Le hacker a rendu les cryptomonnaies volées à Poly Network

Dans un tweet publié ce jeudi 12 août 2021, Poly Network annonce avoir récupéré l'entièreté des fonds volés. Il y a quelques jours, un hacker était en effet parvenu à subtiliser 611 millions de dollars en exploitant une faille de sécurité dans le protocole.

« Tous les actifs restants de l'utilisateur sur Ethereum (à l'exception de l'USDT gelé) ont été transférés dans le portefeuille multisignature contrôlé par M. White Hat et l'équipe de Poly Network », explique Poly Network dans un communiqué partagé sur Twitter.

Peu après les faits, le pirate s'était rapidement engagé à rendre les fonds. Par le biais de transactions réalisées sur la blockchain Ethereum (ETH), l'homme s'est en effet mis à communiquer ouvertement avec les responsables de Poly Network.

Progressivement, il a commencé à restituer les cryptomonnaies drainées lors du hack. Les seules devises non restituées actuellement sont les 33 millions d'USDT qui ont été gelés peu après le hack.

Le communiqué précise que le processus de remboursement n'a pas encore été finalisé. L'équipe de Poly Network espère pouvoir continuer à communiquer avec le pirate afin d'assurer la« récupération en toute sécurité des actifs des utilisateurs ».

👉 Lire également : un hacker exploite un bug de Popsicle Finance et draine 20 millions de dollars

Nous suivre sur WhatsApp

Recevez chaque jour les actualités crypto 🔥
Mais pas que 👀

Il décline une prime de 500 000 dollars

Sur la blockchain Ethereum, le pirate a assuré n'avoir jamais eu l'intention de garder l'argent. La restitution des fonds a « toujours fait partie de son plan ». Il affirme avoir hacké le protocole par plaisir.

« Je ne suis pas très intéressé par l'argent ! Je sais que ça fait mal quand les gens sont attaqués, mais ne devraient-ils pas apprendre quelque chose de ces attaques ? », estime le hacker, dont l'identité est restée inconnue.

Le mystérieux hacker estime que Poly Network reste, malgré la faille découverte début de semaine, un « système décent » et « sophistiqué ». 

« En repérant le bug, j'ai ressenti un sentiment mitigé. Demandez-vous ce que vous auriez fait face à tant de fortune. Demander poliment à l'équipe du projet de pouvoir le réparer ? […] Je ne peux faire confiance à personne ! », détaille le hacker, affirmant avoir craint que quelqu'un d'autre exploite la faille.

En échangeant avec le pirate, Poly Network s'est résolu à lui offrir une prime de 500 000 dollars pour avoir mis en lumière une faille de sécurité. L'équipe du projet estime que le pirate s'est comporté en véritable white hat, un hacker dont l'unique objectif est de révéler les brèches dans un système informatique. Ces hackers sont généralement rémunérés par des primes.

« Nous vous assurons que vous ne serez pas tenu responsable de cet incident. […] Nous vous enverrons la prime de 500 000 $ lorsque les fonds restants seront rendus », propose Poly Network dans une autre transaction sur Ethereum.

Contre toute attente, le hacker a poliment décliné la proposition de Poly Network. Sur la blockchain, il explique n'avoir « jamais répondu » à l'offre et promet de « renvoyer tout leur argent ». Ainsi s'achève le plus grand hack de l'histoire de la finance décentralisée.

👉 Lire aussi : Et si… La finance décentralisée (DeFi) supplantait la finance traditionnelle ?

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Florian Bayard

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Je suis ici pour raconter des choses parfois compliquées avec des mots toujours simples.
Tous les articles de Florian Bayard.

guest
5 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Whiterose

Une dinguerie cette personne XD

Zimbabwé

Ca ressemble fort à du marketing 3.0 quand même...

Jhon

Il regrettera d'avoir refusé la prime 😑

Fl0

Au contraire, il a tout interet à ne pas prendre la prime pour sa propre sécurité. Si il avait accepté il aurait été completement traçable sur la blockchain, jusqu’au jour où il aurait voulu sortir les fonds et là il était pas à l’abri de poursuites