Le marché des Bitcoins (BTC) vierges pourrait-il prendre une nouvelle ampleur ? C’est en tout cas ce que suggère un article de Bitcoin Magazine paru il y a quelques jours. L’ère des régulations mondiales pourrait venir revaloriser les tokens n’ayant jamais été utilisés. Ils s’arrachent maintenant à un prix bien plus élevé que la moyenne.

 

Des Bitcoins « vierges » à la réputation non entachée

On le sait, le Bitcoin reste une monnaie pseudo-anonyme. C’est-à-dire que si les transferts d’argent semblent en apparence anonymes, une enquête poussée peut révéler qui étaient les destinateurs et destinataires des fonds. Là où cela peut poser problème pour les utilisateurs, c’est lorsque les pièces ont déjà été utilisées pour des transactions illégales. Elles peuvent alors être saisies le temps d’une enquête. Les utilisateurs finaux peuvent ainsi voir leurs fonds confisqués temporairement.

C’est là où les Bitcoins « vierges » interviennent. On peut obtenir ces tokens grâce aux mineurs, qui garantissent que les BTC fraîchement minés n’ont pas fait l’objet de transactions par le passé. Et ce marché est en plein boom : Bitcoin Magazine estime ainsi qu’un token vierge pourrait être revendu jusqu’à 20 % plus cher qu’un token qui a déjà été échangé. Cela pose un problème de taille : le Bitcoin, comme l’immense majorité des monnaies virtuelles, repose sur le principe de fongibilité. C’est-à-dire que tout comme une pièce d’un euro, une pièce de Bitcoin a la même valeur que les autres pièces de Bitcoin. C’est ce qui permet les échanges de monnaie virtuelle. Appliquer un coût supplémentaire pour les pièces vierges remet donc en question ce fonctionnement.

 

Les recommandations du GAFI attisent les flammes

Cet intérêt soudain pour les Bitcoins vierges est dû à la vague régulatrice qui a été portée par le GAFI récemment, selon l’analyse de Bitcoin Magazine. On l’avait déjà évoqué, le groupe de régulation avait en effet proposé des règles très strictes pour les acteurs du monde des crypto-monnaies en milieu d’année. Les fournisseurs de service seront bientôt obligés de dévoiler des informations qui restaient jusque là confidentielles, comme l’identité des personnes procédant à des échanges, ainsi que les montants et même les adresses des portefeuilles.

Face à cette mise en lumière, les Bitcoins vierges permettraient donc de prouver que ses pièces n’ont pas été utilisées de manière frauduleuse. Mais cette stratégie a elle aussi ses limites. Comme nous vous l’expliquions ce mois, plus de 85 % des Bitcoins ont été minés. Le marché des Bitcoins vierges s’amenuise donc, et cette marge de prix pourrait donc augmenter encore plus.

 

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
Toto

Ça me fait marrer tout ça.