LBRY dans le viseur de la SEC

La Securities and Exchange Commission (SEC), le principal gendarme des marchés financiers aux États-Unis, a intenté une action en justice contre la startup LBRY, l'accusant d'avoir vendu des titres non enregistrés.

Open source et décentralisée, LBRY est une plateforme de publication de contenu multimédia gérée par ses utilisateurs. Considérée comme le « YouTube de la blockchain », LBRY est alimentée par les LBRY Credits (LBC), une cryptomonnaie utilisée pour publier et acheter du contenu sur la plateforme, entre autres.

Selon les documents judiciaires déposés par la SEC, entre au moins le mois de juillet 2016 et février 2021, LBRY a vendu des titres d'actifs numériques sous la forme de LBRY Credits à de nombreux investisseurs, y compris des investisseurs basés aux États-Unis.

« La plainte allègue que LBRY n'a pas déposé de déclaration d'enregistrement pour cette opération, et que celle-ci n'a pas bénéficié d'une exemption d'enregistrement. La plainte allègue également qu'en ne déposant pas de déclaration d'enregistrement, LBRY a privé les investisseurs potentiels des informations requises pour une telle offre au public. »

Le régulateur a ajouté que LBRY a reçu plus de 11 millions de dollars américains, des bitcoins et des services de la part des acheteurs qui ont participé à son opération.

Par cette action en justice, la SEC demande une injonction permanente interdisant à LBRY de vendre d'autres tokens. Si la startup accepte de régler les charges qui pèsent sur elle, elle devra également restituer les fonds aux investisseurs par l'intermédiaire d'un fonds de compensation et rembourser les commissions qu'elle a déjà perçues.

👉 Sur le même sujet – Binance ferait l'objet d'une enquête de la CFTC, un régulateur financier des États-Unis

Quelle est la réponse de LBRY ?

Dans le sillage du dépôt de cette plainte, l'équipe de LBRY a mis en ligne un site Web dédié à sa défense et à la contestation des accusations de la SEC.

« La SEC ne comprend pas la blockchain. Les affirmations faites dans l'affaire SEC vs LBRY détruiraient l'industrie des cryptomonnaies aux États-Unis, » peut-on lire sur la page d'accueil du site.

La startup souligne que la SEC avance une nouvelle standardisation agressive et dévastatrice qui ferait de presque tous les tokens des valeurs mobilières.

« Classer tous les tokens comme des valeurs mobilières sera un cauchemar bureaucratique pour les résidents des États-Unis et les entreprises opérant aux États-Unis, » poursuit LBRY.

L'équipe de LBRY affirme que le point de vue adopté par la SEC est relativement néfaste et qu'il compliquera considérablement la création de nouvelles entreprises dans le secteur de la blockchain, entraînera des pertes d'emplois massives et freinera le développement d'une nouvelle technologie : « Pendant ce temps, les grandes entreprises technologiques et Wall Street prospèrent ! » conclut LBRY.

LBRY qualifie donc cette action en justice comme une attaque généralisée contre le marché américain des cryptomonnaies, une démarche qui se confirme par les précédentes actions de la SEC contre d'autres entreprises, comme Kik, Telegram, Block.one et bien évidemment Ripple.

👉 Pour aller plus loin – La SEC a l'intention de poursuivre Ripple pour ventes illégales de XRP

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur en chef de Cryptoast, je découvre le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, je m'efforce de partager un contenu qualitatif pour que le secteur se démocratise auprès de tous.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
4 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
kewell

Bonjour,
Vous auriez dû dire que LBRY est plus connue comme étant le site odysee.com, spécialisé dans la diffusion des théories conspirationistes et dans la censure des théories scientifiques...

Yo13

Oui c'est bien cela qui les enmerdes ,contrairement a You tube ou la censure est de plus en plus aggressive,Odyssée met un point d'honneur a ce que le concept de liberté d expression ne devienne pas qu'un doux souvenir,de plus récompenser les viewers pour leurs temps d 'attention ,c'est le genre d 'idée que les GAFAM detestent!!!
Ils faut défendre et sauver ces plateformes décentralisés!!!!

Chistopher

Ils vont rien faire, LBRY va se développer davantage grâce a ce coup de com.

Yo13

Croisons les doigts!
Ils les attaquent directement ou ça fait mal (le porte feuille) rien que les frais de défense légale engendrés risquent de leur faire bcp de mal!
FREE LBRY/ODYSSEE !!!!