Une future MNBC commune pour la France et la Suisse ?

Le Jura va-t-il donner son nom à une des premières MNBC officielles ? S’il est trop tôt pour affirmer cela, le projet qui porte son nom vient en tout cas de finaliser les tests débutés en juin dernier.

Pour rappel, la Banque de France (BdF) et la Banque nationale suisse (BNS), sous l’égide du centre d’innovation de la Banque des règlements internationaux (BRI), ont expérimenté des transactions avec des MNBC.

Les entreprises participant au projet Jura sont majoritairement suisses, incluant des banques (UBS, Credit Suisse). On retrouve également le consortium R3, qui est très populaire auprès du secteur bancaire.

Pour ce projet, l’expérience s’est déroulée avec deux MNBC : une était adossée à l’euro, l’autre au franc suisse. Des échanges ont alors été effectués entre les deux MNBC pour des paiements dits « de gros », c’est-à-dire entre institutions financières et bancaires. En l’espèce, il s’agissait de banques françaises et suisses.

👉 A lire – La France et la Suisse expérimentent des monnaies numériques pour les paiements transfrontaliers

Le projet Jura, un succès pour la France et la Suisse

Un rapport de la BdF fait état du succès de l’expérimentation. Ainsi, selon Sylvie Goulard, seconde sous-gouverneure de l’institution, « Jura démontre que la MNBC de gros peut optimiser les règlements transfrontaliers et impliquant plusieurs monnaies ».

Par ailleurs, Benoît Coeuré, directeur du centre d’innovation de la BRI, ajoute qu’une « MNBC de gros peut jouer un rôle critique en tant qu’actif de règlement neutre et sécurisé pour réaliser des transactions financières internationales ».

Si l’utilité des MNBC grand public, à l’image de l’euro numérique, reste à définir, celle des MNBC de gros est en revanche réelle. Destinées aux seules institutions financières, ces monnaies numériques permettraient de réduire considérablement le coût des transactions transfrontalières.

Grâce à la technologie blockchain, les transactions seraient ainsi quasi instantanées à peu de frais, soit tout le contraire de ce qui se fait aujourd’hui. Ainsi, le futur de ce type de transactions pourrait être les MNBC dans quelques années voire dans quelques mois.

👉 À lire – La Banque centrale européenne donne (enfin) le feu vert au projet d’euro numérique

Découvrir notre Groupe Privé

Du contenu à haute valeur ajoutée et rapide à consommer

La MNBC interbancaire, l’avenir des paiements transfrontaliers ?

Le projet Jura fait partie des nombreux projets de MNBC interbancaires actuellement en phase de test dans le monde. On pense notamment au projet Dunbar, qui réunit Singapour, l’Australie, l’Afrique du Sud et la Malaisie.

Quant au projet mBridge, il réunit la Thaïlande, les Émirats arabes unis ou encore Hong Kong. En Chine, le fameux yuan numérique, qui s’adresse avant tout au public chinois, a également fait l’objet d’expérimentations avec succès pour les paiements transfrontaliers.

La BRI elle-même est très enthousiaste quant au développement de ces MNBC interbancaires pour les raisons que nous avons évoquées plus haut. Toutefois, d’aucuns s’interrogent aujourd’hui sur la pertinence des monnaies numériques de banque centrale grand public, à commencer par les États-Unis, qui ultra-dominent le marché des stablecoins.

👉 A lire – Les MNBC amélioreront grandement les frais et la rapidité des transferts, selon un rapport

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Benjamin Allouch

twitter-soothsayerdata

Anciennement juriste spécialisé en droit des données personnelles, je me suis très vite intéressé au Bitcoin, à la blockchain et à leurs implications juridiques, notamment la fiscalité. Je suis aujourd'hui consultant indépendant dans le domaine des cryptomonnaies et de la blockchain et suis installé en Suisse.
Tous les articles de Benjamin Allouch.

guest
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
Kevin

Vont t-ils utiliser la technologie XRP sur le grand livre ?