Le plus grand financement crypto d'Afrique

L'information a été confirmée dans un récent communiqué publié sur le site Internet de VALR. La plateforme d'échange de cryptomonnaies, basée à Johannesburg en Afrique du Sud, a confirmé avoir clôturé un tour de financement de série B lui permettant de lever 50 millions de dollars.

Ce tour de série B a été mené par Pantera Capital. Parmi les autres participants, on retrouve des candidats habituels : Alameda Research, Cadenza, CMT Digital, Coinbase Ventures et bien d'autres.

C'est officiellement le plus grand tour de financement jamais réalisé dans l'histoire de l'industrie des cryptomonnaies en Afrique. Cela porte la valorisation de VALR à 240 millions de dollars, soit une belle progression d'un facteur 10 à la suite de son premier tour de série A. À cette occasion, en juillet 2020, la société avait déjà réuni 3,4 millions de dollars.

Selon les données partagées par VALR dans son communiqué, la plateforme aurait à sa charge plus de 250 000 clients particuliers et 500 institutionnels dans le monde. Avec 60 actifs listés, l'exchange traite un volume quotidien d'environ 460 BTC, soit près de 20 millions de dollars.

👉 Retrouvez notre guide complet pour acheter du Bitcoin (BTC) en 2022

Découvrir notre Groupe Privé

Du contenu à haute valeur ajoutée et rapide à consommer

Un objectif, développer les cryptomonnaies en Afrique

Ces capitaux fraichement levés seront principalement utilisés pour développer l'activité de VALR sur tout le continent africain. Mais ce n'est pas tout, la société souhaite également découvrir de nouveaux marchés émergents, notamment l'Inde. Plus globalement, VALR souhaite proposer davantage de produits et de services à sa clientèle mondiale croissante.

« Nous aidons déjà les clients de VALR à entrer dans le monde de la cryptomonnaie à partir du système financier traditionnel en utilisant leurs USD ou ZAR, et nous sommes très enthousiastes à l'idée que ce tour de table nous permettra d'en servir beaucoup plus en Afrique et dans le monde, » a précisé Farzam Ehsani, PDG et co-fondateur de VALR.

De surcroît, VALR prévoit d'embarquer de nombreuses autres institutions du système financier traditionnel. Plus précisément, la société sud-africaine entend attirer les plus grandes banques, les assureurs et les fonds spéculatifs, afin de les aider à construire l'infrastructure nécessaire pour faire entrer plus de monde sur le marché des cryptomonnaies.

« VALR est extrêmement bien positionné pour émerger en tant qu'institution financière pérenne qui offre à ses clients des capacités d'allocation d'actifs sur les crypto et autres marchés mondiaux, » a expliqué Kumar Dandapani,  fondateur de Cadenza Capital Management

Une chose est sure pour VALR et son co-fondateur, « il n'y a plus de place pour le doute quant à l'impact des cryptoactifs sur notre système financier mondial ». Selon Ehsani, le monde est au bord d'un énorme bouleversement financier, dont les cryptomonnaies seront le point de pivot. Dans ce sens, VALR est là pour « aider nos clients à passer de l'ancien système financier au nouveau ».

👉 Pour aller plus loin — En Afrique, l’adoption des cryptomonnaies progresse, et elle ne vient pas seulement des institutionnels

Source : VALR.com

A propos de l'auteur : Lilian Aliaga

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur freelance situé entre Paris et Toulouse. Je souhaite partager ma passion pour l’univers des cryptomonnaies au plus grand nombre. Je m’intéresse également à l’analyse technique et au trading.
Tous les articles de Lilian Aliaga.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments