soutirer des tokens aux utilisateurs. Le service permet de lister les arnaques grâce aux signalements de la communauté, qui communique sur les adresses utilisées pour recevoir des fonds frauduleux. BitcoinAbuse est uniquement centré sur le BTC et ne prend pas en compte les altcoins.

 

Des fraudes qui alimentent le marché des pièces vierges

Cette initiative peut être saluée, car elle devrait permettre de rendre la tâche plus dure pour les personnes mal intentionnées présentes dans la communauté. Mais les projets de ce type ont une conséquence peut-être inattendue : ils mettent en lumière une différence entre les pièces de Bitcoin “sales”, et celles qui n’ont jamais été utilisées. Comme nous vous l’expliquions récemment, cela crée une économie parallèle des Bitcoins “vierges”. En plein essor, ce marché remet en cause le principe de fongibilité du BTC. Les pièces trackées deviennent moins demandées, car elles pourraient être éventuellement saisies pour des enquêtes. C’est dû au pseudo-anonymat du réseau du BTC, qui ne permet pas une opacité complète des transactions, à l’inverse d’altcoins comme le Monero (XMR) ou le Zcash (ZEC).

 

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments