L'EthCC [4], l'ADN d'une communauté

Du 20 au 22 juillet s'est tenue la 4e édition de l'Ethereum Community Conference (EthCC), le plus grand évènement européen entièrement dédié à Ethereum et son écosystème toujours aussi florissant.

Pendant 3 jours, les conférenciers se sont succédé pour s'exprimer sur pléthore de sujets : développement du protocole Ethereum (EIP-1559 et Ethereum 2.0), finance décentralisée (DeFi), tokens non fongibles (NFTs), réseaux sociaux décentralisés, interactions avec la finance traditionnelle, régulation, etc.

Revenons ensemble sur les interventions les plus marquantes de l'ETH [4], avec un focus sur celle de Vitalik Buterin, co-créateur d'Ethereum.

Jour 1 : Ethereum, « un jardin infini »

Le coup d'envoi de l'EthCC [4] a été donné par Jérôme de Tychey, président d'Ethereum France. Il a accueilli les nombreux participants tout en présentant les activités parallèles à l'EthCC, ainsi que la mise en enchère d'un NFT unique en son genre, donnant à son détenteur un accès à vie à l'évènement. D'ailleurs, ce NFT a trouvé un acquéreur pour la somme de 6 ETH, soit l'équivalent de près de 12 000 dollars lors de la vente.

Première intervention marquante de l'EthCC [4], celle de Stani Kulechov, fondateur du protocole Aave. Il a notamment déclaré que la prochaine étape pour le développement de la finance décentralisée consistera à créer des flux de capitaux de la DeFi vers l'économie réelle.

« Si nous sommes en mesure d'obtenir des liquidités compétitives à partir de la DeFi et de les injecter dans l'économie réelle, nous pouvons faire mieux que les très hauts taux de prêt pratiqués dans le monde entier, » a-t-il ajouté.

Après Stani Kulechov, Aya Miyaguchi, directrice exécutive de la Fondation Ethereum, a expliqué ce qui rend Ethereum si spécial :

« Ethereum est un jeu infini. Il ne s'agit pas seulement de la technologie, mais de son écosystème, également connu sous le nom de "jardin infini", où le but est de continuer à jouer, sans aucune perspective de fin, et où les règles et les joueurs changent constamment. »

En début d'après-midi, Joseph Delong, directeur de la technologie chez SushiSwap, a présenté à son auditoire un nouveau produit pour le DEX : Trident. Ce nouveau modèle de teneur de marchés automatisé (AMM) est doté de 4 nouvelles solutions : des pools de produits constants semblables à l'actuel SushiSwap, des pools de liquidité concentrée semblables à ceux d'Uniswap V3, des pools hybrides semblables à Curve et des pools pondérés semblables à ceux proposés par Balancer.

Ensuite, Jimmy Ragosa, responsable des intégrations chez Kleros, a plaidé en faveur de la séparation des différents pouvoirs dans les Organisations Autonomes Décentralisées (DAO) et a exposé les raisons pour lesquelles les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire devraient être scindés au sein de ces structures.

« Il y a une bonne raison pour laquelle les organisations du monde réel ne fonctionnent pas par le biais d'une gouvernance directe par les actionnaires. La plupart du temps, dans les DAO, il y aura ainsi une séparation progressive des pouvoirs. »

Nous suivre sur WhatsApp

Recevez chaque jour les actualités crypto 🔥
Mais pas que 👀

Jour 2 : Vitalik Buterin prend la parole

La 2e journée de l'EthCC a été marquée par la prise de parole de Vitalik Buterin, avec un discours intitulé : « Les choses qui comptent en dehors de la DeFi ». Le fondateur d'Ethereum a de grandes espérances quant aux utilisations du réseau à des fins sociales, afin de décentraliser bien plus que la finance.

« L'écosystème Ethereum doit s'étendre au-delà de la simple fabrication de tokens qui aident à échanger d'autres tokens [...] Aller au-delà de la DeFi ne signifie pas être contre la DeFi. Je pense en fait que les meilleures applications combineront des éléments de la finance et de la non-finance, » a-t-il ajouté.

Pour Vitalik, qu'Ethereum soit défini par la DeFi est mieux qu'être défini par rien, mais il faut aller plus loin et explorer de nouvelles applications. Il a notamment regretté qu'une grande partie des possibilités offertes par Ethereum soient actuellement restreintes à un petit nombre de personnes, soulignant que les frais élevés du réseau agissent comme un obstacle majeur pour le développement de pléthores d'idées.

Le cœur de la présentation de Vitalik Buterin concernait son souhait de voir Ethereum devenir la pierre angulaire d'un nouvel écosystème dédié aux médias sociaux. Il estime qu'à terme, de nouveaux mécanismes pourraient encourager les publications de contenus de meilleure qualité. Buterin a également insisté sur la nécessité de décentraliser ces réseaux, afin de limiter la collecte effrénée des données des utilisateurs.

Il a également évoqué qu'aujourd'hui, si l'on souhaite se connecter à une grande variété d'applications, il est possible d'utiliser ses comptes Google ou Facebook. Pour Vitalik, il est essentiel que des portefeuilles Ethereum puissent agir de la même manière, en tant qu'identités en ligne polyvalentes pour les utilisateurs.

Selon lui, les possibilités de connexion basées sur Ethereum apporteraient une « neutralité crédible », une « résistance à la censure » et une « couche économique intégrée qui faciliterait la construction de nouveaux dispositifs ». Vitalik Buterin a notamment mentionné des réseaux sociaux où seuls les membres investis d'une DAO Ethereum seraient autorisés à publier des messages.

La vision sous-tendant Ethereum était, dès le premier jour, d'ouvrir la porte à la décentralisation de bien plus de choses que la finance. Vitalik espère vivement que les développeurs se tourneront vers d'autres applications qui mériteraient elles aussi de faire l'objet d'une décentralisation. À ce jour, de nombreux développeurs travaillent déjà à la décentralisation d'activités spécifiques, mais la DeFi accapare encore trop d'attention de la part de l'industrie.

Sans surprise, les propos de Vitalik Buterin ont été très bien reçus par l'auditoire, son discours s'étant terminé sous un tonnerre d'applaudissements. Voici d'ailleurs la rediffusion de son allocution :

Jour 3 : Ouvrir Ethereum aux institutionnels

Dernière journée, plusieurs intervenants se sont succédé pour aborder les différents moyens de rendre l'écosystème Ethereum plus accessible, que ce soit pour les particuliers ou les institutionnels.

Sasha Tanase, conceptrice de produits et chercheuse chez Keep Network, a ouvert le bal en expliquant que « la question de l'accessibilité est très difficile à appréhender, mais si vous fragmentez tout en petites tâches et que vous essayez de les traiter à un moment particulier, vous rendrez votre produit plus accessible et vous aiderez de nombreux utilisateurs. »

Du côté des institutionnels, Ambre Soubiran, PDG de Kaiko, a souligné la nécessité d'une collaboration entre la finance centralisée (CeFi) et la finance décentralisée (DeFi).

« Nous ne devrions pas oublier ce qui existe déjà et prendre le meilleur de tout cela [...] Il faut réfléchir à la façon dont les cryptomonnaies nous permettent de repenser et d'améliorer potentiellement de nombreux aspects des marchés, en particulier la façon dont nous considérons la propriété et son transfert, d'une manière entièrement décentralisée, » a-t-elle ajouté.

Ambre Soubiran a ensuite rappelé que les données de marchés sont en mesure de servir de passerelle entre les industries centralisées et décentralisées.

À l'avenir, il est indéniable que l'écosystème Ethereum attirera de plus en plus d'institutionnels, et cela devrait grandement s'accélérer après le déploiement de l'EIP-1559, cette mise à jour du protocole qui introduira un modèle déflationniste pour l'ETH si la demande est suffisante.

Notez qu'énormément d'autres sujets de réflexion ont été abordés lors de l'EthCC [4], ceux présentés ici n'étant qu'un échantillon non exhaustif. Vous pouvez par ailleurs visionner les rediffusions de toutes les conférences de la scène principale sur la chaîne YouTube dédiée à cet effet.

👉 Retrouvez notre fiche de présentation d'Ethereum et de son écosystème

Binance Découvrir ETH sur Binance

-10% de réduction sur les frais, avec le code SVULQ98B 🔥
👉 Et aussi -10% sur Binance Futures avec le code cryptoast

Les investissements dans les crypto-monnaies sont risqués (en savoir plus)
Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

Ce qu’il faut savoir sur les liens d’affiliation. Cette page présente des actifs, des produits ou des services relatifs aux investissements. Certains liens présents dans cet article sont affiliés. Cela signifie que si vous achetez un produit ou que vous vous inscrivez sur un site depuis cet article, notre partenaire nous reverse une commission. Cela nous permet de continuer à vous proposer des contenus originaux et utiles. Il n'y a aucune incidence vous concernant et vous pouvez même obtenir un bonus en utilisant nos liens.

Les investissements dans les crypto-monnaies sont risqués. Cryptoast n'est pas responsable de la qualité des produits ou services présentés sur cette page et ne pourrait être tenu responsable, directement ou indirectement, par tout dommage ou perte causé suite à l'utilisation d'un bien ou service mis en avant dans cet article. Les investissements liés aux crypto-actifs sont risqués par nature, les lecteurs doivent faire leurs propres recherches avant d'entreprendre toute action et n’investir que dans les limites de leurs capacités financières. Cet article ne constitue pas un conseil en investissement.

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur en chef de Cryptoast, je découvre le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, je m'efforce de partager un contenu qualitatif pour que le secteur se démocratise auprès de tous.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
Macaron

le "retroactive funding" était aussi un élément clé de la présentation de Vitalik Buterin:

https://medium.com/ethereum-optimism/retroactive-public-goods-funding-33c9b7d00f0c