Les banques américaines autorisées à utiliser des stablecoins

Les banques nationales américaines peuvent désormais utiliser des blockchains publiques et des stablecoins pour effectuer des paiements et d'autres activités. Cette annonce majeure nous vient d'une déclaration de l'Office of the Comptroller of the Currency (OCC), une institution chargée de réguler et de surveiller les banques nationales implantées aux États-Unis.

La lettre indique que toutes les institutions bancaires aux États-Unis peuvent dorénavant exploiter des nœuds de blockchains publiques et utiliser les stablecoins associés. À la seule condition que les blockchains utilisées soient conformes aux réglementations en vigueur, les banques pourront les utiliser pour stocker, enregistrer, valider et régler des opérations de paiement.

Même si l'OCC qualifie lui-même la technologie autorisée de « réseau indépendant de vérification des nœuds », ce terme équivaut à dire qu'il s'agit de blockchains publiques, comme Bitcoin (BTC) et Ethereum (ETH). D'ailleurs, Ethereum est la blockchain la plus utilisée à ce jour pour héberger des stablecoins, notamment l'USDT et l'USDC qui sont majoritairement émis sur ce réseau.

L'OCC soutient que l'utilisation de stablecoins permet de réduire les coûts des transactions transfrontalières, tout en étant bien plus rapides et efficaces que des transactions classiques par les réseaux existants. L'émission d'un stablecoin par une banque sera également bien plus simple qu'auparavant.

Au-delà des paiements, et contrairement aux traditionnels moyens de règlement, les blockchain publiques disposent d'une infrastructure permettant de construire des applications financières et commerciales profondément innovantes.

« Notre lettre supprime toute incertitude juridique concernant le pouvoir des banques de se connecter à des blockchains en tant que nœuds de validation et donc d'effectuer des paiements de stablecoins pour le compte de clients qui exigent de plus en plus la rapidité, l'efficacité, l'interopérabilité et le faible coût associés à ces produits, » souligne l'OCC.

Le début d'une nouvelle ère pour les stablecoins ?

Cette annonce pourrait-elle permettre aux stablecoins émis par les banques de sortir du cadre privé ? À ce jour, le stablecoin le plus avancé émis par une banque est le JPM Coin, celui de JPMorgan. Pour le moment, ce stablecoin est utilisé pour faciliter les échanges avec d'autres banques et n'est pas utilisé par les particuliers.

Toutefois, le JPM Coin fonctionne à partir d'une blockchain privée, entièrement gérée par JPMorgan. Il serait plus intéressant pour l'industrie que les banques se tournent plutôt vers l'USDT de Tether ou l'USDC de Circle et Coinbase. En effet, ceux-ci disposent déjà d'une visibilité conséquente auprès des adeptes de cryptomonnaies, en plus de faciliter le lien entre monnaies fiat et crypto-actifs.

Jeremy Allaire, PDG de Circle, a sans surprise approuvé la nouvelle : « C'est une ÉNORME manière de commencer 2021, l'année où la cryptomonnaie et les stablecoins deviendront un marché de masse ! »

Concrètement, l'OCC vient d'affirmer que les blockchains publiques ont le même statut que les autres réseaux financiers mondiaux, tel que SWIFT. Néanmoins, chaque réseau et stablecoin devra au préalable être approuvé par les régulateurs avant d'être utilisé par les banques.

En conclusion, il s'agit d'une avancée conséquente pour l'entièreté de l'industrie des cryptomonnaies. Une telle initiative de la part d'un organisme de régulation des États-Unis pourrait être reprise par d'autres gouvernements à travers le monde.

Est-ce donc le début de la fin pour les réseaux comme SWIFT ou encore ACH ? Ces derniers n'arrivent pas à la cheville des blockchains publiques et des stablecoins, qui offrent bien plus de fonctionnalités aux banques et aux particuliers…

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur en chef de Cryptoast, je découvre le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, je m'efforce de partager un contenu qualitatif pour que le secteur se démocratise auprès de tous.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments