L'Université de Cambridge travaille sur un nouveau rapport

La prestigieuse Université de Cambridge va débuter une étude de grande ampleur afin d'évaluer l'utilisation et l'impact des cryptomonnaies sous toutes leurs facettes, selon une information exclusive de nos confrères de Cointelegraph.

Le Cambridge Centre of Alternative Finance (CCAF), une branche de l'université spécialisée dans l'étude des canaux et des instruments financiers parallèles au système traditionnel, mènera cette recherche aux côtés de nombreuses pointures de la finance internationale. Le projet portera le nom de Cambridge Digital Assets Programme (CDAP).

Parmi ces partenaires, nous retrouvons notamment le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque des règlements internationaux (BRI), reconnue comme « la banque centrale des banques centrales ». D'autres géants du système bancaire participeront également, tels que la banque d'investissement new-yorkaise Goldman Sachs, les sociétés de paiement Visa et Mastercard ou encore l'entreprise de gestion d'actifs Invesco.

Viennent ensuite s'agréger d'autres organismes publics comme la Banque mondiale (BM), le CDC Group, le Bureau des Affaires étrangères et du Commonwealth (FCO), mais également le London Stock Exchange Group, propriétaire de la Bourse de Londres.

👉 Pour en savoir plus - Bitcoin : minage, consommation d'énergie et écologie

Découvrir notre Groupe Privé

Du contenu à haute valeur ajoutée et rapide à consommer

Les axes du projet

S'inscrivant dans la suite du précédent rapport établi en 2017 par l'université sous le nom de « Global Cryptocurrency Benchmarking Study », cette nouvelle étude s'appuiera également sur le Cambridge Bitcoin Electricity Consumption Index (CBECI). Il s'agit d'un outil qui analyse hypothétiquement l'énergie nécessaire pour faire fonctionner le réseau Bitcoin, lequel fonctionne avec le consensus de Proof-of-Work (PoW).

Initialement publié en 2019, cet index s'est imposé comme une référence dans les études relatives à l'impact énergétique du minage de Bitcoin et du taux de hashrate.

S'appuyant sur de nombreux partenariats solides, le nouveau rapport devrait s'axer sur l'analyse des opportunités et des risques liés à l'adoption croissante des cryptomonnaies, incluant les répercussions environnementales ce des dernières ainsi que l'impact des stablecoins et des monnaies numériques de banque centrale (MNBC).

Selon Bryan Zhang, le directeur général du CCAF, cette analyse découle d'une demande croissante de données solides sur les cryptomonnaies :

« Le Cambridge Digital Assets Programme que nous lançons aujourd'hui veut répondre aux besoins de clarté [sur les cryptomonnaies] en fournissant des informations basées sur des données grâce à une recherche collaborative impliquant des intervenants des secteurs public et privé. »

Toujours dans cette optique, le CDAP « fournira aux responsables une analyse objective et les preuves empiriques dont ils ont besoin pour naviguer dans l'industrie des actifs numériques, » selon Michel Rauchs, le responsable de la branche des actifs numériques du CCAF.

👉 Pour aller plus loin : La valorisation du Bitcoin (BTC) est désormais plus élevée que celle du rouble russe (RUB)

Source : Cointelegraph

A propos de l'auteur : Maximilien Prué

twitter-soothsayerdata

Passionné par le monde de la finance décentralisée et les nouveautés apportées par le Web 3.0, je rédige des articles pour Cryptoast afin d'aider à rendre la blockchain plus accessible à tous. Persuadé que les cryptomonnaies vont changer le futur très prochainement.
Tous les articles de Maximilien Prué.

guest
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
Etienne

Ce rapport fournira certainement des données et des analyses très intéressantes mais il me paraît hasardeux de qualifier "d'indépendant et objectif" un rapport sur les crypto-monnaies financé par le FMI et la BM (j'ai bien compris que c'était eux qui le présentaient ainsi, pas le rédacteur de l'article).
C'est un peu comme si le groupe Accord faisait un rapport indépendant et objectif sur le business modèle d'AirBnb...